Suisse
Conseil fédéral

Le Delta, Macron et la vaccination ne bousculent pas la Suisse

Le Conseil fédéral ne se réunit pas officiellement avant le 11 août.
Le Conseil fédéral ne se réunit pas officiellement avant le 11 août.keystone

Le Delta, Macron et la vaccination ne bousculent pas la Confédération

La stratégie du Conseil fédéral n’est pas chamboulée par la prolifération du variant Delta. Ni par les agitations de nos voisins français et le ralentissement de la vaccination. Mais est-ce risqué de laisser passer les vacances avant de (re)bouger?
14.07.2021, 06:0614.07.2021, 15:36
Plus de «Suisse»

En pleines vacances politiques, le Conseil fédéral devrait-il réagir face à l’irruption du variant Delta du coronavirus et les annonces du voisin français de lundi soir? Pas d’emballement ni d’urgence, entend-on du côté de la Berne fédérale.

A vrai dire, la Confédération se dit tout à fait sereine. Si le Conseil fédéral n’a pas prévu de se réunir officiellement avant le 11 août prochain, «il suit très attentivement l’évolution de l’épidémie et reste à tout moment en mesure de prendre des décisions si la situation l’exige, même durant la pause estivale», rassure la Chancellerie, qui précise que la loi permet par ailleurs à l’Exécutif de prendre des décisions sans se réunir physiquement, «par voie de circulation des dossiers».

Selon nos informations, ce ne serait toutefois pas vraiment à l’ordre du jour. Le Conseil fédéral s’attendait à une hausse des cas avec les assouplissements entrés en vigueur à la fin du mois de juin et l’arrivée du variant Delta. Le critère fondamental reste le même: que la pression sur les hôpitaux reste faible, comme c’est le cas aujourd’hui.

Adapter la stratégie

A Berne, on se réjouit d’ailleurs d’avoir misé sur des vaccins qui semblent résister aux variants, empêchant le développement de formes graves de la maladie.

Pas d’inquiétude non plus quant à la baisse de la vaccination dans le pays: les cantons adaptent leur stratégie en fermant les «vaccinodromes» tout en facilitant l’accès à la piqûre, par exemple en déplaçant la vaccination au plus proche de la population, comme l’a annoncé le canton de Genève. Enfin, une obligation de se vacciner pour certains corps de métier ou la généralisation du certificat sanitaire ne semblent pas à l’ordre du jour.

Garder son calme

Au sein du Parlement, le socialiste Pierre-Yves Maillard joue aussi l’apaisement. «Dans cette difficile période, le Conseil fédéral doit protéger la santé de la population, mais aussi ses libertés et droits fondamentaux. Cela impose de ne pas céder à tous les emballements et de garder son calme», explique le membre de la commission de la sécurité sociale et de la santé publique.

Pour le pr�sident de l'Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard, la Suisse n'a pas de raison de partir perdante" dans les n�gociations avec l'UE (archives).
Pierre-Yves Maillardsda

L’élu du National rappelle par ailleurs que le Conseil fédéral a fixé une stratégie de sortie de crise largement approuvée après consultation. «Il semble s’y tenir», relève-t-il.

Il faut réagir

Pour Philippe Nantermod, il va bien falloir à un moment que le Conseil fédéral hausse le ton. «Sur la forme, les effets d’annonce à la Macron, ce n’est pas notre truc en Suisse. Mais sur le fond, il faut une réaction», affirme le PLR, aussi membre de la commission. Il estime ainsi que renforcer l’obligation de présenter un certificat sanitaire (pour aller au restaurant, par exemple) peut être un moyen de pousser à la vaccination.

Philippe Nantermod, FDP-VS, spricht waehrend der Wintersession der Eidgenoessischen Raete, am Dienstag, 17. Dezember 2019 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Philippe NantermodKEYSTONE

C’est sa crainte dans cette période de flottement: que l’on attende trop avant de réagir, qu’on rate le train d’une large vaccination et qu’on arrive au point de rupture qui pousse les autorités à remettre en place des fermetures. «Si nouvelle vague il y a, son ampleur sera directement liée à la part de la population vaccinée», souligne-t-il. L’élu s’interroge: «Combien de temps reste-t-il au Conseil fédéral avant cette nouvelle vague?»

Dans ce contexte, le Valaisan qui «n’a pas attendu mi-août pour donner son point de vue», répète ce qu’il a écrit dans une tribune publiée dans Le Temps début juillet et particulièrement remarquée: on ne peut plus traiter de la même manière les personnes vaccinées et les non-vaccinées. Il conclut: «Au final, il faudrait reconfiner les 30-40% des personnes qui refusent la vaccination…»

Pour changer d'air: Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
Hummer rose barbie Dubaï
partager sur Facebookpartager sur X
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
La Suisse a frappé un gros coup
Joe Biden et Cie. au Bürgenstock: Le sommet de la paix a le potentiel de devenir un grand succès pour la Suisse. Et surtout pour l'Ukraine.

C'est officiel: le sommet de la paix pour l'Ukraine se tiendra au Bürgenstock les 15 et 16 juin. Si tout se passe bien, outre le président ukrainien Volodymyr Zelensky, les chefs d'Etat et de gouvernement européens, ainsi que le président américain Joe Biden et des dizaines d'autres dirigeants seront présents. On ne peut pas faire plus prestigieux.

L’article