DE | FR

Non, le Conseil fédéral ne pourra pas vendre des armes comme il veut

Les conditions pour exporter des armes seront durcies. Le Parlement refuse d'accorder des exceptions au Conseil fédéral.



Le Parlement suisse refuse d'accorder des exceptions au Conseil fédéral en matière d'exportation d'armes. Les conditions pour exporter des armes seront radicalement durcies.

Ce que voulait faire le Conseil fédéral

Une dérogation devait permettre au gouvernement suisse d'autoriser une exportation d'armes en cas de circonstances exceptionnelles et si la sauvegarde des intérêts du pays en matière de politique extérieure ou de sécurité l'exige. C'est ce qui s'appelle une clause dérogatoire.

La réaction que cela a suscité

Le fait que le Conseil fédéral décide d'exporter des armes a suscité une forte réaction. Une initiative populaire «contre les exportations d’armes dans des pays en proie à la guerre civile» a été déposée en 2019 par une coalition réunissant des politiciens de la gauche, du Centre et des Vert'libéraux. Elle voulait mettre fin à la clause dérogatoire et voulait interdire les exportations de matériel de guerre vers:

Les critères d'autorisation des exportations auraient été inscrits dans la Constitution. Le peuple aurait eu voix au chapitre.

Ce qui a été décidé ce mercredi

Ce mercredi, les initiants ont annoncé qu'ils retiraient leur texte, car le Parlement s'est montré très restrictif envers les velléités du Conseil fédéral. Le contre-projet stipule que l'autorisation d'exportation ne sera pas accordée 👇

Le contre-projet permet de définir dans la loi (et non plus dans la Constitution) les critères d'autorisation pour l'exportation de matériel de guerre, et non plus dans une ordonnance. (jah/ats)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel