DE | FR

Vaud en bonne voie pour éviter une 3ème vague de Covid

Genève a également atteint une immunité de 22% fin 2020.
Genève a également atteint une immunité de 22% fin 2020.Shutterstock
Le taux d'immunisation naturelle de la population aurait atteint un seuil qui permettrait d'éviter une troisième vague. Tout du moins dans le canton de Vaud.
22.02.2021, 12:5122.02.2021, 15:30

Un quart des Vaudois auraient actuellement développé des anticorps contre le coronavirus. L'immunité a augmenté dans tous les groupes d'âge. Ce résultat devrait permettre de freiner significativement la pandémie voire d'éviter une troisième vague, même s'il n'est pas suffisant pour contrôler durablement l'épidémie.

C'est l'étude SérocoViD menée par Unisanté qui l'affirme.

Quelque 25% (avec une marge d'erreur de + ou - 3%) des Vaudois seraient aujourd'hui immunisés contre le coronavirus. Ils étaient 7% en juin dernier, 17% en novembre. En comparaison, Genève annonçait une immunité de 22% en fin d'année dernière.

Début de la vaccination

L'étude a été réalisée la première semaine de février. «Peu de personnes étaient encore vaccinées. Une cinquantaine parmi celles qui ont participé à l'étude, et certaines d'entre elles n'avaient pas encore eu le temps de développer des anticorps. Si on enlève les personnes vaccinées, le taux s'élève à 24%», a expliqué à Keystone-ATS Valérie D'Acremont, infectiologue à Unisanté et professeure à l'UNIL.

Vacciner au plus vite

L'atténuation des différences entre les classes d'âge est vraisemblablement dû au mélange intergénérationnel plus important pendant la deuxième vague, notamment pendant les Fêtes de fin d'année. «Cela montre qu'il faut vacciner au plus vite les personnes fragiles. Elles n'arrivent plus à se protéger car elles n'en peuvent plus de rester enfermées chez elles», observe Mme D'Acremont.

Fait intéressant: l'étude atteste que les anticorps peuvent subsister longtemps après la maladie. «98% des personnes qui ont eu le coronavirus avaient encore des anticorps, parfois jusqu'à onze mois après. C'est impressionnant de voir leur persistance après une infection», a ajouté l'infectiologue d'Unisanté qui rappelle qu'elle constate par ailleurs «très peu de réinfections».

Frein à une troisième vague

Cette immunité populationnelle partielle, en complément du programme de vaccination, devrait permettre d'éviter une troisième vague, selon les auteurs de l'étude. «C'est en tout cas un bon frein», estime Valérie D'Acremont. Mais vacciner largement la population - en priorité les plus fragiles - reste indispensable.

Reste que le taux d'immunité peut varier sensiblement d'une région à l'autre. Il est vraisemblablement plus élevé en Suisse romande, plus touchée par les vagues de l'épidémie.

Pour en savoir plus, notamment sur le taux d'infection naturel des différents groupes de population, rendez-vous sur le site de l'Etat de Vaud.

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon un rapport, 20% des employés suisses veulent changer de travail
Une étude du cabinet PWC Suisse démontre que les employés en Suisse sont moins satisfaits en comparaison avec d'autres pays.

Presque 20% des salariés suisses pensent à un changement d'emploi dans les douze prochains mois. Un meilleur salaire et un travail qui procure davantage de satisfaction sont les principaux motifs évoqués par les personnes interrogées lors d'une enquête menée par le cabinet de consultants PWC.

L’article