DE | FR

Avez-vous récemment acheté cette plante? Vous devez agir immédiatement

Bild

De mars à mai 2021, plusieurs dizaines de plantes ornementales vendues en Suisse étaient infestées par un organisme nuisible dont la présence était jusque-là inconnue en Europe.



L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) cherche les acheteurs des plantes de Callistemon infestées par des cochenilles Ripersiella hibisci.

Voici à quoi elles ressemblent:

Bild

Quels sont les risques?

Cet organisme nuisible peut infester des plantes en pot, comme l'hibiscus, le laurier-rose ou encore les figuiers et diverses espèces de bonsaï, indique lundi l'OFAG. Les plantes présentent d’abord un retard de croissance, puis jaunissent et se flétrissent, et finissent par mourir.

Le nuisible a été introduit par l'arrivée de cinquante plantes de Callistemon, aussi connu sous le nom de «Rince-bouteille». Elles ont été importées en Suisse depuis une entreprise italienne où un foyer de cochenilles Ripersiella hibisci a ensuite été détecté.

Ma plante est-elle concernée?

Les acheteurs de plantes de Callistemon, vendues entre mars et mai 2021, sont priés de contacter au plus vite le Service phytosanitaire fédéral pour enrayer la propagation de l'organisme en Suisse. Il peut devenir «une menace pour l'horticulture productrice». Les pots infestés sont munis d'un passeport phytosanitaire avec le drapeau européen et le numéro IT-19-0327. (ats)

Bild

Manifestation à Lugano

1 / 19
Manifestation à Lugano
source: andrea cavazzoni / andrea cavazzoni
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Loi Covid, pour ou contre?

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Les requérants d'asile seront davantage vidéosurveillés

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel
Thèmes

C'est quoi ce nouveau «certificat light» prévu par la Confédération?

A peine le certificat Covid présenté que les autorités en prévoient déjà un deuxième. La nouvelle version «light» est destinée à un usage national et vise la protection des données.

Bien que le premier certificat Covid vienne seulement d’être lancé, après de longues discussions, la Confédération prévoit déjà une deuxième version. Comme le rapporte Blick, le Conseil fédéral aurait chargé, vendredi, l'Office fédéral de l'informatique et des télécommunications (Ofit) d'élaborer un autre certificat. Appelé «certificat light», il est destiné à être utilisé en Suisse.

La version light est censée contenir moins de données personnelles. Le gouvernement veut ainsi éviter que les …

Lire l’article
Link zum Artikel