DE | FR
shutterstock/weltwoche
Analyse

«Affaire Berset»: Pour une poignée de voix d'ici le 28 novembre

Le Conseiller fédéral Alain Berset est pris dans une tempête déclenchée par la Weltwoche, journal proche de l’UDC. Un des plans cachés derrière cette histoire: la votation du 28 novembre sur le certificat sanitaire.
24.09.2021, 06:1724.09.2021, 16:53

Après son premier coup de fusil la semaine dernière, la Weltwoche en remet une couche, ce jeudi. Une deuxième «Une» sur l’«affaire Berset», où elle revient avec insistance sur ses accusations d’utilisation par Alain Berset de moyens publics pour régler une affaire privée. En évacuant les reproches adressés au conseiller fédéral, ce deuxième tir ne fait que renforcer une idée: l’hebdomadaire et le premier parti de suisse sont en croisade contre le Fribourgeois.

Car derrière l’«affaire Berset» se profile une évidente campagne politique, dont l'objectif est d’affaiblir le conseiller fédéral responsable de la Santé et visage de la lutte contre le coronavirus en Suisse. Mais aussi d’alimenter une campagne de votation à peine déguisée: celle du 28 novembre prochain et de l’ordonnance de la loi Covid sur le certificat sanitaire. Dans ce duel, et parmi les partis représentés sous la coupole, l’UDC est bien seule contre tous, Conseil fédéral compris.

Un coup de sonde dans les environs de la Place fédérale confirme que personne n’est vraiment dupe: si officiellement, cette campagne de votation n’est pas encore lancée, elle l'est bel et bien dans les têtes et dans la rue. Aujourd'hui déjà, on a presque oublié qu'on vote ce dimanche (sur d’autres objets) et c'est bien ce 28 novembre qui cristallise les discussions. En ligne de mire donc, le certificat sanitaire, instrument central du Conseil fédéral pour sortir la crise du Covid qui dure depuis plus d’un an et demi.

L’Union démocratique du centre (UDC) et la Weltwoche comptent bien profiter de cette agitation. Avant l’hebdomadaire alémanique, le conseiller fédéral (UDC) Ueli Maurer avait déjà creusé le sillon en revêtant «par hasard» le t-shirt d’un groupe de sonneurs de cloches fermement opposé aux mesures de lutte contre le coronavirus. La Weltwoche n’a fait que prendre le relai. La semaine dernière d’abord, puis encore ce jeudi.

twitter

Le premier parti du pays et la Weltwoche le savent bien: il y a une opportunité de marquer des points et ramener un tant soit peu la couverture vers eux. Car le 28 novembre au soir, à l’heure de l'analyse des résultats de la votation sur la loi Covid, l’écart de voix pourra être sujet à des interprétations diverses. Un score serré permettrait aux perdants de parler de succès. Voire aux gagnants de parler de défaite…

C’est un des enjeux dissimulés derrière les révélations de la Weltwoche: grappiller, si c’est encore possible, quelques pourcentages d'ici le 28 novembre.

«Il y a un intérêt, légitime ou non, de mettre Alain Berset en difficulté dans la perspective du 28 novembre»
René Knüsel, politologue et professeur honoraire à l’Université de Lausanne (Unil)

Une commission pour faire la lumière

Il y a les intérêts politiques, mais aussi les intérêts publics. Ce qu’a révélé la Weltwoche fait (aussi) partie de ces derniers. Du moins les questions que l’hebdomadaire soulève. Justement, il est fort probable que la commission de gestion du Conseil national se penche le mois prochain sur les révélations de la Weltwoche. L’objectif sera d’éclaircir si oui ou non le conseiller fédéral Alain Berset a utilisé abusivement des moyens publics (mobilisation de son secrétariat général, utilisation d’une limousine de fonction, etc.) pour régler une affaire privée (son ex-maîtresse qui le faisait chanter). Selon les avis pris ici et là, il est toutefois peu envisageable que la commission arrive à donner des réponses aux questions avant la votation du 28 novembre. Sa prochaine réunion est prévue le 22 octobre, soit un mois avant le scrutin.

Cela dit, un rapport de cette commission (mais celle du Conseil des Etats) en lien avec cette affaire existe déjà. Le document analyse si l’activité du Ministère public dans le cadre de son travail sur l’«affaire Berset» est conforme. C’est en effet lui qui a traité la plainte du conseiller fédéral que ce dernier avait déposé en décembre 2019 contre la femme qui le menaçait de chantage.

René Knüsel analyse pour watson: «Un petit "oui" à la loi Covid affaiblirait fortement Alain Berset et le Conseil fédéral dans son ensemble. Ce serait le scénario du pire avec des perdants qui pourraient ne pas accepter le résultat et remonter au filet rapidement. Nous aurions affaire à une partie de la population frustrée».

A l’inverse, si c’est un «non» qui sort des urnes, «le score sera très serré et remettrait sérieusement en cause la ligne suivie par le Conseil fédéral avec l’approbation du Parlement», poursuit René Knüsel. Le pays se retrouverait alors désorienté, un peu comme c’est le cas aujourd’hui dans le dossier européen, au point mort depuis la fin des discussions autour de l’accord-cadre.

Les fronts sont figés

Enfin, un clair «oui» validerait la stratégie du gouvernement fédéral. «Mais dans tous les cas, il est important qu’aucune des parties n’ait une attitude triomphaliste», conseiller encore le politologue, qui observe déjà, comme d’autres d’ailleurs, une société divisée et des fronts qui se crispent, voire se radicalisent et versent dans l'agressivité.

«De toute façon, les positions ne bougent pas vraiment», estime, pour sa part, Philippe Nantermod, conseiller national valaisan et membre de la commission de gestion qui se penchera probablement sur l’affaire Berset (lire encadré):

«Je vois un score comme le 13 juin, où 60% des votants s’étaient prononcés contre le premier référendum contre la loi Covid»

Dans ce contexte a priori peu mouvant, peu s’étonnent donc que l’UDC, à travers la Weltwoche, s’attaque «bassement» à Alain Berset. Les arguments scientifiques ou rationnels, parfois reconnus dans un camp comme dans un autre, ne portent plus.

«Tout est désormais flottant et agressif: au lieu de rester dans les registres du débat, certains tentent d’affaiblir et de faire tomber le conseiller fédéral»
René Knüsel

On s’attaque dès lors à la personne, «au physique», pour amener les indécis à rejoindre le camp des opposants avec des considérations qui n’ont plus rien à voir avec la pandémie.

Reste qu’à la fin novembre, la situation épidémiologique prévalant les deux semaines précédant le vote jouera certainement un rôle central. Sur watson, le politologue Marc Bühlmann prédit lui aussi un résultat proche de celui du printemps. «Un éventuel vote sur l'initiative contre la vaccination obligatoire pourrait également être intéressant», notamment pour prendre le pouls de la population sur la pandémie. Ça tombe bien, le texte est sur le point d'aboutir: les initiants revendiquent déjà près de 115 000 signatures sur un objectif fixé à 120 000.

Après le virus et les votations, la drogue!

Vidéo: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Cette pub religieuse sur un bus est illégale»: la Genève laïque choquée
Depuis près d'un an, un bus des Transports publics genevois (TPG) arbore en grand une publicité placée par un client proche des évangélistes. Les TPG ont-ils contrevenu à la loi sur la laïcité? Mauro Poggia, président du Conseil d'Etat, va y regarder de plus près.

Les Transports publics genevois (TPG) ont-ils enfreint la loi cantonale sur la laïcité? Photographié vendredi dernier dans le quartier de la gare, l’arrière d’un bus de la ligne 19 arborait en grand une affiche portant l’inscription religieuse suivante: «Tu es le Dieu qui me voit». Tirée de la Genèse, premier livre de l’Ancien Testament, cette citation, accompagnée de la mention «La Bible», occupait un espace habituellement dévolu à la publicité. De fait, c’est une publicité. En l’espèce, pour la foi en Dieu et le christianisme.

L’article