DE | FR
La question principale est de savoir si Credit Suisse a réellement pris toutes les dispositions nécessaires pour prévenir ce blanchiment d'argent.
La question principale est de savoir si Credit Suisse a réellement pris toutes les dispositions nécessaires pour prévenir ce blanchiment d'argent.Image: sda

Credit Suisse liée à un gang de cocaïne: tout comprendre du procès historique

Suivez-moi
Le procès de Credit Suisse et quatre coaccusés s'est ouvert, lundi, à Bellinzone, devant le Tribunal pénal fédéral. On reproche notamment à la banque d'avoir soutenu et participé au financement d'une organisation criminelle. Voici ce qu'il faut savoir en 6 points.
08.02.2022, 18:0508.02.2022, 18:27

Depuis lundi, Credit suisse doit s'expliquer devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) à Bellinzone sur la nature de ses relations avec un clan bulgare impliqué dans un trafic de cocaïne et de blanchiment.

Le procès, qui durera un mois, vise également quatre coaccusés: une ancienne conseillère à la clientèle de la banque, deux Bulgares et un collaborateur de Julius Baer qui avait démissionné pour se mettre au service du clan.

Blanchiment aggravé, faux dans les titres, soutien à une organisation criminelle, voici ce qui leur est reproché à tous.

Des relations dangereuses

Dès 2004, Credit suisse noue des relations d’affaires avec Evelin Banev, un Bulgare à la tête d'un réseau transportant de la cocaïne par dizaines de tonnes de l'Europe à l'Amérique latine. Une conseillère à la clientèle de la banque, d'une vingtaine d'années, lui est attitrée.

Ensemble, ils mettent en place un système destiné à blanchir une partie des fonds de l’organisation, comme l'explique Public Eye. De nombreuses sociétés offshore sont alors utilisées pour dissimuler leur origine criminelle.

De son propre aveu, jamais la banquière n'effectue de vérifications. Et naturellement, l'argent afflue.

Des millions en jeu

Le 14 mai 2005, un associé d'Evelin Banev se fait tuer à Sofia. La presse locale vise le chef du trafic de drogue. Dans le même temps, une filiale de Credit Suisse octroie à Evelin Banev un prêt de dix millions d’euros quelques semaines après les faits.

Le département de Credit Suisse censé lutter contre le blanchiment d’argent en interne ne signale rien au Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS). La banque assure ne jamais avoir été informée de ces accusations, tel que le rapporte Tribune de Genève.

Dans le collimateur brésilien

Le 6 novembre 2007, deux banquiers suisses sont appréhendés par la police brésilienne dans le cadre d'une vaste opération menée sur quatre Etats de ce vaste pays.

Selon les autorités locales, ces derniers ont été envoyés sur place afin de recruter d'autres clients. Ils affirment avoir reçu l'autorisation de leur institution. Les sommes en jeu dépasseraient le demi-milliard de dollars, rapporte la Radio Télévision Suisse (RTS).

La Suisse s'en mêle

Une procédure est lancée en Suisse dès 2008 par le Ministère public de la Confédération (MPC). Celle-ci fait suite à une demande d'assistance judiciaire déposée l'année précédente par la Bulgarie.

En Suisse, les autorités estiment notamment qu'entre 2004 et 2007, l'organisation d'Evelin Banev a permis de blanchir plus de 70 millions de francs chez Credit Suisse ainsi qu'auprès d'une autre banque, Julius Baer. D'après les informations de la Tribune de Genève, le réseau du Bulgare de 58 ans au moment des faits passait notamment par Martigny, Genève et Montreux.

La question principale est alors de savoir si Credit Suisse a réellement pris toutes les dispositions nécessaires pour prévenir ce blanchiment d'argent?

L'enjeu de la prescription

A côté des quatre coaccusés, fin décembre 2020, le MPC dépose auprès du Tribunal pénal fédéral un acte d'accusation contre Credit Suisse. Le géant de la banque zurichois est accusé d'avoir accepté 55 millions de francs d'Evelin Banev et son entourage. On reproche également à la banque la participation ou le soutien à une organisation criminelle.

Les faits remontant à il y a près de quinze ans, la défense demande la prescription. Et celle-ci pourrait être menée à bien. En effet, si les juges retiennent le blanchiment simple, qui est prescrit après sept ans, l'ensemble des faits sera caduc et le procès se terminera en queue de poisson, après quinze ans d'enquête. En revanche, s'il y a blanchiment aggravé, les infractions postérieures à mars 2007 pourront être jugées.

Une première en Suisse

C'est la première fois qu'une grande banque suisse comparaît devant le TPF. Jusqu’à récemment, le procureur général de la Confédération traitait ce type d’affaires par une procédure plus courte et derrière des portes closes.

Cette nouvelle transparence juridique survient alors que des durcissements à l’encontre des banques et des sociétés impliquées dans des faits de corruption et de blanchiment ont été mis en place fin 2016.

Le parquet fédéral devrait demander une créance de compensation évaluée à environ 42,5 millions de francs. L'amende ne devrait pas dépasser les cinq millions de francs.

Thèmes

Un peu de détente après ce sujet complexe... Il recrée Africa de Toto avec Zelda sur sa vieille Nintendo 3DS

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Amazon double ses profits à 14 milliards de dollars (merci le Covid)

Link zum Artikel

Fraude fiscale: nouvelle galère en vue pour Donald Trump

Link zum Artikel

Bientôt 2 francs le litre d'essence en Suisse? Etat des lieux en 4 points

Link zum Artikel

Année calamiteuse: Credit Suisse perd 1,6 milliard de francs en 2021

Link zum Artikel

Le nombre d'utilisateurs de Facebook baisse pour la première fois

Link zum Artikel

La crise ukrainienne représente une menace pour la croissance mondiale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le diplomate russe Boris Bondarev est sous protection policière 24h/24
Le haut fonctionnaire a critiqué Poutine en démissionnant avec fracas lundi. Une prise de position qui l'oblige à être sous surveillance jour et nuit.

Boris Bondarev, un ex-diplomate russe de 41 ans, est sous la protection 24h/24 de policiers suisses, rapporte 24 heures. Les raisons? Il a quitté lundi, à Genève, le service de la mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) de son pays en attaquant le président russe Vladimir Poutine et sa guerre en Ukraine à travers une lettre ouverte. Une protestation qui a eu un retentissement mondial.

L’article