Suisse
Climat

Un «contre-marché» pour dénoncer les marges de Coop et Migros

Des militants du collectif "Grondements des terres", tiennent un stand devant l'entree du magasin Coop city, contre les marges des entreprises de la grande distribution Coop et Migros l ...
Déguisés en carottes, les activistes du collectif «Grondements des Terres» ont vendu des légumes devant la Coop city de la place du 14 juin, à Lausanne.Keystone

Des militants vendent des carottes pour dénoncer les marges de Coop et Migros

Des activistes déguisés en carottes ont vendu des légumes dans un «contre-marché» samedi devant une Coop lausannoise. Le collectif «Grondements des Terres» dénonçait ainsi les marges des distributeurs.
10.06.2023, 15:02
Plus de «Suisse»

Des militants du collectif «Grondements des Terres» ont tenu un «contre-marché» samedi matin devant le magasin Coop de la place du 14 juin à Lausanne. Ils ont symboliquement vendu des légumes pour protester contre les marges pratiquées par les grands distributeurs.

Baptisée «Des carottes, pas des marges», l'action surprise a rassemblé une dizaine de militants, dont certains déguisés en carotte. Derrière un stand arborant une banderole «La grande distribution nous carotte», les activistes ont distribué des tracts.

Des «marges sur le dos des paysans»

Des pancartes informaient en outre sur les coûts de production, les prix payés aux producteurs et ceux de vente en magasin. «Nous sommes extrêmement inquiets pour le futur de l'agriculture. Le rôle joué par la grande distribution est particulièrement important et néfaste», a expliqué Kera, membre de «Grondements des Terres», à Keystone-ATS. Et d'ajouter:

«En Suisse, avec Coop et Migros, nous faisons face à un duopole qui exerce un pouvoir énorme tant sur les productrices et producteurs que sur les consommatrices et consommateurs.»

L'action avait pour but de «faire comprendre à Coop et Migros que nous n'en pouvons plus de leur business et des marges financières qu'ils se font sur le dos des paysans et des paysannes», ont souligné les militants dans un communiqué publié en marge de l'action.

Des militants du collectif "Grondements des terres", tiennent un stand devant l'entree du magasin Coop city, contre les marges des entreprises de la grande distribution Coop et Migros l ...
Les activistes ont distribué des tracts explicatifs derrière leur stand avec des carottes et des fenouils.Keystone

Ainsi, le prix total moyen des carottes se compose de 28% de coûts de production et 72% de marge, ont-ils argumenté, citant des chiffres publiés par la Fédération romande des consommateurs (FRC) en 2021 et 2022. Des marges «encore plus élevées» sont pratiquées sur les produits bio, déplorent-ils.

L'OFAG également dans le viseur

Le collectif pointe également du doigt l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), accusé de contribuer à l'opacité du système en «[choisissant] délibérément de ne pas surveiller les deux géants oranges». Pourtant, légalement, «l'OFAG serait obligé de relever périodiquement les prix des produits agricoles aux différents échelons commerciaux», soulignent les activistes.

«Dans la pratique, les seules données accessibles sont les prix à la consommation. Aucune information n'est fournie sur les coûts de transformation, de transport et de distribution. Et ce n'est que pour certaines filières bien organisées (par exemple les patates ou les œufs) que des chiffres relatifs au prix de production sont mis à disposition par l'OFAG.»

Pour faire changer la donne, «Grondements des Terres» réclame entre autres la mise sur pied d'un observatoire fédéral des marges sur les prix, ainsi qu'un relevé périodique des prix agricoles. Le mouvement demande aussi une communication claire sur les coûts de la part de tous les distributeurs, et des «limites aux sur-marges du bio». (sas/ats)

D'autres actions du même collectif:

Copin comme cochon: les jets privés
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Esclavage à Genève: les témoignages accablants de deux anciens employés
Un ancien cuisinier et une ex-nounou de la richissime famille indienne ont témoigné mercredi sur leurs conditions de travail, accablant un peu plus les accusés.

Des anciens employés indiens de la famille Hinduja ont été entendus, mercredi, par le Tribunal correctionnel de Genève, au troisième jour du procès qui voit quatre membres de cette dynastie richissime jugés pour traite d'êtres humains. L'interrogatoire d'un cuisinier, le matin, s'est déroulé dans un climat tendu.

L’article