DE | FR
Image: Keystone/Shutterstock

Malgré la forte hausse des cas, le Conseil fédéral ne durcit pas (encore) les mesures

Le gouvernement suisse s'inquiète de la hausse des cas, mais choisit, pour l'heure, de ne pas intervenir et laisse la main aux cantons. Toutefois, il laisse la porte ouverte à un resserrement des mesures. Explications.
24.11.2021, 16:0224.11.2021, 17:04
Jason Huther
Jason Huther
Suivez-moi

Le Conseil fédéral annonce avoir «analysé de manière approfondie la situation sur le front du coronavirus». Il la considère comme critique. Cependant, à quelques jours de la votation sur la loi Covid-19 (ce dimanche), le Conseil fédéral ne prend pas de mesure radicale.

Le Conseil fédéral constate bel et bien la hausse des infections Covid

Le gouvernement fait une série de constats à partir desquels il évalue la situation sur le front du Covid en Suisse:

  • Premier constat, le nombre de nouvelles infections connaît une augmentation marquée depuis la mi-octobre, notamment chez les plus jeunes. Elles ont atteint un nouveau pic annuel et «la hausse exponentielle se poursuit», explique le Conseil fédéral.
  • Quant au nombre d’hospitalisations, il ne cesse d’augmenter aussi, avec un léger retard, principalement au niveau des classes d’âge les plus âgées. Cette flambée des infections est due au variant Delta. Plus contagieux que les variants précédents, il est aussi à l’origine de formes plus graves de la maladie. Vu qu’il faut plus souvent traiter les personnes infectées et que les traitements durent plus longtemps, les unités de soins intensifs sont davantage mises à contribution.
  • Parmi les autres facteurs qui favorisent la hausse des cas, on peut citer la couverture vaccinale relativement peu élevée et le retour à l’intérieur en raison de l’hiver.

Différences cantonales marquées sur le front du Covid

Contrairement aux phases précédentes de la pandémie, la hausse du chiffre des contaminations varie d’une région à l’autre. Ainsi:

  • Le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants sur 14 jours est environ 6 fois plus élevé dans certains cantons que dans ceux où l’incidence est faible.
  • Il en va de même pour les hospitalisations.
  • A noter qu’on observe un lien clair entre la couverture vaccinale et la situation épidémiologique.

L'occupation des lits

La couverture vaccinale:

La situation est-elle critique sur le front du Covid pour le Conseil fédéral?

Le Conseil fédéral évalue la situation comme critique et estime qu’elle va encore s’aggraver les prochaines semaines:

«La circulation renforcée du virus chez les jeunes devrait augmenter sa diffusion au sein des groupes de population vulnérables et entraîner une hausse – potentiellement très rapide – des hospitalisations»
Le Conseil fédéral

Est-ce qu'il y a de l'espoir pour que la situation s'améliore?

Le Conseil fédéral estime possible d’infléchir la tendance à la hausse si la population modifie son comportement et que les régions concernées durcissent leurs mesures de lutte contre la pandémie. Le Conseil fédéral reste ainsi convaincu de la stratégie définie l’année dernière avec les cantons:

«En cas de hausse régionale marquée, c’est à eux qu’il appartient de prendre la direction des opérations et les mesures nécessaires pour que la situation reste sous contrôle, en particulier étendre l’obligation de porter le masque, notamment dans les écoles, décréter le télétravail obligatoire ou restreindre les capacités d’accueil. Certains d’entre eux l’ont déjà fait»
Le Conseil fédéral

Le Conseil fédéral va-t-il prendre des mesures?

Au vu des grandes disparités régionales et de l’occupation à ce jour relativement faible des lits de soins intensifs par des patients Covid-19, le Conseil fédéral estime qu’il n’est pas l’heure de décréter un durcissement des mesures dans tout le pays.

Le Conseil fédéral se repose sur les cantons, voici ce qu'il demande

Le gouvernement suisse s'appuie donc sur les cantons, pour l'instant.

  • Certains réalisent des tests répétés dans les écoles.
  • Des gouvernements cantonaux ont introduit l’obligation de présenter un certificat Covid pour le personnel et les visites des établissements de soins.

S'il n'impose rien, le gouvernement rappelle, toutefois, aux cantons qui ne l’ont pas encore fait:

  • Qu’ils doivent recommander ce type de mesures.
  • Qu'ils doivent préparer leurs structures hospitalières à faire face à une nouvelle charge très élevée, tout en sachant que les possibilités en la matière sont restreintes.
  • Qu'il s’agit de continuer à promouvoir la vaccination et de procéder aux vaccinations de rappel aussi rapidement que possible.
  • Qu'il faut protéger les personnes vulnérables.

Quand est-ce que le Conseil fédéral va durcir les mesures?

Pour rappel, en mai 2021, le Conseil fédéral a défini sa stratégie de lutte contre le Covid. Il partait du principe que l’ensemble de la population allait entrer en contact avec le virus:

  • Soit de manière contrôlée par le biais du vaccin.
  • Soit par le biais d’une infection.

A partir du moment où la population de plus de douze ans a accès au vaccin, l’objectif est de garantir le bon fonctionnement du système de santé. Le Conseil fédéral est conscient que cette stratégie comporte des risques:

«Il est difficile d’exclure complètement une surcharge des hôpitaux tout en tolérant des niveaux de contamination élevés. Il n’interviendra au niveau national en mettant en consultation un durcissement des mesures que si les mesures cantonales et le changement des comportements ne donnent pas de résultats»

Autrement dit: si la situation se détériore, le Conseil fédéral mettra en consultation des mesures plus strictes au niveau national. Pour rappel, selon les experts de la Confédération, la courbe des infections en Suisse suit, à quelques semaines, le même modèle que l'Autriche.

Les experts de l'OFSP, ont été très sévères mardi à ce propos, par ici 👇

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo

Le Covid, récemment

L'Autriche craint le Covid et la radicalisation des activistes anti-mesures

Link zum Artikel

En Suisse on discute du tri entre vaccinés et non-vaccinés à l'hôpital

Link zum Artikel

Envies suicidaires au rythme des confinements et des aides économiques

Link zum Artikel

«Oui, je veux le Covid!»: un site web met en vente le virus

Link zum Artikel
La 2G ne baissera pas le nombre de spectateurs dans les patinoires
Il faut désormais être vacciné ou guéri («geimpft oder genesen» en allemand, d'où les 2G) pour aller voir des matchs de hockey sur glace en Suisse. Les clubs de National League et Swiss League se sont enfin décidés mardi à prendre cette sage décision. Ils l'ont fait à l'unanimité. Et ça ne les impactera pas négativement.

La règle des 2G s'applique désormais à tous les matchs de National League et de Swiss League, ainsi qu'à la Coupe Spengler. Donc, oui, ceux qui le souhaitent peuvent parler d'une «vaccination obligatoire» pour tous les fans de hockey à partir de 16 ans. Les voix critiques ne manqueront pas. Alors les clubs ont-ils des répercussions à craindre? Non.

L’article