Suisse
Commentaire

Jeunes socialistes suisses: ils font joujou avec les horreurs du passé

Background of old vintage brick wall
En puisant dans les codes du totalitarisme du XXe siècle, la Jeunesse socialiste suisse s'égare.Image: Shutterstock
Commentaire

Jeunes socialistes suisses: ils font joujou avec les horreurs du passé

En puisant dans les codes du totalitarisme du XXe siècle, la Jeunesse socialiste suisse s'égare. Par le passé, l'UDC ou encore Le Monde ont aussi dérapé. De manière générale, c'est tout un ensemble de tabous, constitutifs de nos valeurs, qui menace d'éclater.
28.04.2023, 16:5630.04.2023, 09:30
Plus de «Suisse»

La chute du mur de Berlin et du communisme à sa suite date de 1989. On pouvait penser que l’imagerie du communisme triomphant, en ses expressions soviétique et maoïste, était reléguée aux poubelles de l’Histoire. Du moins en Occident et dans ce qu’il est convenu d’appeler les partis de gouvernement. Il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Une affiche des Jeunes socialistes suisses (JS Suisse), conçue pour les élections fédérales d’octobre, puise dans les codes d'une idéologie qui, au nom d’un avenir prétendument radieux, a fait des millions de victimes: famines, exécutions, déportations, goulag en ex-URSS, laogaï dans la Chine de Mao. La Jeunesse socialiste suisse ne peut ignorer ce passé communiste. Or, quoiqu’elle en dise, en produisant un visuel d'inspiration soviétique et maoïste, elle s’affranchit d’un tabou, par lequel nous considérons que tout ne peut pas se faire en politique.

«Un homme, ça s’empêche»

«Un homme, ça s’empêche», disait Albert Camus. Cette légende de la littérature du XXe siècle s’opposait aux communistes français de l’après-Seconde Guerre mondiale, soutiens de Staline. Dans ces années de guerre froide, il était l’antithèse d’une autre légende, Jean-Paul Sartre, pour qui la fin justifiait les moyens.

Les Jeunes socialistes suisses ne se sont pas empêchés sur ce coup-là. Ils se sont arrangés avec le passé. Peut-être se sont-ils dit qu’«à la base», l’image d’un soleil irradiant le ciel de mille feux, fût-elle associée à des régimes totalitaires, n’était pas en soi un mal, mais un bien, quelque chose de positif qui aurait été sali par des tyrans indignes de la noble cause prolétarienne. Sauf qu’on ne peut pas détacher un contenu de ses conditions de production historiques. Sinon, on entre dans l’ère du relativisme, où plus rien n’est tabou, où plus aucune hiérarchie ne vaut.

La une indigne du «Monde»

Le grand quotidien français Le Monde, peu soupçonnable de sympathies pour le totalitarisme, s’était égaré en représentant le président de la République Emmanuel Macron dans une esthétique nazie qui se voulait constructiviste. C’était en 2018. La direction du Monde avait présenté ses excuses, tant cette image était outrageante, non seulement pour le chef de l’Etat, mais aussi pour les descendants des victimes de la Shoah et accessoirement pour le journal lui-même et les valeurs démocratiques qu’il incarne.

L'alibi de l'«urgence»

Aujourd’hui, au nom de l’«urgence», essentiellement climatique, tout semble possible à certains. On pense aux actions de Renovate Switzerland. Mais, à ce compte-là, demain, bientôt peut-être, des groupuscules d’extrême droite, sinon des voix dans l’UDC, invoqueront pareillement l’«urgence» pour stopper l’immigration. Pour l’heure, cela se passe dans le cadre démocratique, par voie d’initiatives, mais un jour, une jeunesse nationaliste pourrait agir en court-circuitant le processus de la démocratie directe, parce que jugé inadapté face à l’«urgence».

Des antivax, des complotistes, mais d’autres aussi qui ne sont a priori ni l’un ni l’autre, prennent prétexte de l’urgence décrétée par le Conseil fédéral durant la crise Covid, puis dernièrement pour sauver Credit Suisse de la banqueroute, pour avancer d’autres urgences, qui seraient tout aussi légitimes.

Une solution: retirer l'affiche

L'affiche de l'UDC en 2007 contre la criminalité étrangère.
L'affiche de l'UDC en 2007 contre la criminalité étrangère.

En remettant en cause la légitimité de l'Etat pour faire valoir sa propre urgence, on en vient à tout relativiser, partant, à tout se permettre. Comme, en 2007, cette affiche de l’UDC pour sa campagne contre la criminalité étrangère, représentée par des moutons noirs, un code couleur identifiable aux personnes noires. Là non plus, l’UDC ne s’était pas empêchée. S’agissant de la Jeunesse socialiste, il n’est pas trop tard pour retirer une affiche qui n’a pas encore été placardée.

Copin comme cochon: les chats
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
579 frs de plus par Suisse: voici ce qui fait grimper les coûts de la santé
En dix ans, les coûts annuels de la santé par habitant ont augmenté de plus de 500 francs en Suisse. C'est ce que montre une nouvelle étude réalisée sur mandat de la CSS. Il est intéressant de voir les domaines qui ont pris l'ascenseur.

Les coûts de la santé ne cessent d'augmenter et, avec eux, les primes d'assurance maladie. De nouveaux chiffres font dresser l'oreille. En l'espace de dix ans, les coûts annuels de la santé par habitant ont augmenté de 579 francs dans notre pays - pour atteindre 3975 francs. C'est ce que montre une étude présentée mardi sur mandat de la CSS. L'évolution des coûts dans l'assurance de base obligatoire entre 2012 et 2021 des 1,53 million d'assurés de la plus grande caisse maladie de Suisse a été analysée.

L’article