ciel couvert
DE | FR
Suisse
Covid-19

L'autorisation de la 3ᵉ dose est imminente en Suisse, mais pour qui?

La 3ᵉ dose est imminente en Suisse. Mais qui y aura droit en priorité?

La troisième dose n'est toujours pas approuvée en Suisse. Même la Commission fédérale des vaccinations s'impatiente, mais l'attente pourrait prendre fin dans les prochaines heures.
26.10.2021, 11:4826.10.2021, 16:55
Sabine Kuster / ch media

Les Etats-Unis ont autorisé, fin août déjà, une dose de rappel pour le vaccin Pfizer-Biontech et pour le sérum de Moderna depuis le 1er septembre. Début octobre, c'était au tour de l'Agence européenne des médicaments (EMA) d'approuver le booster de Pfizer pour les gens dont le système immunitaire est fragile, et dès 18 ans. Cette semaine, le rappel de Moderna a, à son tour, été validé en Europe.

Et en Suisse?

Christoph Berger, chef de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV), s'attendait à ce que la validation de cette troisième dose arrive plus tôt, mais il pondère:

«Le retard ne me dérange pas outre mesure. Je suis heureux que l'approbation arrive maintenant»

Pourquoi autoriser la troisième dose?

L'expert de la Confédération cite deux études, l'une anglaise et l'autre israélienne, qui ont constaté une baisse de l'immunité, mais seulement chez les plus de 80 ans et les plus de 60 ans. Mais, rien de dramatique toutefois: «Selon l'étude israélienne, la protection vaccinale a chuté de 10% après six mois, c'est-à-dire qu'elle se situait alors à environ 86%», explique Berger qui précise:

«La plupart des gens sont encore bien protégés et n'ont pas besoin d'un rappel»

C'est pourquoi le responsable de la vaccination ne considère pas que la CFV était en droit de décider dans l'urgence.

A qui s'adressera la dose de rappel en Suisse?

Après un certain retard, Swissmedic s'apprête à l'injection d'une troisième dose. La décision pourrait tomber dès aujourd'hui. Lukas Jaggi, porte-parole de Swissmedic dit:

«Nous allons rendre une première décision sous peu»

Selon Christoph Berger, la décision de la Suisse sera semblable à celle de l'Union européenne. En d'autres termes? Elle sera probablement autorisée dès l'âge de 18 ans (pour le vaccin Pfizer-Biontech). Toutefois, la Commission fédérale pour les vaccinations ne recommandera cette dose de rappel qu'aux retraités 👇.

«La population en bonne santé et en âge de travailler n'a pas besoin de rappel maintenant»
Christoph Berger

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps?

La Suisse a reçu la demande d'autorisation de mise sur le marché du rappel pour le produit de Pfizer-Biontech deux à trois semaines après les Etats-Unis. Est-ce que la Suisse a été snobée par l'entreprise pharmaceutique? Lukas Jaggi tempère:

«Dans le passé, il y a eu des cas où la FDA américaine a été servie en premier, par exemple avec un médicament prometteur contre le cancer. Mais il est également arrivé que Swissmedic reçoive des demandes plus tôt.»

Selon le porte-parole, rien ne prouve que la Suisse ait été désavantagée. Le fait que les entreprises pharmaceutiques ne soumettent pas partout les demandes d'autorisation de mise sur le marché au même moment et pas exactement avec la même documentation pourrait également être dû à des exigences légales différentes dans les pays.

Ce décalage avec les Etats-Unis n'explique, cependant, pas tout. En effet, un autre rôle est joué par le fait que l'approbation, en Suisse, ne sera pas temporaire, mais régularisée à long terme après une batterie de tests. Aux Etats-Unis, il s'agit d'une décision d'urgence, pour laquelle des exigences moindres s'appliquent.

Adapté de l'allemand par jah, le texte original ici.

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une Romande au Conseil fédéral, ce serait utile? «Non, mais… oui»
Au-delà du symbole, de la fierté d'un canton et de la représentation théorique d'une langue et d'une région, la candidature de la Jurassienne Elisabeth Baume-Schneider peut-elle servir concrètement les intérêts de la Suisse romande? «Non, mais... oui», nous rappelle finement le politologue René Knüsel.

Si vous êtes aussi ébranlé par la politique politico-politicienne qu'un caillou devant un coucher de soleil, vous vous posez au moins une question, ces derniers jours: à quoi ça peut bien servir, concrètement, de hisser un conseiller fédéral romand?

L’article