assez dégagé
DE | FR
Suisse
Covid-19

«La désinformation n'est pas assez combattue en Suisse»

«La désinformation n'est pas assez combattue en Suisse»

Selon Laurent Cordonier, il y a une collusion très forte entre la désinformation en santé et certains praticiens en médecine alternative, qui ont voulu proposer et vendre des thérapies contre le Covid ...
Certaines plateformes, comme Twitter, ont décidé de ne plus lutter contre la désinformation.Image: sda
Un expert dénonce un manque de rigueur sur ce sujet sensible, de la part de la Confédération, et cite les actions du gouvernement français en exemple.
30.01.2023, 05:4130.01.2023, 07:35
Plus de «Suisse»

Les effets de la désinformation ne sont pas assez pris au sérieux par les autorités suisses, estime le sociologue valaisan Laurent Cordonier:

«Certaines grandes figures de la désinformation médicale sur le Covid-19 du monde francophone sont des Suisses»

Même si les sites partageant de fausses informations sont beaucoup moins consultés par les internautes, «une exposition massive à de la désinformation n'est pas nécessaire pour avoir des effets négatifs», avertit le spécialiste dans un entretien diffusé lundi par Le Nouvelliste.

S'opposant à la censure, il préconise de se doter d'outils réglementaires, pour exiger certaines mesures de la part des réseaux sociaux. Selon lui, il est par exemple possible d'agir sur les algorithmes qui mettent en avant artificiellement les contenus très clivants et qui captent ainsi l'attention.

Il faut, en outre, poser des frontières très claires sur ce qui peut être dit sur un réseau social, poursuit-il:

«Avec la commission Bronner [qui a remis un rapport à la présidence française, ndlr], nous avons proposé que la loi du pays en matière de liberté d'expression s'applique sur les réseaux sociaux de la même manière qu'elle s'applique sur un autre support médiatique. Ni plus ni moins.»

Le président français Emmanuel Macron a mis en place une commission pour mieux appréhender les effets de la désinformation sur la population via les réseaux sociaux en particulier, à laquelle a participé le sociologue valaisan. Dans ses recherches, celui qui vit désormais à Paris s'intéresse notamment à un petit village du sud de la France qui a largement basculé dans le complotisme. (ats/jch)

Covid-19: jeunes et bientôt vaccinés?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le PLR vient de perdre ses 2 vice-présidents romands
Johanna Gapany et Philippe Nantermod ne brigueront pas un nouveau mandat de vice-présidence du PLR Suisse. Le parti cherche déjà leurs successeurs.

La conseillère aux Etats Johanna Gapany (FR) et le conseiller national Philippe Nantermod (VS) renoncent à se représenter pour un nouveau mandat à la vice-présidence du PLR Suisse. Le parti a déjà lancé le processus pour leur trouver des successeurs.

L’article