Suisse
Armée

Armée: Berne pense à envoyer les femmes sous les drapeaux

L'armée suisse veut plus de femmes militaires dans ses rangs.
Image: KEYSTONE

Pour sauver l'armée, Berne pense à envoyer les femmes sous les drapeaux

Le Conseil fédéral a réduit à deux le nombre de solutions pour compenser la baisse d'effectifs de l'armée. Une récolte de signatures est prévue pour une troisième, qui demande un service national obligatoire, civil ou militaire.
14.10.2022, 15:3514.10.2022, 17:51
Plus de «Suisse»

Le Conseil fédéral met en garde contre le manque d'effectifs à venir pour l'armée de milice. Si l'effectif actuel de 150 000 hommes (et femmes) est atteint, l'armée craint que ce nombre ne baisse très vite, «jusqu'à 11 000 militaires» quittant chaque année l'armée avant la fin de leurs jours de service, note Le Temps.

Le quotidien basé à Genève note également que la période de service a prévu de passer de douze à dix ans, ce qui «risque de faire plonger les effectifs d'un coup autour de 2030».

«La situation est catastrophique»
Stefan Holenstein, président de la Société suisse des officiersLe temps

De quatre solutions en mars, le Conseil fédéral est désormais passé à deux propositions. Auxquelles vient s'ajouter une troisième, proposée par une initiative.

La disparition du service civil

La première solution représente, grosso modo, un retour à l'ancienne: tout le monde doit servir. Par tout le monde, on entend: tous les citoyens masculins. Ceux qui sont déclarés inaptes sont envoyés dans une nouvelle structure issue de la fusion de la Protection civile et du service civil.

C'est la variante «dure» que propose le gouvernement et qui réduirait efficacement le nombre de conscrits absents, tout en réduisant le succès du service civil, qui n'a jamais été imaginé comme une alternative à l'armée. Mais il risque d'augmenter l'agitation dans la société, car il s'agit de facto d'une suppression de celui-ci.

L'armée obligatoire pour tous... et toutes

L'autre solution consiste à étendre l'obligation de servir dans l'armée aux femmes. Une proposition d'actualité dans une ère de revendications pour l'égalité, mais il y a un gros problème: pour qu'elle soit acceptée, il faut un changement de Constitution, approuvé par le peuple.

Et c'est là que les choses risquent de se corser. Il n'est pas sûr que cette modification soit acceptée par la population, notamment «à la suite des récentes votations sur l’AVS», note le président de la Société suisse des officiers dans les colonnes du journal romand.

Un «service de milice»

Une «troisième voie» est-elle possible? C'est celle de l'extension «service de milice» obligatoire, qui serait imposé aux hommes comme aux femmes et proposerait de servir dans le militaire, le civil ou la protection civile.

«On peut ne pas aimer le service civil en raison de la concurrence qu’il fait à l’armée, mais personne ne remet en cause son efficacité et ses bienfaits»
Noémie Roten, initiative pour un service citoyenle temps

Les associations liées à l'extension du service civil pour le transformer en cette solution récoltent en ce moment des signatures pour présenter un projet correspondant à Berne.

«Si le Conseil fédéral renonce à étudier un service citoyen, notre initiative n’en est que plus nécessaire»
Noémie Roten, initiative pour un service citoyenle temps

Prochain délai? La date de fin de la récolte de signature en octobre 2023.

(acu)

Pionniers du vol en Suisse
1 / 6
Pionniers du vol en Suisse
Oskar Bider fut le premier chef pilote de l’aviation militaire suisse et le premier à survoler les Pyrénées en 1913. (image: musée national suisse)
source: musée national suisse
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Alain Berset a une bonne raison de se rendre au Bürgenstock
L'ancien conseiller fédéral socialiste veut devenir secrétaire général du Conseil de l'Europe. Quoi de plus opportun alors que la conférence sur la paix en Ukraine pour tenter de séduire un max de chefs d'Etat.

La Suisse organise un événement diplomatique de tous les superlatifs ce week-end: les représentants de plus de 90 pays sont attendus, samedi et dimanche, à la conférence sur l'Ukraine au Bürgenstock. La vice-présidente américaine Kamala Harris, le chancelier allemand Olaf Scholz, la première ministre italienne Giorgia Meloni ou le président français Emmanuel Macron, entre autres, feront le déplacement dans le canton de Nidwald.

L’article