en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Commentaire

Crédit Suisse: Pourquoi nous avons besoin de banquiers ennuyeux

Crédit Suisse: Pourquoi nous avons besoin de banquiers ennuyeux
La cupidité et l'arrogance ont conduit les banquiers d'investissement du Credit Suisse à prendre des risques absurdes au cours de ces dernières années. image: keystone
Commentaire

Pourquoi nous avons besoin de banquiers ennuyeux

La devise en vigueur dans le secteur bancaire, «no risk, no fun», conduit inévitablement au désastre. Il faut revenir à l'esprit du temps où le banquier ne gagnait pas plus que le maître d'école.
16.03.2023, 16:4616.03.2023, 19:16
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Un homme sage a un jour fait remarquer que la banque était un métier ennuyeux qui nécessitait des personnes très compétentes. Il fut un temps où cela était vrai. Les banquiers privés Hans Bär et Hans Vontobel, aujourd'hui décédés, qui ont longtemps été les doyens de la banque suisse, décrivent tous deux dans leurs biographies que leur métier, lorsqu'ils sont entrés dans l'entreprise après la Seconde Guerre mondiale, était tout à fait tranquille. Pas d'agitation, pas de stress – eh oui, le salaire n'était pas beaucoup plus élevé que celui d'un enseignant du primaire.

Les choses ont commencé à changer au cours des années 70. Une combinaison de dérégulation et d'innovation a introduit une tout autre culture dans le secteur bancaire. Le spécialiste minutieux du crédit a été remplacé par le banquier d'investissement agressif. Des films comme «Wall Street» ont célébré la devise suivante: «La cupidité est une bonne chose», et des livres comme «Le bûcher des vanités» de Tom Wolfe ont élevé le trader qui aime prendre des risques au rang de nouveau maître de l'univers. Les bonus des banquiers ont explosé le plafond.

Der Privatbankier Hans Julius Baer, aufgenommen im Juni 1996. (KEYSTONE/Str)
Le banquier classique : Hans Bär.photo: KEYSTONE

Aujourd'hui, nous vivons dans un monde bancaire contradictoire. Quiconque a la moindre idée de l'économie sait que nous ne pouvons pas nous passer des banques. Elles sont aussi importantes pour notre économie que le sang pour notre corps. Ou, pour filer la métaphore:

Elles sont le cœur de l'économie de marché, mais, dans la pratique, elles sont de plus en plus sous la tutelle de l'État.

Martin Wolf, économiste en chef au Financial Times, résume ainsi le résultat de cette contradiction: «C'est un système qui est indispensable au fonctionnement de l'économie de marché, mais qui ne fonctionne pas selon les règles de cette économie de marché. C'est un gâchis.»

Les banques centrales, ces papas-mamans

Aujourd'hui, seuls quelques libertariens confus (ou les adeptes du bitcoin, mais c'est une autre histoire) croient encore à la fiction des banques régies par les règles du libre-marché. Dans la pratique, les banques centrales veillent à la sécurité des banques. Elle cas d'urgence, elles font en sorte qu'elles ne s'effondrent pas.

Cela vaut en particulier pour les banques d'importance systémique qui sont, comme on dit, «too big to fail», trop grosses pour faire faillite. C'est pourquoi la Banque nationale suisse (BNS) a raison d'aider Credit Suisse en lui accordant jusqu'à 50 milliards de francs de crédits si nécessaire. La BNS ne fait ici que son travail.

Credit Suisse: pas mauvaise réputation pour rien

Cela peut être irritant. La cupidité et l'arrogance ont conduit les banquiers d'investissement du Credit Suisse à prendre des risques absurdes au cours de ces dernières années. Environ 5 milliards de francs ont été perdus lors de l'effondrement du hedge fund Archegos Capital, près de dix milliards de francs ont été engloutis avec le financier Lex Greensill et des centaines de millions de francs ont été engloutis dans le scandale des bateaux de pêche au Mozambique. La pénible histoire de mise sous surveillance de Tidjane Thiam, l'ancien président de la direction, n'a pas non plus vraiment contribué à améliorer la réputation de la banque.

Credit Suisse-Chef Tidjane Thiam kann im dritten Quartal einen deutlichen Gewinnanstieg seiner Bank verkünden. (Archiv)
Tidjane Thiamphoto: KEYSTONE

Pas comparable à la crise financière de 2008

L'ironie de l'histoire veut que Credit Suisse soit actuellement confronté à la pire crise de son histoire, bien qu'il n'y soit pas complètement mêlé. La dernière crise bancaire a une fois de plus été déclenchée aux Etats-Unis. L'effondrement de la Silicon Valley Bank et de la Signature Bank a secoué les marchés. Cette crise n'est toutefois pas comparable à la crise financière de 2008. Elle est plutôt comparable, si tant est qu'elle le soit, à la crise des savings and loans (caisses d'épargne) qui avait provoqué la faillite de toute une série de banques régionales dans les années 1980.

Malgré cela, Credit Suisse est désormais accusé de jouer le rôle de Lehman Brothers, la banque d'investissement dont l'effondrement a marqué le début de la crise financière de 2008. Bien qu'elle dispose encore de réserves financières suffisantes, les clients privés retirent leur argent et les investisseurs se séparent de leurs actions.

Credit Suisse paie aujourd'hui un prix fort pour ses manquements passés.

La Neue Zürcher Zeitung le résume dans un communiqué: «Credit Suisse n'a d'abord pas eu de chance, puis la malchance est venue – et la banque a maintenant besoin de l'aide de l'Etat.»

Walter Bagehot est le fondateur de The Economist, l'un des magazines économiques les plus influents au monde. Il a également été un spécialiste reconnu de la finance et a déclaré un jour:

«Les affaires bancaires devraient être simples. Si les choses deviennent difficiles, c'est que quelque chose ne va pas»
Walter Bagehot

Dans les conditions actuelles, il y aura toujours quelque chose qui tournera mal. Les crises bancaires périodiques sont aussi naturelles que l'«amen» à la messe. Si nous voulons les changer, nous devons modifier les conditions générales. Concrètement, cela signifie que les activités bancaires doivent redevenir monotones – et que les bonus des banquiers peuvent être, à la rigueur, dix fois supérieurs, mais pas cent fois supérieurs au salaire d'un enseignant du primaire.

L’ex-président du Turkménistan en plein drift
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Rassemblement à Zurich contre l'antisémitisme après l'agression d'un juif orthodoxe
Des centaines de personnes se sont réunies à Zurich lors d'une veillée en solidarité avec un juif orthodoxe agressé, alors que les autorités enquêtent sur l'attaque survenue dans le Kreis 2.

Après l'agression d'un juif orthodoxe samedi à Zurich, des centaines de personnes, selon les premières estimations, se sont rassemblées dimanche soir pour une veillée.

L’article