DE | FR
Le nouveau Conseiller d'Etat VS Mathias Reynard sur le plateau de Canal9, lors du second tour des élections au conseil d'Etat valaisan, le dimanche 28 mars 2021, au Techno-Pole à Sierre. (KEYSTONE/Olivier Maire)

Le socialiste valaisan Mathias Reynard, fraîchement élu au Conseil d'Etat Image: KEYSTONE / Olivier Maire

Analyse

Le chouchou Mathias Reynard va devoir maintenant tout prouver

En Valais, Mathias Reynard a accédé triomphalement au gouvernement cantonal. Un exploit pour un canton bien ancré à droite. Le socialiste va devoir maintenant faire ses preuves au sein d'un exécutif.



Ce 28 mars 2021 est historique pour le Valais. D'une part, la majorité absolue du PDC au Conseil d'Etat a été brisée pour laisser place à un gouvernement à deux PDC, un PLR, un UDC et un PS. D'autre part, c'est la première fois qu'un socialiste du Valais romand accède à l'exécutif cantonal, en la personne de Mathias Reynard. Le Saviésan arrive même premier dans le Valais francophone.

Le nouveau Conseil d'Etat valaisan avec Franz Ruppen (UDC), Frederic Favre (PLR), Christophe Darbellay (PDC), Roberto Schmidt (PDC) et Mathias Reynard (PS), de gauche, pose pour la photo lors du second tour de l'élection au conseil d'Etat VS, ce dimanche, 28 mars 2021, au Techno-Pole de Sierre. (KEYSTONE/Olivier Maire)

Le nouveau Conseil d'Etat valaisan avec, de g. à d., Franz Ruppen (UDC), Frédéric Favre (PLR), Christophe Darbellay (PDC), Roberto Schmidt (PDC) et Mathias Reynard (PS), ce dimanche, 28 mars 2021, au Techno-Pole de Sierre. Image: KEYSTONE / Olivier Maire

Dans un canton qui a toujours été de droite, et pas qu'un peu – la gauche pèse actuellement 25,4% au Grand Conseil et le PDC, qui pèse 36,9%, est plus à droite que dans les autres cantons – l'exploit de Mathias Reynard mérite d'être noté. Comment comprendre le phénomène qu'il est devenu?

Des propositions dans l'air du temps

A lire les cent propositions de son programme, Mathias Reynard a l'avantage de beaucoup thématiser l'air du temps. Pas même besoin parfois d'avoir une vision qui convainc: c'est déjà le simple fait de se démarquer sur des enjeux actuels comme le harcèlement, l'égalité salariale ou l'aide covid aux acteurs culturels qui peut jouer dans une élection. De la bonne volonté pour de bons sujets, pourrait-on résumer. Sans compter que son engagement pour les femmes a certainement joué dans le vote de ces dernières.

Son profilage thématique est cependant à double tranchant. Certains citoyens, surtout de droite, reprochent à Reynard une certaine facilité. Difficile de leur donner tort devant des formules telles que «J'aime les gens» ou des projets un peu vagues consistant par exemple à «lutter pour l'ouverture». Mais Reynard, on le sait aussi, ne s'en tient pas aux mots et compte bien le prouver. Il aime d'ailleurs rappeler qu'il s'est battu pendant sept ans en tant que conseiller national pour faire aboutir la norme anti-homophobie, acceptée par le peuple en février 2020.

Un capital sympathie

Jeune, souriant, piercé, plutôt beau gosse. Reynard, de l'avis général, est charmant; il est aussi charmeur. Ce qui est plutôt bien pour se faire connaître et se faire apprécier en politique. D'autant plus quand il s'agit d'une élection de personnes, pas de partis, ce qui est le cas de la course au Conseil d'Etat valaisan, en vertu de son système majoritaire. L'une des raisons, sans doute, d'un score (49'094 voix) dépassant de loin la force électorale de sa famille politique.

Un nouveau Valais

Reynard a su tirer parti de sa base partisane, de sa personnalité, mais aussi de l'évolution de la société valaisanne. Le PDC Christophe Darbellay, arrivé dernier parmi les cinq élus, a estimé que son parti devait davantage tenir compte de l'électorat plus jeune, plus urbain et plus progressiste désormais présent en Valais. Un constat que partage le socialiste:

«Le nouveau gouvernement élu aujourd'hui est le signal que le Valais bouge, qu'il devient pluriel et moderne»

Mathias Reynard, interrogé par watson

Il reste que la perte de la majorité absolue du PDC signe certes aussi la fin d'une époque, mais au profit du retour de l'UDC. Le Valais reste donc majoritairement de droite – et son gouvernement aussi. Il va falloir en tenir compte. Le principal intéressé dit en être pleinement conscient, prenant soin d'ajouter que la clef pour passer d'un législatif à un exécutif réside dans l'humilité et la capacité d'écoute. «J'apprendrai!» Pour cela, le phénomène et conseiller national Reynard, qui n'a jamais siégé dans un exécutif, devra maintenant montrer que la peau de conseiller d'Etat lui sied.

Plus d'analyses politiques

Le PDC Valais perd sa majorité historique au Conseil d'Etat

Link zum Artikel

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

Link zum Artikel

Comment les Verts veulent tout rafler

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Voici comment Air France compte faire encore plus d'économies

La compagnie aérienne a avancé plusieurs pistes pour renfler ses caisses durement touchées par la crise du Covid-19. Voici lesquelles.

Comme énormément de secteurs, celui de l'aviation est définitivement en crise depuis le début de la pandémie de Covid-19. Air France, qui a perdu 7,9 milliards de francs en 2020 suite à l'absence de trafic aérien, a présenté son plan d'économie aux organisations syndicales lors des négociations annuelles obligatoires (NAO).

Une source syndicale confirmée par La Tribune affirme qu'il s'agit de «mesures d'ajustement liées à l'activité partielle».

Toutes ces mesures seraient mises en place …

Lire l’article
Link zum Artikel