DE | FR
Des militants occupent la colline du Mormont dans le canton de Vaud depuis le 17 octobre 2020.

Des militants occupent la colline du Mormont dans le canton de Vaud, depuis le 17 octobre 2020. Image: Zad de la Colline

La ZAD de la colline du Mormont n'est pas une «vaudoiserie»

Les heures sont comptées pour la première zone à défendre «ZAD» de Suisse. Les défenseurs de la colline du Mormont seront prochainement évacués par la police: une échéance qui mobilise les militants à l'échelle nationale, voire parfois internationale.



Née en octobre dernier, la ZAD de la colline du Mormont sera évacuée d'ici la fin du mois de mars. Si les médias lémaniques couvrent régulièrement l'occupation militante dans la commune d'Eclépens, notre rédaction s'est demandé pourquoi les appels de soutien se multiplient dans d'autres cantons. En cherchant la réponse, il en ressort qu'une partie de la jeunesse romande se sent profondément touchée par ce qui se passe dans le canton de Vaud.

Ils s'appellent Alexandre, Lou (nom d'emprunt) et Pousse (surnom militant). Certains découvrent le site de la ZAD pour la première fois, ce vendredi, et d'autres y reviennent. Comment vivront-ils cette journée de soutien, initiée par la Grève vaudoise du climat et soutenue à l'échelle nationale du mouvement? Ils nous racontent.

Le combat de la ZAD en quelques images

1 / 7
Le combat de la ZAD en quelques images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

C'est en écoutant ces témoignages que l'ampleur invisible de cette mobilisation apparaît. Par exemple, lors de sa première visite, Alexandre Copertino a rencontré la militante chinoise Howey, considérée par les médias comme la nouvelle Greta Thunberg. Le récit de Pousse nous apprend qu'il y a régulièrement des Suisses allemands sur le site: «Certains viennent du nord ou de l'est du pays, j'ai même croisé des Français, des Belges ou encore des Allemands».

La militante chinoise Howey en photo devant le gouvernement vaudois

Les militants suisses allemands soutiennent la ZAD de la colline du Mormont

Rappel des faits

Le 17 octobre 2020, des militants occupent la colline du Mormont, qui surplombe Eclépens (VD). Ils veulent protéger un écosystème menacé de destruction par le cimentier Holcim, en pleine demande d'extension de son activité.
Sur les lieux, existe une maison abandonnée, qui a été réaménagée. Ses nouveaux occupants y installent quelques matelas et un canapé. Aujourd'hui, après avoir rénové les murs, les portes ou encore posé des panneaux solaires, la ZAD expérimente la vie en communauté. Sa population quotidienne varie. En moyenne, ce sont quelques dizaines de personnes qui y vivent. Qui sont elles? Le groupe est hétéroclite et composé d'enseignants, d'étudiants, de fonctionnaires, de retraités ou encore d'agriculteurs.

Quand aura lieu l'évacuation de la ZAD?
Seules les autorités policières connaissent la réponse. En raison de deux récentes décisions de justice, l'évacuation devrait démarrer d'ici la fin du mois, plus précisément entre le 26 et le 30 mars. Les procédures judiciaires, mises en application durant cette intervention des autorités, concernent:
- L'insalubrité des lieux occupés par les militants, puisque la maison qui les abrite n'a ni électricité, ni eau courante.
- L'atteinte à la propriété privée, puisque Holcim est propriétaire du terrain occupé.

Dans un communiqué du 19 mars, l'association des Orchidées du Mormont met en garde l'opinion publique contre les possibles montées de tensions. Un de ses représentants, le prix Nobel de chimie, Jacques Dubochet, exhorte «à la plus grande retenue», lorsque les policiers iront déloger les activistes.

Plus d'articles sur les luttes climatiques

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel

Les scientifiques à la rescousse des eaux suisses

Link zum Artikel

Quatre suspects identifiés et placés en détention suite aux alertes à la bombe

La police vaudoise a mis la main sur quatre suspects dans l'affaire des alertes à la bombe, qui secoue des établissements scolaires du canton, depuis janvier.

Tous les suspects ont été placés en détention provisoire, précise-t-elle.

Il s’agit de jeunes adultes, qui fréquentent ces établissements, âgés de 18 à 23 ans, dont deux femmes, une Suissesse et une Croate, et deux hommes, un Suisse et un Chilien, indique la police cantonale. Ils sont tous domiciliés dans la région lausannoise et sont pour l'heure au bénéfice de la présomption d'innocence.

Ces quatre arrestations concernent les fausses alertes à la bombe, commises au gymnase de Renens, le 12 …

Lire l’article
Link zum Artikel