DE | FR
Commentaire

Cassis et la guerre: 7 minutes de banalités et puis s'en va

Ce jeudi 24 février, le hasard (malheureux) du calendrier des prises de paroles gouvernementales sous les premiers bombardements a fait se succéder un Emmanuel Macron majestueux et un Ignazio Cassis inexistant. Neutralité ne devrait jamais rimer avec pleutrerie.
24.02.2022, 20:2125.02.2022, 06:19
Suivez-moi

Sept minutes de verbiage présidentiel pour une heure de conférence de presse comblée par des spécialistes. Sous les premiers bombardements russes en Ukraine, ce jeudi 24 février, c'est ce que le Conseil fédéral a eu de plus fort et de plus symbolique à offrir à ses citoyens. C'est vrai, son apparition furtive a été annoncée: Ignazio Cassis devait filer, conseil permanent de l'OSCE oblige. Sauf que, du symbole, il en aurait fallu.

Surtout le jour où chaque mot de Vladimir Poutine est scruté, disséqué, analysé, à la syllabe près et où chaque chef d'Etat du monde occidental est censé démontrer qu'il est capable de hisser solidement sa nation au sommet de ses déclarations. Alors que l'Europe a été assommée à l'aube par le début d'une guerre qui s'annonce (au mieux ) compliquée, les Suisses ont eu droit à un Ignazio Cassis fantomatique et expéditif. Un agenda chargé n'est, ici, pas une excuse très recevable.

Cassis s'est cassé

Nous ne parlons pas ici de stratégies, de décisions ou d'éventuelles nouvelles sanctions suisses qu'il aurait fallu (ou non) annoncer. Encore une fois: c'est jour de symbole. Et toute déclaration de guerre draine son lot de symboles. Hasard du calendrier, Emmanuel Macron a pris la parole quelques minutes plus tôt pour s'adresser aux Français. Oui, aux Français. Un peuple doit savoir s'il peut compter sur un patron aux épaules suffisamment solides pour regarder le reste du monde dans le blanc des yeux, surtout quand ce dernier se met méchamment à trembler. Macron a bien sûr dénoncé, promis, menacé. Mais ce n'est pas, ici, le propos.

Il devait surtout se dévoiler aux Français le verbe assuré, le regard droit et les silences pleins. Mission accomplie. Le président de la République avait du symbole aux commissures des lèvres. Malgré un agenda au moins aussi chargé. Ce jeudi noir, nous pensions donc naïvement que le président de la Confédération allait lui emboîter le pas (et l'allure). Mais Cassis s'est cassé.

«Neutralité ne signifie pas indifférence»
Ignazio Cassis

En sept petites minutes, quelques lieux communs sur les conflits passés en Europe et une condamnation «officielle» des attaques russes. Sept minutes de banalités diplomatiques, sans charisme ni aplomb, et puis s'en va. Ignazio Cassis a quitté la salle de presse, l'oeil vautré sur ses mocassins, pour laisser sa place aux spécialistes fédéraux qui connaissent le dossier. Comme si, là, nous rêvions de potasser des dossiers.

Le rôle (qui sait) crucial de la Suisse dans ce conflit aurait mérité bien meilleure représentation. Car si «neutralité ne signifie pas indifférence», ça ne devrait pas non plus signifier pleutrerie.

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'Oberland bernois autorise le tir d'un lynx
Le félin aurait tué plus de 15 animaux de rente ces 12 derniers mois, et ce malgré des mesures de protection mises en place. Les gardes-chasse ont jusqu'au 19 juillet pour abattre l'animal.

Le canton de Berne a autorisé le tir d'un lynx dans l'Oberland bernois. Le type de blessures, des images photographiées et un émetteur permettent d'attribuer ces dégâts au lynx, a indiqué lundi le canton de Berne.

L’article