DE | FR
Image: Keystone

Dans le canton d'Uri, on protège les peintures avec de la crème solaire

Le diable des gorges de Schöllenen a eu le droit à un ravalement de façade un peu... spécial et elle a meilleure mine.
20.08.2021, 15:1320.08.2021, 17:07

Oui, oui les pièces d'art ont le droit, elles-aussi, à une séance de lifting. Ce n'est pas la peinture murale, «Le diable et le bouc», près du pont du diable, dans les gorges de Schöllenen (UR), qui dira le contraire.

En effet, les années ont passé, les fleurs ont fané... Bref, le temps a fait son œuvre et les rayons UV du soleil ont fini par décolorer la fresque d'environ quatre mètres de haut. Elle a eu donc la chance d'être repeinte et recouverte d'un vernis résistant aux UV. Autrement dit, de la crème solaire.

Combien l'opération a-t-elle coûté? Les frais de restauration s'élèvent à 30 000 francs, pris en charge par le canton.

Un peu d'histoire

Mais comment cette fresque s'est-elle retrouvée sur un rocher? Eh bien, l'Office du tourisme d'Andermatt désirait visiblement une peinture de Heinrich Danioth. L'œuvre originale a donc été conçue au début des années 1950 par cet artiste et poète suisse. Elle a été peinte sur une falaise de granit.

Impossible de la louper si l'on passe par le col du Gothard 👇

Image: KEYSTONE

Bon, elle n'y est pas resté longtemps. Lorsque la route nationale traversant les gorges de Schöllenen a été construite en 1955, la peinture a dû laisser la place à un tunnel. Pas de panique. Elle n'a pas disparu, mais a été reconstituée à gauche de l'entrée du passage souterrain, rassure la Chancellerie cantonale uranaise.

(ats/fag)

A Neuchâtel, on met des steaks de foie gras dans les sandwichs

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse rejette 14 000 tonnes de plastiques par an et on connaît le responsable
Malgré les nombreuses mesures déjà déployées, beaucoup de matières plastiques (macroplastiques et microplastiques) parviennent toujours dans l’environnement en Suisse.

La Suisse rejette 14 000 tonnes de plastiques par an. La principale source de pollution est l'abrasion des pneus, constate vendredi le Conseil fédéral dans un rapport. Des améliorations sont possibles.

L’article