DE | FR

Le phénotypage, ce nouvel outil d'analyse ADN pour élucider les crimes

Bild

Shutterstock

Trouver la couleur des yeux, des cheveux ou de la peau d'un suspect en examinant un échantillon d'ADN, ça ressemble à de la science-fiction, mais c'est possible. Le Parlement suisse pourrait trancher.



Phénotypage. Derrière ce mot barbare se cache une technique d'analyse de l'ADN humain. Dans une enquête policière, en plus du sexe de l'auteur d'un crime, le phénotypage permettrait aussi de déceler la couleur des yeux, des cheveux et de la peau, ainsi que l'origine et l'âge.

Le processus, jusqu'à ce que les limiers suisses puissent utiliser pareille technologie, prendra encore du temps. Lundi, un premier feu vert a été donné par la Commission de politique de sécurité de Conseil national qui s'est, pour l'essentiel, ralliée au gouvernement.

Un cadre clair

Le Conseil fédéral pose des règles claires: le phénotypage devra être ordonné par le ministère public et ne pourra être utilisé que pour élucider des crimes, c'est-à-dire des infractions passibles d'au moins trois ans de privation de liberté, comme le viol, le rapt ou l'assassinat. Ses résultats ne pourront servir aux enquêtes que dans une affaire précise en cours et ils ne seront pas enregistrés dans la banque de données fondée sur les profils d'ADN.

Déjà aux Pays-Bas

Plusieurs pays recourent déjà avec succès au phénotypage, une méthode qui permet de déterminer certaines caractéristiques morphologiques sur la base de l'ADN. C'est le cas notamment des Pays-Bas. (ats)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La police bernoise disperse 200 jeunes manifestants pour le climat

Environ 200 activistes ont observé un sit-in, vendredi, au centre de Berne, à l'occasion de la grève internationale du climat. Ils ont été dispersés. La police est intervenue aussi à Zurich.

Des activistes pour le climat ont entamé une action de protestation, vers midi, vendredi. Elle avait été autorisée par la municipalité bernoise, mais à la condition que le nombre de participants ne dépasse les quinze personnes, à savoir le maximum autorisé dans le cadre des mesures de protection contre la pandémie de Covid-19.

La police a d'abord demandé aux activistes de quitter le rassemblement, puis elle a publié un bilan sur son compte twitter:

Environ 200 personnes se sont également réunies …

Lire l’article
Link zum Artikel