DE | FR
Bild

keystone/shutterstock

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

L'introduction du certificat Covid dans les Hautes écoles romandes et universités a provoqué la colère de certains étudiants. Alors que la rentrée a sonné ce lundi dans quelques cantons, Lausanne se prépare à une manifestation anti-pass ce mardi. Il y a quelques jours, on vous racontait comment le feu a pris.



C'est la rentrée universitaire depuis ce lundi. Depuis l’annonce de l’extension du certificat Covid aux hautes écoles, la colère gronde. Et pas qu’un peu: des centaines d’étudiants s’organisent, écrivent aux autorités cantonales, aux directions des établissements. Ils lancent des pétitions en ligne et se préparent aussi à manifester, notamment ce mardi 21 septembre. A Lausanne, une «manifestation spontanée» serait prévue à la Riponne en fin de journée.

Particulièrement prisée par les groupes d’intérêts, la messagerie Telegram concentre en ce moment un grand nombre de chambres de discussions virtuelles à propos de la rentrée universitaire. Et il y a de tout: des groupes plus généraux composés des milliers de membres et d'autres, spécifiques à chaque établissement, qui abritent entre 50 et plusieurs centaines de membres. Point commun: ils ont poussé comme des champignons. Et en quelques heures. Il y a l’Université de Lausanne (Unil), l’Université de Fribourg (Unifr), l’Université de Genève (Unige), l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL). Mais aussi des Hautes écoles spécialisées (HES).

Dans ces fils de discussion, difficile d’y trouver un slogan rassembleur, entre les propos argumentés et les thèses plus douteuses. Reste un dénominateur commun: «La discrimination», nous confirme Alix, une Valaisanne qui doit reprendre ses études à l’Unil et qui précise parler en son nom uniquement. Autour d'elle, plusieurs profils d'étudiants, comme:

Au final, «qu’importe qu’on soit vacciné ou non, tout le monde y voit un problème», lance Alix. «On nous dit que de toute façon, les non-vaccinés ne sont qu’une minorité. Depuis quand on se fout des minorités?», s’insurge-t-elle.

Alors étudiants en colère ou pas?

Les hautes écoles prises de court

Contactée mercredi, l’Université de Lausanne préférait alors ne pas s’exprimer. Elle l’a finalement fait ce jeudi, en annonçant la prolongation de la gratuité des tests jusqu’à la fin de mois d’octobre. Reste que les hautes écoles et leurs quelque 80 000 étudiants ont été pris de cours par les annonces du Conseil fédéral de la semaine d'avant. «C’était une vraie surprise. On sentait venir l’extension pour certains secteurs, mais pas pour les hautes écoles», indiquait dans la Tribune de Genève de mardi dernier, le recteur de l’Unige, Yves Flückiger. Un point confirmé par une source à l’Unil, qui indique que l’établissement se serait bien passé de toutes ces histoires…

Et puis, on annonce la possibilité de suivre les cours à distance, ce qui n’est pas une solution acceptable pour Alix. «Après la dernière année universitaire marquée par le sceau de la pandémie, de nombreuses études ou travaux ont montré que l’enseignement à distance n’était pas idéal, que cela poussait les étudiants à la dépression.»

«Pour l’heure», ajoute-t-elle, «la seule option proposée est la vaccination».

«Mais même là, ceux qui la font aujourd’hui doivent attendre plusieurs semaines avant d’avoir le certificat. Ils vont rater les premières semaines de cours en présentiel, alors que ce sont les plus importantes»

Alix

Notons toutefois que plusieurs hautes écoles proposent des tests gratuits pour les étudiants pendant un certain temps afin de limiter les absences à la rentrée.

Pire encore: il y a cette réjouissance de reprendre les cours, de se retrouver, qui semble déjà gâchée. La vie universitaire ne se limite pas à l'apprentissage. «Tout s’est écroulé en deux jours… C’est effrayant!», se désole l’étudiante.

Et d’évoquer l’ambiance maussade à laquelle elle s’attend ces prochains jours, entre agents de sécurité aux entrées pour contrôler les certificats et les barrières installées ces derniers jours autour d’une cafétéria de l’Unil pour filtrer efficacement les étudiants et autres collaborateurs.

Bild

La cafétéria du bâtiment Anthropole, barricadée. dr

«Elles sont vraiment hautes. Ils auraient pu mettre des rubans, cela aurait suffi», témoigne une collaboratrice administrative. «Là, c’est trop. Ça fait peur. On dirait que nous sommes en guerre. C’est choquant, tant pour les détenteurs du certificat que pour les autres.»

L’employée enfonce le clou: «Tout le monde est étonné. Cela entre en contradiction avec les valeurs et les symboles que véhicule l’université: la liberté de penser, la liberté d’expression… Nous ne sommes quand même pas des animaux!» Un sentiment partagé par beaucoup sur le campus.

Elle poursuit:

«Il semblerait que ces barrières soient provisoires. Une fois que le certificat sera contrôlé à l’entrée des bâtiments, et non plus de la cafétéria, elles devraient disparaître»

Une collaboratrice de l’Unil

Reste que la collaboratrice reconnaît que la situation est délicate, que l’université a été prise de court et que d’accorder campus universitaire – une petite ville faite de classes, de restaurants, de salles de sports, de salles d’étude, etc. – et certificat sanitaire est d’une complexité inhabituelle.

Pour finir, quelques images pour les 50 ans du suffrage féminin

1 / 15
50 ans du suffrage féminin
source: archives sociales suisse
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et puis voilà Mams, peut-être le meilleur street dancer de Suisse

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le culte du «corps parfait» sur Insta? C'est peut-être bientôt fini

Le réseau social veut trouver un moyen pour que ses utilisateurs ne passent pas trop de temps à regarder des corps sveltes et sans défaut. Une habitude jugée nocive pour la santé mentale et physique des ados.

C'est connu, Instagram regorge de contenus promouvant l'archétype du corps féminin mince et athlétique. Et, ce dernier n'avait pas l'air de s'en soucier jusqu'à ce mardi, depuis ce jour où le Wall Street Journal (WSJ) a publié un article sur l'impact néfaste du réseau social sur la santé mentale et physique des adolescentes. Ce dernier envisage désormais d'encourager ses utilisateurs à ne pas se focaliser sur ces photos-là.

Comme solution, la plateforme dit réfléchir à des moyens de réagir.

Selon …

Lire l’article
Link zum Artikel