DE | FR

La Suisse s'entraîne à lutter contre la crise de la peste porcine

Pour se préparer à cette urgence, qui nécessiterait l'intervention de tous les services vétérinaires cantonaux, un exercice de simulation de crise est organisé du 2 au 4 novembre.
Pour se préparer à cette urgence, qui nécessiterait l'intervention de tous les services vétérinaires cantonaux, un exercice de simulation de crise est organisé du 2 au 4 novembre.shutterstock
En Suisse, l'arrivée de la peste porcine africaine (PPA) est imminente, et elle sera dévastatrice pour les porcs et les sangliers. Un exercice de simulation est prévu pour se préparer à cette nouvelle crise.
21.10.2021, 15:0622.10.2021, 17:48

La peste porcine arrive. Le directeur de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a donné l'alerte:

«La question n'est pas de savoir si cela arrivera, mais quand cela arrivera»
Hans Wyss, directeur de l'OSAV

Actuellement, la peste porcine africaine (PPA) représente une des plus grandes menaces pour la faune en Suisse.

Un exercice de simulation de crise

Pour se préparer à cette urgence, qui nécessiterait l'intervention de tous les services vétérinaires cantonaux, un exercice de simulation de crise est organisé du 2 au 4 novembre.

Le programme?

  • La propagation fictive de la peste porcine africaine dans plusieurs exploitations porcines ainsi que dans des zones forestières dans tout le pays.

Le but de cet exercice?

  • Tester l'efficacité de réponse à la crise.
  • Evaluer la coopération entre les autorités fédérales, les services vétérinaires cantonaux, la branche porcine et l'Office alimentaire et vétérinaire du Liechtenstein.
  • Tester les capacités organisationnelles et numériques (notamment les nouveaux outils numériques servant au traitement des données).

Un véritable fléau chez les porcs

Un quart des porcs dans le monde pourrait mourir de la PPA selon l'Organisation mondiale de la santé animale. Cette maladie virale est hautement contagieuse, mais sans danger pour l'être humain.

Par contre, les porcs et les sangliers ne s'en sortent pas aussi bien: Elle est presque toujours mortelle pour les animaux qui en sont infectés.

Le virus de la PPA est très résistant et peut survivre très longtemps dans l'environnement, en particulier dans le sang, les produits à base de viande et les carcasses d'animaux.

Géographiquement parlant, la maladie a touché plusieurs régions du monde au cours des dernières années:

  • Plusieurs pays d'Afrique.
  • La Sardaigne.
  • La Géorgie.
  • La Russie.
  • L'Est de l'Europe.
  • Tout récemment, plusieurs cas ont été détectés en Allemagne.

Au mois d'août, le nombre de foyers de contamination chez les porcs domestiques a atteint un niveau très élevé en Europe. D'où un risque très élevé d’introduction de la PPA en la Suisse, selon l'OSAV. (mbr/ats)

Vous aimez les animaux? Voici les chiens dans le métro de New York.

1 / 14
Les chiens dans le métro de New York
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Une coupe du monde de ballons de baudruche? Oui, oui ça existe!

Aussi dans l'actu...

Voici pourquoi le tirage au sort des juges est un vrai débat

Link zum Artikel

La Street Parade de Zurich (encore) utilisée pour propager des mensonges

Link zum Artikel

Panne du certificat Covid: Faut-il accepter ou refouler tout le monde?

Link zum Artikel

La grève pour le climat c'est ce vendredi, voici où ça va se passer

Link zum Artikel
Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?
De Moderna à Pfizer, les entreprises pharmaceutiques annoncent vouloir adapter leurs vaccins au nouveau variant Omicron. Mais alors, devons-nous attendre la nouvelle version avant de repasser par la case piqûre? Les réponses de Didier Pittet, infectiologue aux HUG.

Suite à l'apparition d'Omicron, tant Pfizer que Moderna ont annoncé vouloir développer une dose de rappel pour ce variant. Vaut-il mieux attendre avant d'aller se faire injecter une troisième dose?
Didier Pittet, infectiologue:
La réponse est claire: non. En réalité, les laboratoires se préparent depuis un an et demi à l'éventualité d'un nouveau variant pour lequel il faudrait adapter le vaccin actuel de manière à mieux cibler les éléments du virus.

L’article