DE | FR

Les Suisses ont confiance en l'économie, mais ont peu envie de consommer

Image: Keystone
Si la population est optimiste quant à l'évolution de l'économie, elle s'inquiète de la situation actuelle, ce qui a des conséquences sur la propension à consommer.
03.08.2021, 13:2103.08.2021, 18:00

Le moral des ménages en Suisse n'a jamais été aussi bon depuis les onze dernières années, annonce mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Qu'est-ce que ça veut dire? Et, tout d'abord, c'est quoi un ménage?

En Suisse, le mot «ménage» désigne soit un ensemble de personnes, apparentées ou non, soit une seule personne. Les statisticiens distinguent ce ménage privé des ménages collectifs (hôpitaux, prisons, asiles,...).

Quatre fois par année, le Seco mène une enquête auprès des ménages concernant leurs appréciations et attentes quant à la situation économique, budgétaire et professionnelle. Ces indications subjectives permettent d'observer l'évolution de la consommation privée, qui est l'une des composantes les plus importantes du produit intérieur brut.

Propension à consommer modérée

Revenons à l'enquête réalisée en juillet. Bien qu'elle montre que «le moral des ménages s’est encore amélioré», ses résultats sont plutôt négatifs.

Si les Suisses se montrent confiants quant à l'évolution de l'économie, la situation actuelle continue d'être source d'inquiétude pour la population. Malgré une embellie notable, l’indice portant sur la sécurité de l’emploi reste nettement inférieur à sa moyenne pluriannuelle, de même que l’évaluation de la situation financière au cours des derniers mois.

Dans le même temps, l’évolution des prix pèse sur le budget des ménages. Par conséquent, la propension à consommer reste modérée. (asi/ats)

Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍

1 / 9
Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Suisse tape-t-elle sur la Russie, mais pas sur la Chine?
Depuis plus d'un an, Berne se demande si la Suisse doit, à l'avenir, reprendre les sanctions dites thématiques de l'Union européenne. Et celles-ci visent notamment l'attitude de la Chine envers les Ouïghours. Le Conseil fédéral est sceptique, tente de gagner du temps et espère que le Parlement lui apportera son soutien.

Le Conseil fédéral et les sanctions, c'est une histoire compliquée. Son point culminant a été la conférence de presse tenue le jour de l'attaque russe sur l'Ukraine. Après une brève déclaration, le président de la Confédération Ignazio Cassis a quitté la salle sans répondre aux questions. Il a laissé derrière lui des experts de l'administration complètement dépassés. Ce que le Conseil fédéral a décidé exactement en matière de sanctions n'a pas été précisé.

L’article