Suisse
Covid-19

Falsification de test Covid: le labo neuchâtelois reconnaît des erreurs

Falsification de test Covid: le labo neuchâtelois reconnaît des erreurs

Le laboratoire de Boudry (NE), placé sous enquête pénale ce jeudi, reconnaît avoir commis des erreurs. Mais depuis, il assure faire tout juste.
03.09.2021, 10:3503.09.2021, 17:50
Plus de «Suisse»

Automne 2020. La Suisse est au pic de la deuxième vague. Les Neuchâtelois se rendent en grand nombre au laboratoire de Boudry qui devient le plus fréquenté de la région. C'est à ce moment que les problèmes commencent. Depuis mercredi, ce dernier est sous enquête du Ministère public pour des irrégularités dans le résultat de ses examens Covid durant cette période.

La faute aux protocoles

Dans une interview accordée jeudi à ArcInfo, sous anonymat, le directeur du laboratoire médical soupçonné a admis:

«Nous avons commis des erreurs, mais elles ont été corrigées. Tout est rentré dans l’ordre depuis plusieurs mois»

Mais il reste catégorique. S’il y avait des erreurs, celles-ci étaient immédiatement «signalées au médecin cantonal et à l’organe de surveillance Swissmedic». Sur la provenance de ces couacs, il répond que:

«Les protocoles à suivre sont extrêmement complexes. A partir de là, il arrive souvent qu’une erreur se produise dans un laboratoire»

Le patron du laboratoire donne pour exemple des résultats de tests obtenus «après avoir procédé à l’avance à des opérations d’ordre administratif, afin de gagner du temps. Comme cette façon de faire n’a pas été autorisée, nous avons arrêté de procéder ainsi». Pour ce dernier, il semble qu'il n'y a rien de plus à signaler.

Dénoncé par un ancien employé

Mais alors pourquoi la justice est-elle venue inspecter le laboratoire? Le directeur commente dans Arcinfo: «Tout est parti d’une employée que nous avons été contraints de licencier. Elle a juré qu’elle allait nous le faire payer». Et de préciser:

«Elle s’est approchée du syndicat Unia qui nous a dénoncés»

En effet, la RTS a dévoilé ce jeudi les révélations d'une source interne. D'après elle, une quarantaine de personnes très symptomatiques étaient venues, justement en automne 2020, se faire tester. Elles auraient été écartées de la file d'attente et renvoyées chez elles avec un certificat positif sans avoir fait de test. Le but? Éviter des infections au sein du centre manquant de personnel, qui se serait vite trouvé débordé. Ce n'est pas tout.

Des résultats auraient été rendus trop rapidement négatifs alors qu'ils étaient positifs. Sur 50 000 tests menés, une cinquantaine seraient concernés, selon la RTS.

Swissmedic ne se prononce pas

Du côté de Swissmedic, l'organe de surveillance, silence radio. L'organe ne fournit aucune information avant d'ajouter à ArcInfo:

«C’est aux cantons qu’il incombe de régler les questions de droit pénal qui peuvent se poser à la suite d’un contrôle»

Le laboratoire, quant à lui, continue de fonctionner normalement en attendant les résultats de l'enquête. Et même si son patron se dit inquiet de la mauvaise publicité autour de son établissement, il répète encore: «Nous avons mis en place des nouveaux protocoles depuis plusieurs mois. Et bien sûr, nous n’avons jamais falsifié le moindre résultat». (fag)

Où en est le Covid en Suisse? Par ici 👇

50 ans du suffrage féminin
1 / 15
50 ans du suffrage féminin
En 1928, les femmes se plaignaient déjà de la lenteur de la Suisse concernant ce droit de vote paritaire. Elles ont amené un escargot avec l’inscription «droit de vote des femmes», à l’Exposition nationale suisse du travail féminin.
source: archives sociales suisse
partager sur Facebookpartager sur X
Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La SSR accusée d'antisémitisme et d'être pro-israélienne
Les événements s'enchaînent et les plaintes pleuvent sur la SSR qui est accusée de parti pris de tous côtés: tantôt antisémite ou pro-israélienne.

Une pluie de réclamations en lien avec le traitement de la guerre au Proche-Orient a atterri sur le bureau des services de l'ombudsman de la SSR pour la Suisse alémanique. En deux mois, 80 plaintes lui sont parvenues, plus que durant le Covid durant une période comparable.

L’article