DE | FR

L'étau se resserre sur les non-vaccinés: règle des 2G et obligation vaccinale?

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé, n'exclut plus l'accès à certains lieux qu'aux personnes vaccinées ou guéries. Des débats auront lieu au parlement demain. A ce propos, parler d'obligation vaccinale n'est plus un tabou pour certains.
05.12.2021, 09:3405.12.2021, 10:13

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé (l'organe de coordination des cantons en matière de politique de la santé) Lukas Engelberger, dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick, n'exclut pas l'introduction généralisée de la règle dite des 2G, soit pour les personnes vaccinées ou guéries contre le Covid-19. Le Conseil fédéral a, selon lui, ouvert la porte à cette option.

«Avec sa décision de vendredi, le Conseil fédéral a déjà pris les devants. Mais si l'on ne parvient pas à maîtriser la dynamique, la 2G ne suffira pas. Il faudra alors étendre l'obligation de porter un masque et introduire de nouvelles restrictions de capacité.»
Lukas Engelbergersource: SonntagsBlick
Lukas Engelberger, conseiller d'Etat en charge de la Santé de Bâle-Ville et président de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé.
Lukas Engelberger, conseiller d'Etat en charge de la Santé de Bâle-Ville et président de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé. Image: sda

En effet, vendredi, le gouvernement a édicté toute une série de nouvelles règles (👉 résumées ici) et a donné la possibilité aux établissements publics et aux organisateurs d'événements en intérieur ou en extérieur d'introduire la règle des 2G (pour Geimpfe, vacciné et Genesene, guéris) et d'interdire l'accès aux personnes seulement testées, remarque Lukas Engelberger. Selon lui, la règle des 2G ne suffira peut-être pas:

«Il se peut que les mesures soient suffisantes. Mais personne ne devrait être surpris si nous constatons dans une ou deux semaines que d'autres restrictions sont nécessaires.»
Lukas Engelberger

Autrement dit, si la dynamique actuelle de l'épidémie ne peut pas être maîtrisée, il sera nécessaire de prendre des mesures, poursuit-il: «Il faudra étendre l'obligation de porter un masque sanitaire et introduire des limites de capacité», ajoute-t-il.

Discussion sur la règle des 2G et l'obligation vaccinale

Le débat sur l'introduction de la règle des 2G fait son chemin chez certains élus fédéraux. En effet, le président du Parti socialiste, Cédric Wermuth, estime dans la SonntagsZeitung que:

«La Confédération et les cantons doivent à nouveau renforcer nettement la campagne de vaccination»

Toutefois, il ne pense pas que cela suffise. C'est pourquoi «il faut briser les tabous», en menant rapidement une discussion sur des mesures telles que la règle des 2G ou l'obligation vaccinale, assure-t-il.

Le conseiller national Fabian Molina (PS/ZH) penche clairement pour cette seconde alternative. Il demandera lundi pendant l'heure des questions au Parlement, quelles réflexions le Conseil fédéral a menées sur une vaccination obligatoire et quelle est la marge de manœuvre du gouvernement.

Experts plutôt contre l'obligation vaccinale

L'obligation de vaccination contre le Sars-Cov-2 pourrait être une mesure possible. Mais le principe, en Suisse, est que la vaccination doit être une décision individuelle, relève Christoph Berger, le président de la commission fédérale pour les vaccinations, interrogé dans la NZZ am Sonntag:

«Une obligation générale de vaccination violerait ce principe»

Pour la commission, poursuit-il, la vaccination obligatoire ne peut être prise en considération que lorsque toutes les autres mesures, allant jusqu'au confinement, se sont révélées inefficaces.

Lukas Engelberger estime, d'ailleurs, que l'obligation vaccinale ne va pas augmenter sensiblement le taux de vaccination contre le Sars-CoV-2. Elle ne ferait que créer une énorme menace qui pourrait mettre en péril la motivation à se faire vacciner, note-t-il. «Pour imposer une vaccination obligatoire, la Suisse devrait utiliser des méthodes si dures que la relation entre les citoyens et l'Etat serait gravement endommagée à long terme». (jah/ats)

Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

Et si vous aimez le Covid...

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
Des experts demandent le recensement des cas de Covid long
La hausse massive du nombre de cas de Covid-19 en Suisse augmente les risques de santé publique à long terme, alerte certains experts.

Plus le nombre de cas de Covid-19 augmente en Suisse, plus le risque des dommages à long terme croît également, mettent en garde deux experts dans la presse dominicale. Ils demandent un relevé systématique des cas de Covid long.

L’article