DE | FR
Image: Shutterstock

Le certificat Covid redonne espoir aux clubs, mais à quand la fête?

Si le certificat Covid est un signal positif aux yeux des boîtes de nuit, après un an de fermeture, de nombreuses zones de flou subsistent, à commencer par la date d'une éventuelle réouverture.
20.05.2021, 18:4421.05.2021, 16:54
Suivez-moi

Pour les clubs et les boîtes de nuit helvétiques, la pandémie ressemble à un jour sans fin. Un jour où ne viendrait jamais l'heure de faire la fête. Les établissements de nuit sont désormais fermés depuis plus d'une année au total. (Ils ont eu droit à une ouverture fugace pendant l'été 2020.) L'arrivée du certificat Covid - qui sera obligatoire pour accéder aux boîtes de nuit - est donc vue comme une lueur d'espoir par les professionnels du secteur.

«C'est la première fois que l'on parle de rouvrir les clubs donc c'est forcément positif, mais cela reste encore flou», souligne Thierry Wegmüller, propriétaire du D! Club à Lausanne et président de l'association La Belle Nuit, qui représente les acteurs vaudois. Il regrette notamment le manque d'informations concrètes sur le calendrier de réouverture et ses conditions. Le certificat Covid devrait entrer en vigueur début juillet, mais est-ce que cela signifie que les clubs pourront ouvrir à ce moment-là? Thierry Wegmüller l'espère, mais ne peut l'affirmer.

«Au vu des chiffres et en lisant entre les lignes, on peut envisager une ouverture début juillet», pronostique de son côté Alexandre Bucheli, porte-parole de la commission suisse des bars et des clubs, tout en reconnaissant que de nombreuses autres questions restent en suspens. A quoi va ressembler exactement le certificat Covid? Comment le contrôler à l'entrée? Les Suisses seront-ils prêts à l'utiliser?

«Le certificat pose aussi la question éthique et morale de la discrimination vaccinale. Il faut offrir des alternatives au vaccin»
Thierry Wegmüller

«On estime que 20 à 30% de la population pourrait se montrer réfractaire donc il faut vraiment que le certificat soit une solution temporaire. Ce ne sera pas un retour à la normalité pour nous. Nous aurons moins de clients et plus de frais à cause des contrôles», détaille Alexandre Bucheli. Autre enjeu à ses yeux, les tests: «Notre public, ce sont les jeunes qui n'ont pas encore accès à la vaccination dans tous les cantons, donc les tests doivent être accessibles facilement et surtout gratuits.»

Thierry Wegmüller va dans le même sens. Il souligne également la nécessité pour les boîtes de nuit de rouvrir dans des conditions normales, sans aucune contrainte sanitaire. «Un club ou une discothèque ne peut pas fonctionner avec des masques et des distanciations sociales», affirme-t-il. Afin de répondre aux différentes interrogations, le président de La Belle Nuit prône la mise en place d'un club test pilote, avant la fin du mois de juin.

«Si nous demandons le certificat à l'entrée, il n'y a aucune raison d'avoir d'autres mesures à l'intérieur»
Alexandre Bucheli

Alexandre Bucheli rappelle aussi la situation financière compliquée des clubs helvétiques. «Malgré le soutien des autorités, il y a toujours des dommages à cause de la pandémie», pointe-t-il, tout en déplorant que le plafond pour l'aide financière des cas de rigueur (20% du chiffre d'affaires et maximum un million de francs) soit le même pour les boîtes de nuit que pour les restaurants ou les autres commerces ayant été fermés moins longtemps.

Samedi, faites danser votre avatar

Ce samedi, vingt clubs suisses, dont le D! Club à Lausanne, organisent une boîte de nuit virtuelle dès 22h. Grâce à un avatar, vous pourrez danser, visiter les différentes clubs et même faire des rencontres, en vidéo, avec d'autres avatars. L'événement est gratuit.

Le 65ème Concours de l'Eurovision a lieu en ce moment.

1 / 13
Le 65ème Concours de l'Eurovision a lieu en ce moment
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le coup de gueule de l'agriculteur vaudois Eddy Gaspoz

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variole du singe: le virus qui a tout pour faire peur
La guerre en Ukraine s'enlise, le Covid joue les petits bras et les vacances d'été tardent à pointer leurs coups de soleil. Le terreau est donc fertile pour s'enflammer autour d'un virus qui, pour l'heure, ne fait pas vraiment paniquer le monde scientifique. Sexe, horreur, paranoïa, voici les trois ingrédients qui font monter l'angoisse aussi vite qu'une mayonnaise.

Le 7 mai 2022, le monde (re)découvre la variole du singe par l'intermédiaire d'un anglicisme moins effrayant que la version française: monkeypox. Et pour cause, c'est en Angleterre qu'un homme, de retour d'un voyage au Nigeria, est parachuté au cœur d'une nouvelle inquiétude planétaire. Depuis, une centaine de cas ont été détectés en Occident. Confirmés ou suspectés. La Suisse n'échappe d'ailleurs pas aux annonces solennelles des autorités sanitaires, qui se succèdent.

L’article