ciel couvert11°
DE | FR
Suisse
Certificat Covid

Covid: non vaccinée mais guérie, une Vaudoise est recalée d'un job

Covid, emplois
Image: watson

Covid: non vaccinée mais guérie, une Romande est recalée d'un job

Après avoir révélé lors d'un entretien d'embauche qu'elle possédait le certificat Covid grâce à la guérison et non grâce au vaccin, une quadragénaire vaudoise s'est vue bannie du processus. Se sentant discriminée, elle se demande si la démarche est légale. Réponse avec Michel Chavanne, avocat.
27.01.2022, 05:5007.07.2022, 11:41
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

«Ils veulent des personnes exclusivement vaccinées», c'est par ces mots, écrits noir sur blanc dans un e-mail il y a quelques jours, qu'Estelle* a appris qu'elle ne décrocherait pas l'emploi qu'elle convoitait à Genève. «Lors d'un pré-entretien, la personne m'a demandé si j'avais le passe vaccinal. J'ai pensé qu'il y avait une confusion avec la France, alors j'ai précisé que j'avais le certificat Covid parce que j'avais eu le virus en décembre.»

La Vaudoise aurait eu meilleur temps de ne rien dire. Quelques heures plus tard, elle reçoit un e-mail lui indiquant que sa candidature n'irait pas plus loin, l'entreprise n'acceptant plus que des personnes vaccinées. «Sur le coup, j'ai été surprise, j'ai cru à une blague.» Elle poursuit:

«J'ai ressenti une injustice: qu'est-ce que j'ai fait de faux? C'est de la discrimination»

Car la quadragénaire, dont l'immunité a été boostée par les anticorps liés à la maladie, possède un certificat 2G+, le plus haut niveau possible en Suisse. Si Estelle ne souhaite pas aller plus loin dans cette affaire, elle s'interroge: «Est-ce légal de faire ça? Est-ce que cela va se répéter pour d'autres emplois? Si les entreprises n'acceptent plus que des personnes vaccinées, cela peut pousser des gens dans des situations de grande précarité».

Le vaccin, sujet sensible

Pour Michel Chavanne, avocat spécialisé en droit du travail, l'employeur pourrait être condamné dans une telle situation. «Il la discrimine clairement pour une mauvaise raison. Il utilise une donnée personnelle qu'il n'a pas le droit d'utiliser pour l'écarter d'un processus de candidature.» A ses yeux, la situation d'Estelle est symptomatique d'un phénomène plus large depuis l'arrivée du Covid:

«La vaccination est un sujet hyper sensible, tant pour les employeurs que pour les employés. Pourtant, on en parle librement tous les jours au café, sans même réaliser de quoi il s’agit»
Michel Chavanne, avocat

Qui est vacciné, qui ne l'est pas? Qui a été malade? Le spécialiste observe que les employés livrent spontanément des informations que l'employeur n'est même pas en droit de demander. «Les données médicales sont des données sensibles que chacun peut garder pour lui», rappelle-t-il.

Les gens sans certificat peuvent être exclus d'une offre

Dans le cas d'Estelle, la seule question qui aurait donc dû être posée et répondue dans le cadre de l'entretien d'embauche est: «Possédez-vous le certificat Covid? Peu, importe comment il a été obtenu».

Si l'entreprise peut le justifier, une offre d'emploi pourrait effectivement s'adresser uniquement aux personnes titulaires du certificat, précise l'avocat. Par exemple, si le poste réclame que l'employé puisse accéder à des lieux qui exigent le fameux sésame.

«Si la personne ne peut pas exercer son activité parce qu'elle ne possède pas de certificat Covid, même si c'est pour de bonnes raisons, là l'employeur est dans son droit»
Michel Chavanne, avocat

*Prénom d'emprunt

A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Voici comment la Suisse compte affronter le Hamas
Le Hamas est une organisation terroriste pour plusieurs pays, mais la Suisse n'a pas encore pris de décision définitive à ce sujet. Voici ce qui pourrait changer.

«Le Hamas doit être interdit en Suisse», affirme mercredi, le Conseil fédéral qui a pris la décision de soumettre en consultation un projet de loi visant le groupe terroriste. Cette interdiction s'étend également aux organisations qui servent de façade au Hamas, ainsi qu'à celles qui en découlent, «en plus des groupes qui agissent sous ses ordres ou en son nom».

L’article