DE | FR
Donald Trump, Joe Biden et Vladimir Poutine.
Donald Trump, Joe Biden et Vladimir Poutine.image: shutterstock, montage saïnath bovay
Analyse

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

La Russie, dotée d'une défense disproportionnée au regard de sa richesse nationale, ne cachait pas ses vues sur l'Ukraine. «Elle attendait le moment propice pour attaquer», assure un diplomate occidental joint par watson.
24.02.2022, 17:2125.02.2022, 12:34

C’était sous nos yeux et nous n’avons pas voulu voir. Et si cette petite musique, donnée sur les plateaux-télé depuis jeudi matin à la suite de l'entrée des troupes russes en Ukraine, sonnait juste? En Europe, en Suisse, ces derniers jours encore, ne s’est-on pas gaussés de l’alarmisme américain face aux graves menaces que faisait peser Vladimir Poutine sur son voisin ukrainien? Lorsque le président russe a fait mine de retirer ses troupes amassées à la frontière ukrainienne, nous avons voulu croire que la paix était sauvée. Il n’en était rien.

L’invasion déclenchée dans la nuit de mercredi à jeudi était programmée, mais était-elle écrite? En tout cas, Poutine, ex-officier du KGB, qui a vécu comme une humiliation la chute de l’URSS en 1991, n’a jamais caché ses vues sur l'Ukraine. Pour les nationalistes russes, elles est le berceau de la Sainte Russie. En 2008, Vladimir Poutine affirmait l’unité de la Russie et de l’Ukraine au regard de l’Histoire. Il enrageait à l’époque contre l’attirance de l’Ukraine pour l’Occident.

Mais surtout, note un diplomate occidental sous couvert d’anonymat et joint par watson, nous n'aurions pas voulu prendre en compte des signes selon lui «très clairs» et annonciateurs des événements en cours:

«Alors que son produit intérieur brut est comparable à celui de l’Espagne, la Russie s’est bâti un appareil militaire démesuré. Ce n’était pas pour rien. Il faut toujours prendre les dictateurs aux mots. Ils disent ce qu’ils vont faire. Ils font ce qu’ils ont dit qu’ils feraient. Poutine a dit qu’il voulait neutraliser l’Ukraine. Aujourd’hui, il passe à l’action. Il aura attendu le moment favorable.»
Un diplomate occidental

En quoi est-ce un moment favorable?

«La France est empêtrée en Afrique, l’Allemagne n’a pas d’armée digne de ce nom, la Grande-Bretagne s’est retirée de l’Europe et a la tête tournée vers l’Amérique. Quant aux Etats-Unis dirigés par Biden, ils se sont montrés faibles face aux talibans en Afghanistan et ont prévenu qu'ils ne feraient rien militairement contre la Russie si elle attaquait l'Ukraine.»
Le même diplomate occidental

Le président russe aurait-il réfléchi à deux fois avant de lancer son offensive contre l’Ukraine si Donald Trump était toujours à la tête des Etats-Unis? Alors que l’invasion était imminente, l’ex-président américain, tout en louant le sens tactique du chef de l’Etat russe, a assuré dans un podcast qu’avec lui au pouvoir, «cela ne serait jamais arrivé».

«C’est en effet une question qu’on peut se poser», reprend ce diplomate occidental. «Trump est un être imprévisible. Poutine, même couvert d’éloges par Trump, n’aurait peut-être pas agi de la sorte si celui-ci était encore au pouvoir à Washington

Et d'ajouter:

«L’imprévisibilité, surtout lorsqu’elle est le fait de la plus grande puissance militaire du monde, les Etats-Unis, n’est pas une bonne chose quand on veut mener une action armée dans un environnement si proche de pays membres de l’Otan»

Il y aurait donc eu des signes et nous n’y aurions pas été attentifs. Ces signes n’étaient pas seulement le fait de l’adversaire, la Russie. Ils clignotaient, côté occidental, telles des balises dans les mers froides de l’Europe du Nord. Qu’ont décidé, ces dernières années, les Scandinaves (Suède, Norvège, Finlande) sentant la montée des périls avec Moscou? Tous ont décidé d’augmenter leurs dépenses militaires.

Les Suédois, jusqu’à 40%, d’ici à 2025. En 2017, les mêmes, après l’avoir abolie en 2010, ont pris la décision de rétablir la conscription, autrement dit le service militaire obligatoire, par le truchement d’une sélection annuelle. «La Suède replonge dans l'ambiance de la guerre froide», ne croyait pas si bien dire le site Franceinfo, qui relayait la nouvelle cette année-là.

En Suisse, les événements d'Ukraine devraient réveiller, comme ailleurs, des souvenirs de guerre froide.

L'invasion russe en images

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cette photo de moi a été utilisée pour répandre des mensonges sur la guerre»
La photo de Marianna Vyshemirsky, enceinte et fuyant une maternité bombardée, est devenue l'une des images les plus connues de la guerre. Mais Marianna n'a pas seulement reçu des encouragements, elle a également été la cible de message de haine – et ce, des deux camps

La photo a été prise après une attaque aérienne russe à Marioupol. Elle a circulé en ligne, mais a aussi fait la une des journaux et a été le centre des discussions au Conseil de sécurité de l'ONU. Néanmoins, après avoir survécu à cette attaque, Marianna a dû faire face à un autre genre d'attaque. Celle de la désinformation et de la haine, dirigée contre elle et sa famille.

L’article