larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Cybercrime

Black Friday: voici l'erreur à ne pas commettre en ligne

Black friday, gare aux arnaques en ligne
Une bonne affaire ou une arnaque, on doit se poser la question (image symbolique).

Voici l'erreur à ne pas commettre lors de vos achats en ligne

Le Black Friday est aussi une opportunité pour les cyberarnaqueurs. Une étude récente montre que ceux qui sur-estiment leurs connaissances sur le sujet sont des cibles faciles. Alors voici comment vous protéger.
22.11.2023, 18:4623.11.2023, 07:17
Ann-Kathrin Amstutz / ch media
Plus de «Suisse»

Jour préféré des amoureux du shopping, le Black Friday est également une aubaine pour les cybercriminels. En effet, il est très facile de devenir une cible en ligne. Une enquête représentative réalisée par l'institut de recherche GFS Zurich sur mandat de Digitalswitzerland montre que de nombreux internautes n'en sont pas encore conscients.

Quelque 85% des plus de 1200 personnes interrogées ne s'inquiètent en effet que rarement, voire jamais, de la fraude lors d'achats en ligne. «C'est inquiétant», a déclaré mardi Simon Seebeck, responsable du centre de compétences Cyber Risk à la Mobilière, lors d'une conférence de presse. Selon les chiffres du Centre national de cybersécurité (NCSC), les attaques contre les particuliers ont atteint un nouveau record.

Parmi les personnes interrogées dans le cadre de l'étude, 11% ont été arnaquées lors d'achats en ligne au cours des cinq dernières années. La proportion est encore plus importante chez ceux qui achètent souvent en ligne – c'est-à-dire tous les jours ou toutes les semaines. Cela fait réfléchir à l'approche du Black Friday.

L'un des dangers réside dans les boutiques en ligne douteuses. Un exemple typique: après avoir commandé et payé un article, celui-ci n'est jamais livré. Selon Simon Seebeck, ce type de dommage financier arrive en tête des cybersinistres enregistrés par la Mobilière.

Les achats sur Internet sont désormais très répandus dans toutes les tranches d'âge. Trois quarts des personnes interrogées y ont recours au moins une fois par mois, et un tiers au moins une fois par semaine. Seule une fraction des sondés renonce complètement au shopping en ligne.

Il ne faut pas se surestimer

Il en ressort un profil: l'acheteur en ligne typique est un homme, jeune, qui se sent plutôt en sécurité sur Internet et estime être bien informé sur les cyberrisques. Certes, les connaissances techniques et une bonne sensibilisation font partie des outils les plus importants pour se protéger. Mais si l'on se surestime, cela peut vite devenir dangereux.

En effet, les résultats de l'étude montrent que ceux qui ont trop confiance en eux et qui sous-estiment le risque d'une attaque se mettent en danger. Et il existe un écart considérable entre l'auto-évaluation et la réalité. Les auteurs ont ainsi constaté qu'environ 68% des personnes interrogées estiment être bien ou très bien informées sur les cyberattaques.

«C'est très surprenant quand on voit comment les gens gèrent leurs mots de passe»
Katja Dörlemann, présidente de Swiss Internet Security Alliance

Attention au mot de passe

Selon elle, le mot de passe est la mesure de sécurité la plus importante que l'on peut prendre soi-même en tant que personne privée. Pourtant, près d'un tiers des personnes interrogées ont déclaré utiliser toujours le même mot de passe.

Les jeunes sont particulièrement négligents en matière de mot de passe: deux personnes interrogées sur cinq âgées de 18 à 39 ans utilisent toujours le même mot de passe. En revanche, la moitié de ce groupe d'âge utilise déjà un gestionnaire de mots de passe. Il semble donc qu'en matière de mots de passe, les jeunes se protègent soit très bien, soit très mal.

La situation est similaire en ce qui concerne l'attitude vis-à-vis de ses propres données. Un huitième des personnes interrogées estime que leurs données personnelles ne sont pas assez intéressantes ou importantes pour être attaquées – une «attitude plutôt dangereuse», selon les auteurs de l'étude. Chez les plus jeunes, qui disposent de plus d'appareils connectés à Internet et qui font plus souvent des achats en ligne, c'est un cinquième des personnes qui pense ainsi.

Les arnaques sont toujours plus sophistiqués

Comment expliquer l'écart entre le sentiment d'être bien informé et le comportement manifestement négligent? Selon Karin Mändli Lerch, responsable du projet au CCR de Zurich, l'étude ne fournit pas de réponse concrète à cette question.

Elle explique toutefois que les jeunes ont généralement un comportement plus risqué. La responsable du projet suppose en outre que les personnes interrogées ne peuvent pas évaluer objectivement le risque personnel.

«On ne connaît les conséquences d'une cyberattaque que lorsqu'on l'a vécue soi-même ou dans son environnement proche»

En outre, la qualité des attaques augmente, si bien qu'il est de plus en plus difficile de les reconnaître. Karin Mändli Lerch l'affirme: «Les connaissances sur la manière de se protéger doivent être actualisées en permanence».

7 conseils pour un comportement en ligne sûr

  1. Achetez uniquement sur des sites commerciaux où vous pouvez vérifier l’entreprise.
  2. Pour les offres par e-mail: vérifiez les liens si vous ne connaissez pas l'expéditeur.
  3. Évitez le Wi-Fi public lors de la saisie des informations de paiement.
  4. Utilisez des mots de passe forts et un gestionnaire de mots de passe.
  5. Le cas échéant, activez l’authentification à deux ou plusieurs facteurs.
  6. Sauvegardez régulièrement vos données.
  7. Gardez votre logiciel à jour avec les mises à jour.

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

L'ironie en 22 images
1 / 24
L'ironie en 22 images
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur X
Copin comme cochon: les cyberattaques
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un accident provoque la fermeture de l'autoroute entre Fribourg et Berne
L'autoroute A1 est fermée entre Fribourg et Berne, plus précisément entre les jonctions de Kerzers FR et Mühleberg BE, après un grave accident.

L'autoroute A1 a été fermée samedi après-midi à la frontière entre les cantons de Fribourg et de Berne en raison d'un grave accident de la circulation. Le tronçon entre les jonctions de Chiètres FR et Mühleberg BE est bouclé, a indiqué la police fribourgeoise.

L’article