DE | FR

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Bild

Les autorités fédérales étudient la mise en place d'un registre public des imams et du financement des mosquées.



Le Conseil fédéral veut évaluer les avantages et les inconvénients de l'introduction d'un registre public et d'une procédure d'agrément des imams. Pourquoi? Il s'agit de mieux contrôler les personnes qui diffusent, dans leurs discours ou leurs prédications, des idées terroristes ou extrémistes violentes.

Les autorités étudieront aussi les conséquences d'une interdiction du financement des mosquées par des fonds étrangers et indiqueront les domaines dans lesquels elles considèrent que des mesures s'imposent.

Le gouvernement examinera ces questions dans le cadre d'un rapport.

Un échec récent

En 2018, le Conseil des Etats avait enterré une motion du Conseil national demandant que les lieux de culte musulmans soient privés de financements étrangers. Il l'avait jugée contraire à l'égalité de traitement entre religions.

(ats)

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ces gens passent une plus mauvaise journée que vous

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Des heurts entre manifestants anti-France et la police au Pakistan

Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), parti islamiste, réclame l'expulsion de l'ambassadeur français depuis qu'Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature au cours de l'hommage rendu à Samuel Paty.

A Lahore, deuxième plus grande ville du pays, deux policiers sont décédés après avoir été blessés lors d'affrontements avec les manifestants. Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), influent mouvement extrémiste, a également affirmé que trois de ses militants avaient été tués, une information non confirmée par la police.

Les partisans du TLP ont réagi avec colère à l'arrestation lundi à Lahore de leur leader Saad Rizvi. Les étincelles ont atteint la capitale Islamabad, et Karachi, la plus …

Lire l’article
Link zum Artikel