DE | FR
Image: watson

Une quatrième vague en automne? Les trois scénarios du Conseil fédéral

Comment préparer la rentrée et envisager une éventuelle recrudescence des cas de Covid? Le Conseil fédéral voit trois scénarios possibles. Les voici.
30.06.2021, 14:2930.06.2021, 15:40

C'est la question qui fait peur. L'automne sera-t-il synonyme de quatrième vague? Alors que la situation épidémiologique s'est améliorée en Suisse ces derniers mois, le Conseil fédéral se penche sur son évolution. Ce mercredi, il part de l'hypothèse selon laquelle le virus ne va pas disparaître. Il envisage trois scénarios pour le retour de la saison froide.

Scénario 1: Les cas restent bas

Dans ce scénario, le nombre de cas reste à un niveau bas. Des foyers de moindre ampleur sont encore possibles. Le nombre de cas peut augmenter quelque peu en raison de facteurs saisonniers, mais n’entraîne pas de charge importante pour le système de santé.

Les mesures

Les mesures encore en place peuvent être levées. Dans ce scénario, la crise liée à la pandémie est terminée.

Scénario 2: Les cas grimpent

Dans cette deuxième hypothèse, on observe une augmentation du nombre de cas en automne ou en hiver au plus tard. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela, par exemple la proportion de personnes non vaccinées, la levée des mesures, les effets saisonniers ou l’apparition de nouveaux variants plus infectieux.

Les mesures

Cette augmentation fait peser une telle charge sur le système de santé qu’elle nécessite le maintien ou la réintroduction de certaines mesures de base édictées par les pouvoirs publics, telles que l’obligation de porter un masque ou de respecter la distance. Des vaccinations de rappel peuvent s’avérer nécessaires.

Scénario 3: les variants menacent

Dans ce troisième cas de figure, un ou plusieurs nouveaux variants apparaissent, contre lesquels le vaccin ou l’immunité acquise à la suite d’une guérison ne protègent plus ou plus suffisamment. S’ensuit une nouvelle vague pandémique.

Les mesures

Dans ce scénario, une intervention forte des pouvoirs publics et une nouvelle vaccination seraient nécessaires.

Et maintenant alors?

Pour l'heure, la planification à moyen terme de la Confédération et des cantons se focalise sur le deuxième scénario.

Voici les principaux défis face à l'augmentation éventuelle des cas en automne/hiver:

  • Détecter rapidement les nouveaux variants inquiétants.
  • Améliorer la disposition de la population à se faire vacciner.
  • Préparer la vaccination de rappel pour garantir une durablement une protection suffisante. Au plus tôt, cette vaccination se fera l'hiver prochain. De plus, si l'efficacité contre les variants actuels des vaccins autorisés en Suisse est très bonne, on ne peut pas exclure qu'il faille les adapter selon les variants qui pourraient apparaître. La technologie ARN messager permet de réaliser ces adaptations. Il faut compter six mois au mieux pour que les vaccins soient adaptés.
  • Adapter la stratégie de dépistage, en renforçant par exemple rapidement les capacités des laboratoires en cas de dégradation épidémiologique. Dès le début de la phase de normalisation, le dépistage préventif sera en revanche supprimé, sauf dans les écoles. Dans les pays où le variant Delta prévaut, on observe en effet un nombre supérieur à la moyenne de contaminations dans les écoles, souligne le Conseil fédéral.
  • Préserver les capacités de traçage des contacts.
  • Préserver les capacités du système de santé.

Mais encore

Le Conseil fédéral s’est également penché sur la question de la fin de la situation dite «particulière» au titre de la loi sur les épidémies. Celle-ci se terminera lorsque la situation sanitaire mondiale liée au SARS-CoV-2 ne constituera plus un danger et que la santé publique du pays ne sera plus menacée.

Le Conseil fédéral a également décidé d’ajouter à l’application SwissCovid une fonction dite «check-in» permettant de compléter le traçage des contacts de manière ciblée. Le système décentralisé n’enregistre aucune donnée personnelle et ne recourt ni au bluetooth ni au GPS. La fonction «check-in» est prévue pour les petites manifestations, comme les rencontres privées, les entraînements sportifs, les répétitions des chœurs, les petits concerts et les réunions.

Le Conseil fédéral a également décidé de confier la mise en œuvre de son programme d’encouragement pour les médicaments contre le COVID-19 à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et à Innosuisse. L’objectif de ce programme est d’encourager la recherche, le développement et la production de médicaments contre le COVID-19 afin de contribuer à un approvisionnement sûr et rapide de la population suisse. Le programme est limité à fin 2022.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Maurer attaqué après avoir qualifié le conflit ukrainien de «guerre par procuration»
Lors d'une intervention devant des collègues de parti à Appenzell Rhodes-Extérieures, le ministre des Finances, l'UDC Ueli Maurer, a parlé des conséquences de la guerre en Ukraine pour la Suisse. A cette occasion, il a pris ses distances avec la position officielle du Conseil fédéral. Son choix de mots n'a pas du tout été apprécié au Parlement.

Le ministre des Finances Ueli Maurer (UDC) a déjà prouvé à plusieurs reprises, pendant la pandémie de Covid, qu'il ne mâche pas ses mots lors de ses apparitions publiques et qu'il n'est pas rare qu'il critique les décisions de ses collègues du Conseil fédéral. Il s'offre «le luxe d'avoir sa propre opinion», a-t-il expliqué pour justifier ses déclarations, avec lesquelles il a parfois poussé le principe de collégialité à l'extrême.

L’article