Suisse
Ecologie

«Il y aura une perte presque totale des glaciers vers 2100»

«Il y aura une perte presque totale des glaciers vers 2100»

L'
Image: sda
L'année 2023 s'annonce à nouveau mauvaise pour les glaciers suisses, le manteau neigeux les recouvrant étant inférieur d'environ 30% à la moyenne des 10 dernières années. Une nouvelle fonte record des glaciers menace.
30.04.2023, 16:5930.04.2023, 19:06
Plus de «Suisse»

Comme tous les ans en avril, lorsque le manteau neigeux atteint son maximum, Matthias Huss, le responsable du Réseau suisse de relevés glaciologiques (GLAMOS) et son équipe, ont procédé à une campagne de mesures sur une quinzaine de glaciers suisses. La situation est à critique pour la deuxième année consécutive, a rappelé l'expert dans les colonnes du journal alémanique SonntagsZeitung.

Cette année, pour la première fois, l'équipe Glamos a effectué des mesures à plus de 4000 mètres d'altitude au Strahlhorn, en Valais. Sur la surface lisse de la glace, la neige n'a pas pu se lier: les vents à ces altitudes l'ont balayée, détaille Huss. Sur le Jungfraujoch, fin mars 2023, il y avait encore moins de neige qu'en 2022 aux mêmes endroits.

En 2023, Huss s'attend à devoir arrêter les mesures sur le St. Annafirm au-dessus d'Andermatt (UR), en raison d'un effondrement. L'expert ne pense pas que les petits glaciers puissent encore être sauvés.

«Fortement sous la moyenne»

«Cette année les conditions sont assez similaires à l'année 2022 qui avait des pertes de glace record. On a encore une fois très peu de neige», a expliqué par ailleurs le glaciologue dans un entretien à l'AFP.

«Ce n'est pas dans toutes les régions que c'est aussi dramatique qu'en 2022, mais on est quand même fortement sous la moyenne»
Matthias Huss

Si les quantités de neige recouvrant les glaciers suisses ont atteint cette année un niveau environ 30% inférieur à la moyenne des dernières 10 années, «il y a même des régions avec un déficit allant jusqu'à 50%», a indiqué Huss.

«Cela nous dit que les préconditions pour l'été à venir sont mauvaises pour le moment. Mais on ne peut pas dire si on aura de nouveau des records de fonte durant le prochain été.»
Matthias Huss

Tout dépendra des températures à venir.

Le manteau neigeux est doublement important pour les glaciers, car la neige permet à la fois de les «nourrir» et leur offre une couche protectrice en été.

Pour la première fois cette année, des mesures du manteau neigeux ont été effectuées sur un glacier situé à environ 4100 mètres d'altitude.

«On avait une épaisseur de neige de 0 cm. Il n'y avait vraiment rien du tout. C'était surprenant»
Matthias Huss

«On avait une épaisseur de neige de 0 cm. Il n'y avait vraiment rien du tout. C'était surprenant», a observé Huss. La situation est «grave pour les glaciers quand, même à 4000 m, il n'y a pas de neige vers la fin de l'hiver».

Rapidité frappante

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, les huit dernières années ont été les plus chaudes observées et la température moyenne de la planète en 2022 était supérieure de 1.15°C à celle de l'époque préindustrielle (1850-1900).

Dans les Alpes, les glaciers ont battu des records de fonte en raison d'une combinaison de faible enneigement hivernal, de l'arrivée de poussière saharienne en mars 2022 et de vagues de chaleur entre mai et début septembre.

En Suisse, la situation était particulièrement dramatique, les glaciers ayant perdu 6% de leur volume de glace entre 2021 et 2022, contre un tiers entre 2001 et 2022.

Huss est frappé par la rapidité avec laquelle le volume des glaciers diminue d'année en année.

«2022 était un record absolu. Et ce qui me frappe c'est que maintenant, à la fin de l'hiver, on a encore une fois une situation qui est très spéciale.»
Matthias Huss

«Limiter le réchauffement climatique»

Selon l'OMM, la fonte des glaciers ne peut être stoppée à moins de créer un moyen d'éliminer le CO2 de l'atmosphère.

La disparition des glaciers est un «symbole du changement climatique», a fait valoir Huss, mais leur disparition aura également de multiples effets sur les populations à court terme, en termes notamment de tourisme et de dangers naturels, mais également à plus long terme, car ils alimentent les fleuves et les barrages hydroélectriques.

Une partie importante de l'eau qui alimente le Rhône et le Rhin dans un été chaud et sec provient ainsi des glaciers alpins, permettant à la population de mieux affronter les sécheresses estivales.

Mais Huss veut garder espoir:

«Si on arrive à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C ou 2°C, on peut encore sauver environ un tiers du volume des glaciers Alpins»

«Par contre si le changement climatique dépasse les quatre degrés, il y aura une perte presque totale des glaciers vers 2100», a-t-il conclu. (chl/ats)

L'évolution du logo de la Poste
1 / 10
L'évolution du logo de la Poste
partager sur Facebookpartager sur X
Les Biennois ont gagné l'amour de leurs supporters
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les braquages de bancomats ont diminué de moitié
Les autorités attribuent le fort recul des attaques de distributeurs aux mesures de sécurité comme les grilles, les caméras de surveillance, l'utilisation de colorants ou le changement d'emplacement des automates exposés.

Le nombre d'attaques contre les distributeurs de billets en Suisse a presque diminué de moitié en un an. La police fédérale a enregistré 32 braquages en 2023, contre 56 l'année précédente, a-t-elle annoncé vendredi sur la messagerie X.

L’article