DE | FR
Bild

Jean-Michel Dorsaz dans ses vignes à Fully en Valais. image: David morard

Désastre dans le vignoble romand: «On n'avait pas vu ça depuis 1945»

Le mildiou, ce champignon parasite qui prolifère avec l'humidité, aura fait un mal fou aux vignes en cette année exceptionnellement pluvieuse. Les rendements devraient diminuer de moitié par endroits. Trois viticulteurs se sont confiés à watson.



«C’est très triste.» Jean-Michel Dorsaz, vigneron-encaveur à Fully, dans le Bas-Valais, a déjà fait une croix sur la moitié de sa récolte. «En année normale, ma production s’élève à 20 000 bouteilles. Là, si j’arrive à 10 000, ce sera déjà bien», prévoit l’homme de 55 ans, propriétaire de la Cave le Grillon, 2,5 hectares de vignes. «Mon père, âgé de 89 ans, n’a jamais vu ça depuis 1945, l’année de naissance de notre domaine.» «Ça», c’est le travail de sape du mildiou, le champignon tueur de raisin, prolifique sur les surfaces humides. Les pluies exceptionnelles de juin et juillet l’ont rendu précoce et dévastateur.

Bild

Le chasselas attaqué par le mildiou. image: watson

Attendons-nous à beaucoup entendre «50%». Cette part qui manquera à la viticulture suisse lors des prochaines vendanges. Une moyenne, car les pertes seront supérieures dans les régions frappées au printemps par la grêle, cet autre fléau.

Faute de quantité, on espère la qualité. Comme l’explique Hubert Louis, responsable de la production des Caves de la Ville de Berne, à La Neuveville, dans le Jura bernois: «Le mildiou provoque le pourrissement de tout ou une partie de la grappe, mais il n’altère pas le goût des grains qui ont résisté au champignon. Contrairement à l’oïdium, un autre parasite auquel nous avons eu droit aussi, et qui modifie le vin sur un plan gustatif.»

Bild

Huber Louis, directeur des Caves de la Ville de Berne. La Neuveville, 25 août 2021. image: dr

Avec vingt-quatre hectares, les Caves de la Ville de Berne sont le plus grand producteur des coteaux du lac de Bienne.

«Il y a deux ou trois semaines, on n’avait plus envie d’aller dans les vignes, on était désespéré»

Hubert Louis, responsable des Caves de la Ville de Berne

Mais le beau temps est revenu et avec lui une petite lueur, même si la grêle a salement amoché les cinq hectares de vignes que possèdent les Caves sur l’Île Saint-Pierre, flottant tel un nénuphar sur le lac de Bienne. «Le soleil et la bise, ces jours-ci, font du bon travail. Pourvu que ça dure jusqu’aux vendanges», prie Hubert Louis.

Maudit bio!

Le domaine qu’il supervise est tout entier passé au bio. Génial! En fait, pas tant que ça. Le bio aura sans doute bien plus pâti du temps exécrable des mois de juin et juillet que la viticulture dite intégrée. Laquelle autorise une pulvérisation pénétrante des antimycosiques, alors qu’elle ne peut être qu’en surface des grains en régime bio.

«Comme il pleuvait sans arrêt, nous devions passer parfois tous les deux jours dans les vignes pour les sulfater avec de la bouillie bordelaise, un mélange de souffre et de cuivre destiné à combattre le mildiou», explique Hubert Louis. Problème: la terre étant détrempée, le tracteur tassait le sol, s’y enfonçait. Si bien qu’il a fallu de temps en temps renoncer au sulfatage. Les pertes en chasselas s’annoncent particulièrement sévères. Le pinot noir devrait mieux s’en sortir.

Au Landeron, commune neuchâteloise voisine, Jean-Claude Angelrath, vigneron-encaveur veillant sur six hectares (du chasselas au pinot noir en passant par le pinot gris et le riesling-sylvaner, entre autres cépages), devrait limiter les dégâts dus au mildiou. En effet, le domaine du Neuchâtelois est en production intégrée et non pas en bio. «Parmi les avantages, cela nous permet de réduire le nombre d’allées et venues dans les vignes», explique-t-il. Sa production devrait chuter d’un tiers: 20 000 litres au lieu des 30 000 obtenus ordinairement.

Bild

Jean-Claude Angelrath dans sa cave au Landeron. image: dr

Les vendanges, oui mais quand?

Nos vignerons sont pudiques. Lorsqu’ils évoquent des drames, ils regardent en France voisine. Hubert Louis cite le cas d’un viticulteur du Jura français qui s’est suicidé. Du côté d’Arbois, ou tout au nord de la Bourgogne, les vignes ont pris un terrible coup de gel au printemps. Un phénomène qui a relativement épargné la Suisse romande.

Il reste maintenant à écouler la future production. Qui probablement sera vendangée en octobre avec quinze jours de retard. Alors que la fin 2020 et le début 2021 avaient été bien sombres pour le commerce viticole – les grossistes étaient moyennement preneurs d’un vin difficile à écouler en raison du Covid –, le maigre rendement de cette année ne devrait pas engorger les stocks.

A Fully, où le vignoble est si beau, Jean-Michel Dorsaz hésite pour son muscat: sec ou vendange tardive? Un sacré pari.

Et en parlant de vin...

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le loup devrait être tué plus facilement, exigent les paysans suisses

Les mesures de protection actuellement en vigueur ne suffisent pas à protéger les bêtes contre la «menace» du loup. L'Union suisse des paysans exige des changements.

Pour l'Union suisse des paysans (USP), cela ne fait aucun doute: La croissance du nombre de loups et de meutes est une «menace» pour l’économie alpestre. Les dernières attaques dans le Jura et les Grisons le démontrent.

Les mesures de protection sont coûteuses et parfois inefficaces, estime l'organisation. Pour cette raison, elle exige que des mesures soient prises. Concrètement, l'USP réclame que:

De plus, l'organisation estime que le recours aux chiens de protection et le comportement plus …

Lire l’article
Link zum Artikel