DE | FR
Analyse

Couac sur les chiffres Covid: pourquoi l'OFSP a «oublié» 20 000 cas

Lundi, les autorités sanitaires ont annoncé 38 437 nouvelles infections en 96 heures, alors que celles-ci montent à près de 60 000. Comment cela a-t-il été possible?
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
04.01.2022, 10:2604.01.2022, 11:50
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi
Corsin Manser
Corsin Manser
Corsin Manser
Suivez-moi

Le premier jour ouvrable de la nouvelle année a été marqué par un joli couac autour des chiffres du Covid-19. Peu après 13h30, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé que 38 437 nouvelles infections au coronavirus avaient été détectées en Suisse et au Liechtenstein au cours des dernières 96 heures.

Ce chiffre était toutefois trompeur. watson a réévalué les données et corrigé la valeur à 57 434 nouvelles infections. Un saut énorme: qu'est-ce qui se cache derrière?

Annonces quotidiennes vs valeurs quotidiennes

Pour comprendre l'énigme derrière les chiffres, il faut expliquer la différence fondamentale entre les annonces quotidiennes et les valeurs quotidiennes. Examinons pour cela les chiffres concrets de lundi:

L'OFSP annonce 38 437 nouvelles infections

Les 38 438 sont les «annonces du jour» de lundi: il s'agit de la quantité de tests positifs déclarés ce jour-là, et qui n'ont pas encore été enregistrés dans les statistiques.

En d'autres termes: les infections qui ont été détectées à Noël mais qui n'ont pas encore été déclarées sont également prises en compte. De telles «déclarations tardives» se produisent par exemple lorsqu'un laboratoire est surchargé et ne peut pas déclarer à temps chaque test confirmé.

Image: datawrapper

Par valeurs journalières, on entend d'autres chiffres: il s'agit du nombre d'infections qui ont été testées un jour donné. Ces données ne doivent pas nous intéresser plus que ça, mais il est important de connaître la différence.

Comment arrive-t-on à 57 434 cas?

Jusqu'à présent, l'OFSP avait pour pratique de publier les annonces quotidiennes en référence à la dernière mise à jour des données. Ce n'a pas été le cas ce lundi: l'OFSP n'a pas communiqué le nombre de cas détectés depuis le 30 décembre, date à laquelle remontent les dernières annonces de l'OFSP. Au lieu de cela, il a publié les données depuis vendredi dernier, le 31 décembre 2021. Autrement dit, un jour entier a été oublié.

En effet, il aurait été plus correct de parler de 57 434 nouvelles infections. On obtient ce chiffre en comparant le nombre total d'infections connues entre le 30 décembre et ce lundi. L'OFSP a comparé cette somme avec celle du 31 décembre, raison pour laquelle il a obtenu un chiffre nettement inférieur.

Image: datawrapper

L'OFSP assure que les chiffres sont corrects

L'OFSP ne veut pas entendre parler d'erreur. Interrogé à ce sujet, il indique que le tableau de bord des données a toujours indiqué qu'il s'agissait de la différence avec le vendredi. «Les chiffres qui sont arrivés entre le jeudi 30 décembre et le vendredi 31 sont inclus dans le total des cas. En ce sens, le tableau de bord est correct et complet». L'OFSP a néanmoins supprimé un premier tweet qui faisait état de 38 437 cas.

Les chiffres actuels de l'OFSP ne donnent toutefois pas une image complète du nombre de personnes réellement infectées. En réalité, il existe probablement un grand nombre de cas non recensés. L'OFSP a annoncé une forte augmentation du taux de positivité pour le 2 janvier. Il s'élève à 42,1% pour les tests PCR et à 28% pour les tests antigéniques rapides. Il s'agit d'une valeur record.

Ce qui donne des raisons d'espérer, ce sont les données sur les hospitalisations: leur tendance est nettement à la baisse. L'OFSP met toutefois en garde: «Les chiffres relatifs aux hospitalisations doivent être interprétés avec prudence en raison de lacunes et de retards dans les déclarations». En d'autres termes, des corrections pourraient intervenir dans les jours à venir si certaines hospitalisations n'avaient pas encore été saisies en fin d'année.

Image: datawrapper

Les 16 ans face à l'extension du certificat Covid

Plus de Covid? En veux-tu en voilà

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

Des milliers de Pékinois en quarantaine forcée ++ L'île de Pâques réouvre ses frontières

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pas de matériel de guerre suisse en Ukraine: le paradoxe de la neutralité
La neutralité armée implique que la Suisse dispose de sa propre industrie d'armement. L'interdiction de livrer des armes contenant des composants suisses remet en question ce système. La ministre de la Défense Viola Amherd s'est exprimée sur cette contradiction.

L'interprétation de la neutralité de la Suisse anime les débats. Au niveau national, les présidents du PLR et du Centre critiquent fortement la situation. Au niveau international, le vice-chancelier allemand Robert Habeck a déclaré dimanche à Davos: «Si l'on refuse de livrer des armes, on ne fait plus la différence entre l'agresseur et l'agressé. Une loi qui est quasiment aveugle à la Russie et à l'Ukraine est une loi qui ne comprend plus la réalité.» Le président letton, Egils Levits, a lui aussi déclaré:

L’article