DE | FR

Le PS veut savoir où se planque l'argent des oligarques

Le parti socialiste suisse exige que la place financière suisse soit passée au crible. Le but? Traquer où les oligarques russes ont caché leur argent. Comment? Grâce à une taskforce spéciale.
23.03.2022, 06:4523.03.2022, 07:15

Le PS suisse réclame la mise en place d'un groupe de travail, comme il existe déjà dans d'autre pays. Sa mission: passer au peigne fin notre place financière pour y trouver d'éventuels fonds d'oligarques russes, afin de pouvoir les confisquer.

Qui est responsable?

Les coprésidents du parti socialiste, Mattea Meyer et Cédric Wermuth, ont été formels dans un entretien diffusé mercredi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

Selon eux, plusieurs entités ont une responsabilité:

  • Le ministère public de la Confédération.
  • L'autorité de surveillance des marchés financiers (Finma).
  • Les experts du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales.

Ces groupes doivent avoir un aperçu des fonds, des biens immobiliers et des œuvres d'art stockées en Suisse.

Le rôle de la Suisse

Les biens doivent être confisqués, ajoute Mattea Meyer.

«C'est urgent et cela relève de la compétence du Conseil fédéral»

Il faut ensuite prendre des mesures pour que la Suisse ne se retrouve plus dans une telle situation, poursuit la conseillère nationale zurichoise.

La loi sur le blanchiment d'argent et celle sur les embargos doivent notamment être améliorées, ajoute-t-elle. Il faut enfin en finir avec l'attitude «tant que les roubles roulent, nous regardons ailleurs». C'est tout sauf neutre, lâche Meyer.

Mattea Mayer, co-présidente du parti socialiste, le 28 février 2022.
Mattea Mayer, co-présidente du parti socialiste, le 28 février 2022.Image: sda

«Une neutralité active ne signifie pas détourner le regard, mais être l'avocat du droit international et des droits fondamentaux», lance-t-elle.

Ce n'est pas un hasard si 80% du commerce russe de matières premières se passe en Suisse et si les oligarques y obtiennent sans problème des droits de séjour, selon elle. (mbr/ats)

Thèmes

Les réfugiés ukrainiens

1 / 7
Les réfugiés ukrainiens
source: sda / amel pain
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Scarifié par des néonazis? Ce jeune Romand a inventé son agression
En janvier dernier, le récit de son attaque par des néonazis à Neuchâtel avait ému la toile. En fait, ce jeune homme a tout inventé... au point de se scarifier la joue lui-même avec une croix gammée.

Il y a quelques mois, l'affaire avait ému le canton de Neuchâtel, comme le rappellent, vendredi, nos confrères d'Arcinfo. Un jeune homme de 28 ans racontait s'être fait taillader une croix gammée sur le visage. Il aurait été la cible d'une bande de jeunes néonazis parlant allemand, pour des motifs, selon lui, «racistes». D'importants moyens avaient alors été déployés par la police pour découvrir le fin mot de cette histoire.

L’article