Suisse
Covid-19

Covid: le vaccin contre Omicron redonne de l'espoir

Le vaccin contre Omicron redonne de l'espoir pour cet automne

Chaque jour, des milliers de Suisses sont encore contaminés par le Covid. Mais avec la vaccination contre Omicron attendue pour l'automne, le nombre d'infections pourrait baisser.
05.08.2022, 06:03
Eine Mitarbeiterin der Praxis Medbase traegt die zweite Booster-Impfung in einen Impfpass ein, am Dienstag, 12. Juli 2022 in Bern. Per 5. Juli 2022 empfehlen EKIF und BAG eine zweite Auffrischimpfung, ...
Un vaccin contre les variants d'Omicron sera disponible dès cet automne.image: keystone
Chiara Stäheli / ch media
Plus de «Suisse»

C'est pour une fois «une bonne nouvelle pour l'automne», écrit le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, sur Twitter. Ce médecin de formation n'est pas connu pour ses bonnes nouvelles, surtout depuis le début de la pandémie de Covid. Mais il semble désormais «de plus en plus probable qu'il n'y aura au moins pas de variante supplémentaire à BA.5», poursuit-il. C'est la conclusion à laquelle parvient notamment la mathématicienne germano-britannique Christina Pagel, qui a conseillé le gouvernement britannique lors de la pandémie.

Mais comme il faudra attendre septembre pour qu'un vaccin adéquat contre Omicron soit disponible en Allemagne. Il s'agit désormais «d'éviter une infection d'ici là», selon Karl Lauterbach.

Demande d'extension d'autorisation déposée

En Suisse aussi, un vaccin protégeant plus efficacement contre les variantes d'Omicron que les vaccins administrés jusqu'à présent devrait être disponible d'ici quelques semaines. L'autorité de contrôle Swissmedic examine actuellement deux demandes en ce sens. Dans ce sens, le fabricant de vaccins Moderna a déjà déposé fin juin une demande d'extension de l'autorisation de mise sur le marché.

Mardi, on a appris que Pfizer avait également déposé une demande d'autorisation pour un vaccin contre Omicron. Le vaccin bivalent contient de l'ARNm à la fois pour la protéine spike de la souche Wuhan et pour celle du variant Omicron. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) attend de cette composition une «plus grande efficacité contre la variante Omicron» et donc aussi contre la sous-variante BA.5, actuellement dominante, comme il l'indique dans un communiqué.

Interrogé à ce sujet, l'OFSP a indiqué que les premiers vaccins adaptés seraient disponibles en Suisse à «l'automne 2022». Finalement, la date exacte dépendra de quand Swissmedic accordera l'autorisation. L'OFSP ne répond pas à la question de savoir combien de doses seront effectivement livrées en Suisse. Il se contente de dire que «la livraison des doses de vaccin se fait par livraisons partielles. Le rythme et la quantité dépendent aussi bien des besoins de la Suisse et des capacités de stockage que des plans de production des fabricants».

En revanche, une chose est sûre, la Suisse a toujours droit au dernier vaccin disponible, conformément aux contrats passés avec les fabricants.

epa10017641 German Health Minister Karl Lauterbach speaks during the weekly press conference on the COVID-19 situation at the House of the Federal Press Conference in Berlin, Germany, 17 June 2022. EP ...
Karl Lauterbachimage: keystone

Des vaccins adaptés aux premiers variants d'Omicron

Jan Fehr évalue la situation un peu différemment. L'infectiologue dirige le département Public & Global Health de l'université de Zurich. Il déclare:

«Pour moi, la question n'est pas tant de savoir "si" le virus va continuer à muter - car je pars de ce principe - mais plutôt "à quoi" ressemblera la prochaine variante et dans quelle mesure la population est protégée par une immunité existante résultant de la vaccination et des infections subies.»

Selon lui, à ce stade, les déclarations de Karl Lauterbach ne peuvent pas être directement transposées à la Suisse. En effet, la population du pays a probablement une «protection immunitaire plus solide». Comme l'explique Jan Fehr, «les mesures étaient moins restrictives chez nous. Il y a donc eu un bon équilibre entre mesures et ouverture et une immunité plus large a pu se développer.»

Le vaccin adapté jouera probablement un rôle important. «Mais il ne peut pas tout régler», explique-t-il. Par exemple, le vaccin n'a pas été développé explicitement contre les variants BA.4 et BA.5, mais en premier lieu contre le BA.1 et BA.2.

«Ce qui est décisif, c'est la protection globale de la population, la vaccination représentant l'une des pièces du puzzle sur la voie vers un état d'endémie»

Près d'un test sur deux est positif

Actuellement, la Suisse se trouve toujours dans la vague estivale, même si la situation s'est légèrement calmée. Pour l'heure, les variantes d'Omicron représentent 100% des cas. Pour la semaine dernière, l'OFSP a annoncé mardi après-midi plus de 23 000 cas confirmés en laboratoire. Cela représente environ 14 000 infections confirmées de moins que la semaine précédente.

Le taux de positivité - c'est-à-dire la proportion de tests positifs - est encore élevé. Il est actuellement d'un peu plus de 40%. Cela signifie que près d'un test sur deux est positif. Les unités de soins intensifs sont occupées à 76%, dont seulement 6% sont des patients Covid.

Traduit et adapté de l'allemand par sia

Copin comme cochon: la fin des restrictions Covid
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Esclavage à Genève: les Hinduja risquent jusqu'à cinq ans de prison
A Genève, le procureur a requis des peines de prison de quatre à cinq ans et demi contre quatre membres de la richissime famille indienne jugée pour traite d'êtres humains. Le verdict sera prononcé vendredi.

Le Ministère public a prononcé un réquisitoire sévère lundi au procès des quatre membres de la famille Hinduja accusés de traite d'êtres humains et d'usure par métier à Genève. Il a demandé des peines de prison allant de quatre ans et demi à cinq ans et demi. La défense a plaidé l'acquittement.

L’article