DE | FR

Une rave party réunit 2000 fêtards dans un pâturage à Vallorbe

Bild

Entre 1500 et 2000 personnes ont participé à la fête. (image d'illustration) Image: Keystone

Une fête géante s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche à la Combe-Barathoux, près de Vallorbe (VD). Les propriétaires des lieux sont dévastés (comme leurs champs).



Les derniers fêtards ont quitté les lieux dimanche soir, près d'un jour après le début de la rave party: entre 1500 et 2000 personnes ont envahi des pâturages à la Combe-Barathoux, près de Vallorbe (VD), rapporte la Région, pour participer à une rave party illégale.

Les festivités ont commencé samedi vers 21 heures. Lorsque les forces de l'ordre sont arrivées sur place, une heure plus tard, il y avait déjà trop de monde pour disperser la fête.

La police a donc attendu jusqu'à dimanche matin avant d'intervenir. L'organisateur a été identifié et dénoncé à l'autorité compétente.

«C'était l'enfer»

La décision de laisser la party se dérouler n'a probablement pas plu aux propriétaires des lieux: «c'était l'enfer», confie l'un des deux à l'hebdomadaire vaudois. Vaches en furie, déchets, consommation de drogues, «toilettes» à ciel ouvert: les bergers craignent également les conséquences sur le long terme. (asi)

3000 jeunes font la fête (légalement) à Liverpool

1 / 7
3000 jeunes font la fête à Liverpool
source: ap pa / richard mccarthy
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Link zum Artikel

La 5G vient à peine d'arriver et la 6G est déjà en route

Link zum Artikel

«Les catastrophes de cet été sont clairement liées au réchauffement»

Link zum Artikel

Oubliez Spotify, TikTok lance sa propre plateforme de musiques virales

Link zum Artikel

Les fêtes illégales se multiplient. Les jeunes Romands adorent ça

Les boîtes de nuit sont ouvertes depuis le 28 juin dernier, mais une partie des jeunes Romands leur préfèrent les raves, ces soirées illégales qui ont tendance à se multiplier. Témoignages.

«Les raves, c’est les boîtes de nuit d’avant», affirment Martin* et Jean*, deux jeunes organisateurs de ces soirées illégales dans la région lémanique. En clair, aujourd'hui les raves représentent tout ce qui était possible dans la vie d'avant: pas de masque, ni certif ou test PCR obligatoires. Le frisson de l'interdit en plus.

Depuis le début du mois de juin, watson a dénombré pas moins de douze raves organisées sur la côte lémanique, entre Genève et Montreux. Ces soirées sont …

Lire l’article
Link zum Artikel