DE | FR
Les manifestants se sont réunis à 18h sur la Place de la Riponne.
Les manifestants se sont réunis à 18h sur la Place de la Riponne. watson

Dans les rues de Lausanne, ils étaient 2000 à dire non au certif'

La colère a grondé à Lausanne mardi soir. Ils étaient 2000 à manifester contre l'extension du certificat Covid. Récit de la soirée.
21.09.2021, 20:4822.09.2021, 15:22
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Soir de colère mardi à Lausanne. Environ 2000 personnes se sont réunies dans le centre de la capitale vaudoise pour dire toute la haine ressentie contre l'extension du certificat Covid. Son extension aux auditoires des hautes écoles, en premier lieu, mais la manifestation a finalement attiré plus largement, rameutant un peu tous les groupements ou mouvances opposés aux mesures de lutte conte la pandémie de coronavirus. Ils répondaient ainsi à de nombreux appels ici et là sur les réseaux sociaux et les messageries de type Telegram.

Les revendications, entre autres: pour le «droit à une éducation sans certificat Covid», «contre la vaccination obligatoire» ou encore contre un certificat «soviétique» ou «nazitaire».

Le rassemblement non autorisé contre le certificat Covid dans les hautes écoles a débuté à la Place de la Riponne à Lausanne
Le rassemblement non autorisé contre le certificat Covid dans les hautes écoles a débuté à la Place de la Riponne à Lausanne

De tous âges, les manifestants se sont d'abord réunis sur la place de la Riponne, noire de monde, munis de sifflets jaunes, couleur choisie pour le collectif fraîchement créé des Etudiants sans certificat (ESC), premier mouvement à l'origine de cette contestation.

«Berset démission»

Entre les prises de paroles de divers intervenants (étudiants, professeurs, etc.), on a pu entendre de puissants «liberté, liberté, liberté» ou des «Berset démission, Berset démission», visant bien entendu le conseiller fédéral en charge de la santé et visage de la crise depuis mars 2020.

En plus de nombreuses pancartes, on pouvait apercevoir dans la foule des drapeaux suisses, vaudois, valaisans, mais aussi quelques mouvances d'extrême-gauche, canal antifa.

«Ce n'est rien par rapport à Berne»

La foule de la Riponne s'est muée en cortège, bruyant, déambulant dans les rues étroites de la vielle-ville, s'étendant tel un peloton de cyclistes dans un col bien engagé. Aux fenêtres, des curieux, portables à la main, mais aussi des sympathisants enjoués.

La foule s'est dirigée bruyamment dans les rues commerçantes de Lausanne.
La foule s'est dirigée bruyamment dans les rues commerçantes de Lausanne.

«C'est rien par rapport à Berne», nous glisse en aparté un étudiant portant un drapeau suisse, en référence à la manifestation de jeudi dernier qui avait dérapé devant le Palais fédéral. Rien de tout ça à Lausanne: une ambiance très bon enfant, sans violence ni autre agressivité. Arrivé à la place de la Palud, un jeune homme, micro à la main, a lancé, recevant en retour la clameur de la foule:

«Nous devons retourner dans les universités. Nous ne ferons aucune concession!»

Si les forces policières étaient présentes en nombre, elles sont restées discrètes tout au long de la manifestation. La soirée s'est terminée peu avant 20h.

La manif anti-pass de Lausanne en images

1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Manifestation à Lausanne contre le Certificat Covid

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Mirjana Spoljaric Egger nommée présidente du CICR
La diplomate suisse Mirjana Spoljaric Egger est devenue samedi la première femme à présider le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Elle a succédé à Peter Maurer, qui a occupé le poste durant dix ans.

Dans un communiqué publié samedi, Mirjana Spoljaric Egger affirme endosser ce rôle «avec fierté et humilité».

L’article