DE | FR
Bild

Le Conseil fédéral ne se réunit pas officiellement avant le 11 août. keystone

Le Delta, Macron et la vaccination ne bousculent pas la Confédération

La stratégie du Conseil fédéral n’est pas chamboulée par la prolifération du variant Delta. Ni par les agitations de nos voisins français et le ralentissement de la vaccination. Mais est-ce risqué de laisser passer les vacances avant de (re)bouger?



En pleines vacances politiques, le Conseil fédéral devrait-il réagir face à l’irruption du variant Delta du coronavirus et les annonces du voisin français de lundi soir? Pas d’emballement ni d’urgence, entend-on du côté de la Berne fédérale.

A vrai dire, la Confédération se dit tout à fait sereine. Si le Conseil fédéral n’a pas prévu de se réunir officiellement avant le 11 août prochain, «il suit très attentivement l’évolution de l’épidémie et reste à tout moment en mesure de prendre des décisions si la situation l’exige, même durant la pause estivale», rassure la Chancellerie, qui précise que la loi permet par ailleurs à l’Exécutif de prendre des décisions sans se réunir physiquement, «par voie de circulation des dossiers».

Selon nos informations, ce ne serait toutefois pas vraiment à l’ordre du jour. Le Conseil fédéral s’attendait à une hausse des cas avec les assouplissements entrés en vigueur à la fin du mois de juin et l’arrivée du variant Delta. Le critère fondamental reste le même: que la pression sur les hôpitaux reste faible, comme c’est le cas aujourd’hui.

Adapter la stratégie

A Berne, on se réjouit d’ailleurs d’avoir misé sur des vaccins qui semblent résister aux variants, empêchant le développement de formes graves de la maladie.

Pas d’inquiétude non plus quant à la baisse de la vaccination dans le pays: les cantons adaptent leur stratégie en fermant les «vaccinodromes» tout en facilitant l’accès à la piqûre, par exemple en déplaçant la vaccination au plus proche de la population, comme l’a annoncé le canton de Genève. Enfin, une obligation de se vacciner pour certains corps de métier ou la généralisation du certificat sanitaire ne semblent pas à l’ordre du jour.

Garder son calme

Au sein du Parlement, le socialiste Pierre-Yves Maillard joue aussi l’apaisement. «Dans cette difficile période, le Conseil fédéral doit protéger la santé de la population, mais aussi ses libertés et droits fondamentaux. Cela impose de ne pas céder à tous les emballements et de garder son calme», explique le membre de la commission de la sécurité sociale et de la santé publique.

Pour le président de l'Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard, la Suisse n'a pas de raison de partir perdante

Pierre-Yves Maillard sda

L’élu du National rappelle par ailleurs que le Conseil fédéral a fixé une stratégie de sortie de crise largement approuvée après consultation. «Il semble s’y tenir», relève-t-il.

Il faut réagir

Pour Philippe Nantermod, il va bien falloir à un moment que le Conseil fédéral hausse le ton. «Sur la forme, les effets d’annonce à la Macron, ce n’est pas notre truc en Suisse. Mais sur le fond, il faut une réaction», affirme le PLR, aussi membre de la commission. Il estime ainsi que renforcer l’obligation de présenter un certificat sanitaire (pour aller au restaurant, par exemple) peut être un moyen de pousser à la vaccination.

Philippe Nantermod, FDP-VS, spricht waehrend der Wintersession der Eidgenoessischen Raete, am Dienstag, 17. Dezember 2019 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Philippe Nantermod KEYSTONE

C’est sa crainte dans cette période de flottement: que l’on attende trop avant de réagir, qu’on rate le train d’une large vaccination et qu’on arrive au point de rupture qui pousse les autorités à remettre en place des fermetures. «Si nouvelle vague il y a, son ampleur sera directement liée à la part de la population vaccinée», souligne-t-il. L’élu s’interroge: «Combien de temps reste-t-il au Conseil fédéral avant cette nouvelle vague?»

Dans ce contexte, le Valaisan qui «n’a pas attendu mi-août pour donner son point de vue», répète ce qu’il a écrit dans une tribune publiée dans Le Temps début juillet et particulièrement remarquée: on ne peut plus traiter de la même manière les personnes vaccinées et les non-vaccinées. Il conclut: «Au final, il faudrait reconfiner les 30-40% des personnes qui refusent la vaccination…»

Pour changer d'air: Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

La tension monte autour de la vaccination. La paix sociale est-elle en péril?

Tous les moyens sont-ils bons pour lutter contre le Covid? En France, les mesures annoncées ce 12 juillet par Emmanuel Macron visent l'atteinte de l'immunité collective par la punition des non-vaccinés. En Suisse, des voix vont dans le même sens. Une stratégie gagnante?

La gestion du virus se frotte depuis le début à une flambée de dilemmes et de paradoxes. Corollaire naturel d'une situation où la poursuite d'un objectif porte atteinte à la poursuite d'un autre: le choix du pari politique. Et c'est à Paris, justement, qu'une nouvelle conséquence de cette situation difficile s'est faite jour ce 12 juillet: le président français Emmanuel Macron annonçant des mesures restrictives pour les non-vaccinés, dans le but de les pousser à franchir le pas de la …

Lire l’article
Link zum Artikel