DE | FR
Image: Montage watson
Reportage

Je vous ai observés vous désinfecter les mains et ce n'est pas glorieux

Les Suisses se désinfectent-ils encore correctement les mains? Pour le savoir, je me suis installé à l'entrée d'un supermarché lausannois et j'ai tenu les comptes. Autant être clair: plus de la moitié des clients sont passés tout droit.
04.11.2021, 05:4704.11.2021, 12:14
Suivez-moi

Il est là, trônant à l'entrée du magasin, ultime rempart face au virus. Je le regarde et je m'interroge. Que dirait ce distributeur de désinfectant s'il pouvait parler? Qu'il se sent de plus en plus délaissé? Qu'il regrette que nous ne le caressions plus que d'une main distraite? Pour en avoir le cœur net, j'ai décidé de lui accorder un tête-à-tête, entre les caddies et les paniers à commission.

Qui se désinfecte encore les mains?

Posté à l'entrée d'un supermarché lausannois, je l'ai observé, je vous ai observé. Le constat n'a rien de scientifique, mais les chiffres sont instructifs. En trente minutes, 231 personnes ont franchi les portes du commerce. Seules 98 d'entre elles ont eu recours au désinfectant. Soit à peine plus de 40%. Les 133 autres sont passées tout droit avant d'aller fouiner dans les rayons avec leurs mains pleines de doigts.

«Ça fait longtemps que je ne le fais plus. En toute honnêteté, ça m'embête. Je le fais déjà le matin au boulot»
Un client gêné mais franc

Pourtant, à son arrivée dans nos vies au printemps 2020, juste après le Covid, le désinfectant avait tout de la potion magique. On s'en enduisait les mimines avec délectation. Avant le vaccin, avant le masque, c'était notre première arme face au virus. Au point que certains ont même tenté d'en boire.

On est bien loin de cette soif aujourd'hui. Pour tout vous dire, sur les 231 clients croisés mercredi midi, seuls deux ont réellement pris le temps de se désinfecter les mains correctement, d'une manière qui ressemble à ce qu'on nous a recommandé au printemps 2019.

Les autres, comment dire... On ne juge pas, on constate. Soyons francs, on a sans doute déjà tous fait pareil. Il y a ceux qui se frottent les mains pendant moins de trois secondes, ceux qui ne mettent du produit que sur le bout des doigts avant de se dépêcher de les secouer pour l'éliminer au plus vite. Il y a aussi ceux qui, occupés à téléphoner, à tenir leur sac de course ou à lire un livre, actionnent le distributeur d'une seule mimine (bravo pour la souplesse du poignet).

«Les gens, ils font à peine papapa. C'est de l'inconscience. Il n'y a pas que le Covid, il y a aussi la grippe, la gastro...»
Une cliente consciencieuse

Spéciale dédicace également à ceux qui, constatant que le flacon est archi-vide, ne se jettent pas sur celui d'à côté, mais font tout de même mine de se frotter les mains.

Face au distributeur, on imite les autres

Mais là où ce reportage devient encore plus intéressant, c'est pour son petit aspect sociologique. Très clairement, notre comportement face au distributeur est teinté d'un fort instinct grégaire. Pour le dire plus simplement: nous sommes des moutons.

Je vous l'annonce, après l'avoir observé à plusieurs reprises: si les deux clients devant vous ne se désinfectent pas les mains, il y a de grandes chances pour que vous vous sentiez autorisé à faire de même et à passer tout droit. De la même manière, dans les groupes, même si un individu fixe le produit plusieurs mètres avant l'entrée, il risque fort de sauter la case désinfection si ses camarades n'y prêtent pas attention.

A l'inverse, il est amusant de constater que, dès que deux ou trois personnes s'agglutinent près du distributeur, un embouteillage se crée et chacun tient à avoir sa dose. Même cette jeune femme qui est entrée dans le supermarché avec son masque sous le menton et qui ne l'a jamais réajusté.

En trente minutes, mercredi midi, 133 personnes sur 231 ont donc snobé le distributeur du magasin. Soit plus d'une sur deux. Mais tout n'est peut-être pas perdu. Une dame m'a fourni une explication aussi valable qu'inattendue:

«J'ai mon propre désinfectant dans le sac. Je n'aime pas l'odeur de ceux des supermarchés et, en plus, ils m'abîment les mains»

Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne

1 / 13
Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

C'est quoi la COP26?

D'autres analyses Covid...

Va-t-on en finir avec le Covid? Pas vraiment, si l'on en croit ces deux pays

Link zum Artikel

Une nouvelle vague Covid arrive: et si on s'en fichait?

Link zum Artikel

Je vous ai observés vous désinfecter les mains et ce n'est pas glorieux

Link zum Artikel

Le vaccin peut-il avoir des effets secondaires à long terme? Réponse en 4 points

Link zum Artikel
Voici les six dernières (bonnes) nouvelles sur le front du Covid en Suisse
Le Covid-19 nous tourmente depuis voilà 24 mois. Les signes indiquant enfin une baisse des cas se multiplient. Voici les six bonnes nouvelles côté Covid du week-end.

Après s'être prélassés sur la plage, les voyageurs étaient forcés de se faire tester en rentrant sur le territoire suisse. C'est désormais terminé: à partir de samedi 22 janvier, les personnes vaccinées et guéries ne doivent plus présenter de test rapide PCR ou antigénique à l'entrée en Suisse.

L’article