DE | FR

Amnesty dénonce les sanctions «disproportionnées» contre les zadistes

epa09107054 Swiss police officers arrest a climate activist during the operation of the eviction of environmental protesters from the ZAD de la Colline 'Zone A Defendre' (zone to defend) installed by environmental activists in the the so-called 'plateau de la Birette' to block the extension of the Mormont quarry operated by the cement company LafargeHolcim between Eclepens and La Sarraz, Switzerland, 30 March 2021  EPA/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Des policiers suisses arrêtent un militant, lors de l'opération d'expulsion de manifestants écologistes de la ZAD de la Colline, le 20 mars 2021 Image: sda

Six mois après l'évacuation de la colline de la Zad, occupée par des militants pour le climat, les sanctions sont tombées pour les personnes interpellées par la police. Pour Amnesty International, elles sont démesurées.



Nouvel épisode dans le dossier de la Zad. Mardi 7 septembre, Amnesty International, organisation pour la défense des droits humains, s'est exprimée sur les accusations et les sanctions prononcées contre les zadistes dans un communiqué.

Ces derniers risquent d'être emprisonnés. La raison? Ils se sont opposés pacifiquement à l'extension de la carrière de Holcim, sur la colline du Mormont de novembre 2020 jusqu'au jour de l'évacuation, le 30 mars 2021. Selon l'organisation, cette condamnation constitue une restriction disproportionnée:

Des éléments manquants

Pourquoi Amnesty dénonce ces sanctions? D'après elle:

«Les actes de désobéissance civile sont protégés par le droit international relatif aux droits humains»

L'occupation de la colline du Mormont, dont les zadistes ont été délogés de force fin mars, a été effectuée pour des «raisons de conscience», pour sensibiliser la population à l'impact de l'extension de la cimenterie, continue-t-elle.

D'autres articles sur le sujet

Autre point dénoncé par l'organisation: les actes des zadistes n'ont pas entraîné de «dommages permanents ou de perturbations majeures». Amnesty regrette que:

«Les autorités continuent de poursuivre les militants pour violation de domicile, malgré le retrait de la plainte d'Holcim»

Recours refusé

Selon le communiqué, au moins 37 zadistes ont été condamnés à 60 ou 90 jours de peine privative de liberté par ordonnance pénale. Ils se sont vu refuser la possibilité de recourir contre les condamnations prononcées par les procureurs, au motif qu'ils ont refusé de donner leur identité, une décision confirmée par un tribunal le 20 août.

«Cette décision constitue une violation de leur droit à un procès équitable»

Amnesty communiqué

Pourquoi? Le droit à un recours ne peut être limité que dans des circonstances exceptionnelles, qui ne sont pas réunies en l'espèce, écrit l'organisation.

Amnesty International annonce «avoir fait part de ses inquiétudes aux Nations Unies». Elle s'est adressée aux rapporteurs spéciaux de l'ONU concernés. (ats/fag)

Envie d'une sieste? En tout cas, eux, ils s'endorment au musée👇

1 / 8
Ils s'endorment au musée
source: https://stefandraschan.com/ / https://stefandraschan.com/
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Sinon, retrouvez un épisode de Copin comme cochon sur les gens au resto👇

Plus d'articles sur le climat

Italie: les pompiers combattent 500 incendies dus à des pics de chaleur

Link zum Artikel

Initiative pour les glaciers: le Conseil fédéral dit non et déçoit la gauche

Link zum Artikel

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Link zum Artikel

Face à la «pire nouvelle du climat», la Suisse s'inquiète et veut agir

Link zum Artikel

La crise s'envenime à Cuba, des activistes arrêtés dont une Youtubeuse en direct

A Cuba, l'opposition dénonce plus de 130 arrestations, des violences envers les manifestants, ainsi que la disparition d'activistes indépendants.

Une centaine de personnes, dont des figures de la dissidence, étaient en détention, mardi, à Cuba, deux jours après des manifestations historiques contre le gouvernement. Washington a appelé à rétablir l'internet mobile, toujours coupé.

Selon une liste nominative publiée sur Twitter par le mouvement contestataire San Isidro, mardi, 130 personnes étaient emprisonnées ou signalées comme disparues, dont José Daniel Ferrer et Manuel Cuesta Morua, deux des principaux dissidents du pays.

Un calme …

Lire l’article
Link zum Artikel