DE | FR
Mehrere hundert Personen demonstrieren an einer Kundgebung des Vereins

Le groupe des Stiller Protest en pleine manifestation pacifique à Wohlen (AG), en février dernier. Image: sda

Les manifs anti-mesures Covid débarquent en Suisse romande

Même si certaines villes de Suisse interdisent les rassemblements anti-mesures Covid, une association zurichoise appelée les Stiller Protest, manifestera pacifiquement le 22 mai à Neuchâtel.



C'est une famille zurichoise qui est à l’origine de ce mouvement. Les Stiller Protest («Protestation silencieuse») sont une association alémanique, qui lutte contre les mesures anti-Covid de manière pacifique. Comme l'annonce ArcInfo, le groupe manifestera le samedi 22 mai à Neuchâtel.

Une première en Suisse romande

«Notre marche portera sur le thème du "Non" à la loi Covid et à la Loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme»

Simone Ehrismann, cofondatrice de l’association arcinfo

Le site ArcInfo explique également que les Stiller Protest ont déjà défilé en Suisse allemande, notamment:

«Nous voulons rassembler les Suisses romands et les Suisses allemands. De par sa localisation, Neuchâtel est assez aisément accessible pour tous»

Les administrateurs du groupe Stiller Protest arcinfo

Une famille de l'Oberland Zurichois derrière le groupe

Avec son mari Martin, proche comme elle de la quarantaine, et leur fille de presque 20 ans, Simone Ehrismann est à l’origine des Stiller Protest, selon une interview accordée à la Weltwoche. Epaulée par d’autres bénévoles, cette famille de l’Oberland zurichois évite d’apparaître dans les médias, quitte à laisser courir toutes sortes de théories à son sujet, dont celle d’alimenter les thèses complotistes.

À la suite des premières mesures anti-Covid, maintenues au terme de la première vague, et de décisions gouvernementales jugées incohérentes, la famille dit avoir fini par craindre davantage le politique que le virus lui-même.

Dans ce contexte de «régime de peur», l’idée d’une première protestation silencieuse a germé. D'abord à Zurich, pour frapper un grand coup: un premier rassemblement pacifiste, car la famille affirme encourager des rassemblements sans violence. Ce ne sont pas moins de 5000 membres qui finissent par les rejoindre sur la messagerie cryptée Telegram.

Le profil «normal» des Stillers

Le message de Stiller Protest utilise plutôt les ressorts de la caricature. L’association a décidé de montrer ce qu’elle considère comme absurde dans les décisions du Conseil fédéral. Ses membres, qui ont accepté de répondre aux questions d'ArcInfo, défilent donc en silence, avec masques et combinaisons de protection intégrale, pour dénoncer les choix du Conseil fédéral qu’ils jugent extrêmes.

Tina, 57 ans, manifestera le 22 mai à Neuchâtel, car «les gens ont besoin de revivre», explique-t-elle. «En raison des mesures sanitaires en vigueur, 23 articles de notre Constitution fédérale sont violés. Parmi eux, la liberté de rassemblement. Leur question principale: Pourquoi tout fermer?

Tina rit à l’idée d’être taxée de complotiste:

«Cette histoire de complot, c’est une invention des médias. Le virus existe bel et bien, mais il concerne tellement peu de gens et une si petite catégorie de la population. Nous, nous sommes juste des gens normaux!»

arcinfo

(Arcinfo.ch/jch)

Les Stiller Protest débarquent en Suisse Romande. Retour en images sur leurs manifestations pacifistes:

1 / 13
Les Stiller Protest débarquent en Suisse Romande, les images
source: sda / gian ehrenzeller
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Copin comme cochon: les gens au resto

Plus d’articles sur les votations du 13 juin

Que dit la «Loi Covid» sur laquelle on votera le 13 juin?

Link zum Artikel

Pour lutter contre le terrorisme, faut-il donner plus de moyens à la police?

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel

Top 5 des initiatives suisses les plus WTF (vive la démocratie)

Link zum Artikel

La Confédération et les cantons se félicitent de leur gestion de la crise

Alain Berset et le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger se sont rencontrés face-à-face jeudi après-midi. C'était la première fois depuis l'automne 2020.

«Ensemble, nous avons réussi à reprendre le contrôle», a déclaré le conseiller fédéral Alain Berset. «On a des chances de retrouver la voie de la normalité», selon Lukas Engelberger.

La crise sanitaire a nécessité des échanges intenses avec les cantons: rien que depuis le début de l'année, on s'est rencontrés à dix reprises avec la plénière des cantons contre une à deux fois par an en temps normal, a poursuivi le conseiller fédéral.

Aujourd'hui, le timing pour la vaccination est respecté: 57% de …

Lire l’article
Link zum Artikel