DE | FR
Des partisans du maintien de Moutier dans le canton de Berne font virevolter le drapeau de leur cœur. Moutier, 28 mars 2021.
Des partisans du maintien de Moutier dans le canton de Berne font virevolter le drapeau de leur cœur. Moutier, 28 mars 2021. image antoine menusier

A Moutier, que ce soit oui, que ce soit non, «y aura recours»

Dans la cité prévôtoise où l'on vote ce dimanche pour ou contre le rattachement au canton du Jura, la victoire, qui qu'elle contente, sera peut-être contrariée par des opérations de recours d'ores et déjà annoncées. Ça ne s'arrêtera donc jamais? Reportage.
28.03.2021, 13:0931.03.2021, 13:26

Sous haute surveillance, Moutier, baignée de soleil dans sa cuvette au cœur du Jura. Des SUV de la police cantonale bernoise vont et viennent sur l’artère principale de ville, déserte à 10 heures ce matin, à l’ouverture de l’unique bureau de vote. Les camps séparatiste et antiséparatiste sont maintenus à bonne distance l’un de l’autre. A des emplacements on ne peut plus symboliques.

L'unique bureau de vote. Moutier, 28 mars 2021.
L'unique bureau de vote. Moutier, 28 mars 2021.image antoine menusier

Le QG du «oui» au rattachement au canton du Jura est situé dans l’Hôtel de la Gare, sortie Nord, en direction de Delémont. Celui du maintien dans le canton de Berne, au Forum de l’Arc, sortie Sud, en direction de Bienne. Moutier sera renseignée sur son sort aux alentours de 17 heures. Mais déjà plane de part et d’autre la menace de recours. On n’en finira donc jamais?

Steve Léchot, porte-parole du non. Moutier, 28 mars 2021.
Steve Léchot, porte-parole du non. Moutier, 28 mars 2021. image antoine menusier

Vêtu d’un sweat bleu ciel, Steve Léchot, porte-parole de Moutier Plus, qui regroupe les partisans du «non», sort du bureau de vote accompagné d’amis. «J’ai le sentiment du devoir accompli», dit-il, satisfait de la campagne menée. «On a reçu beaucoup d’argent, 100 000 francs, ça montre qu’il y a eu une mobilisation en faveur du maintien dans le canton de Berne», estime-t-il, tel un boxeur dans l’attente d’une décision aux points.

Drapeaux jurassiens arborés. Moutier, 28 mars 2021.
Drapeaux jurassiens arborés. Moutier, 28 mars 2021. image antoine menusier

Bernois en retrait

Mobilisation, assure Steve Léchot, mais toujours pas de drapeaux bernois aux fenêtres, quand les couleurs jurassiennes s’y affichent comme pour un jour de victoire. Nul ours aux balcons. «Notre vote n’est pas un vote pour Berne, mais une vision pour l’avenir de la région», réexplique le porte-parole du non.

Autonomistes jurassiens après avoir voté. Moutier, 28 mars 2021.
Autonomistes jurassiens après avoir voté. Moutier, 28 mars 2021. image antoine menusier

Un drapeau bernois pointe enfin son museau, comme venant de nulle part. Il virevolte, tenu par la fenêtre avant d’une Audi noire aux vitres arrières teintées. La voiture va et vient, est bloquée à un passage-piétons situé devant un burger où sont rassemblés des séparatistes chez qui le masque semble être en option. L'un d'eux jette le fond de son verre à la tête du passager du véhicule, qui repart.

Steve Léchot bluffe-t-il? Toujours est-il qu’il confie une «petite déception» lorsqu’on lui fait part de la nouvelle de la veille: le gouvernement bernois qui émet des doutes sur l'honnêteté du registre électoral, soupçonnant par là même un possible tourisme électoral à l’avantage des séparatistes. «Le gouvernement bernois avait pourtant fourni toutes les garanties», poursuit-il, comme s’il regrettait cette «fuite». En tout cas l’occasion est donnée au camp du «non» de faire recours dès ce soir si le «oui» l’emporte.

Le vote de 2017? «Un vol»

Edgard, 89 ans, et l’homme qui l’accompagne au bureau de vote, sont séparatistes. Edgard est de Moutier, jurassien de cœur et peut-être ce soir le sera-t-il aussi de papier. Durant les années de braises de la décennie 70, il était dans la bataille. «A l’armée, j’étais grenadier. Ça m’était utile. Dans les rangs jurassiens, disons que j’étais grenadier indépendant», sourit-il derrière son masque.

La Birse à Moutier, témoin de la Question jurassienne. Moutier, 28 mars 2021.
La Birse à Moutier, témoin de la Question jurassienne. Moutier, 28 mars 2021. image antoine menusier

Pour Edgard et son accompagnateur, un «non» en fin d’après-midi n’est pas envisageable. «En 2017, ils nous ont volé la victoire, affirme la personne qui accompagne le vieil homme. Le vote favorable au rattachement au canton du Jura avait été invalidé en raison d’une communication jugée partiale de la municipalité autonomiste prévôtoise. Là aussi, on évoque un «recours inévitable» en cas de «non» cette fois.

Ça ne s’arrêtera donc jamais ? «Ça peut finir dans le marigot», image Steve Léchot. Encore quelques heures avant une délivrance qui sera peut-être contrariée, qui qu’elle contente sur le coup.

Des articles sur ce dimanche politique

Qui est Fabienne Fischer, la nouvelle conseillère d'Etat Verte genevoise

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

Moutier, une histoire pop de la Question jurassienne

Link zum Artikel

Pourquoi la Suisse romande ne vote qu’à gauche (ou presque)

Link zum Artikel
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les commentaires de lecteurs les plus populaires
avatar
U+1F595
28.03.2021 19:40inscrit juillet 2020
Vive le Jura libre!
✌️
211
Signaler
Au commentaire
4
Vague de vols dans les caves de l'Ouest lausannois
La police de l'Ouest lausannois (POL) a observé une recrudescence de vols par effractions dans les caves des immeubles durant la nuit. Le phénomène est observé depuis la mi-mars.

Vélos électriques ou de route, e-trotinettes et bouteilles de vin sont particulièrement convoités par les voleurs. Ceux-ci sont souvent à la recherche de ces objets, dont la valeur peut rapidement s’élever à plusieurs milliers de francs, indique mardi la POL dans un communiqué. Celle-ci a constaté une hausse de ce type de vols depuis la mi-mars.

L’article