DE | FR
People queue to receive bags with free food and essential products received from donations at the ice stadium Les Vernets, in Geneva, Switzerland, Saturday, May 23, 2020. Following the pandemic coronavirus COVID-19 casts a spotlight on the usually invisible poor people of Geneva. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

À l'image de cette distribution de nourriture organisée à Genève en mai 2020, la pandémie a mis en lumière la pauvreté habituellement invisible. Image: KEYSTONE

Comme le Tessin, les Romands doivent-ils aider leurs oubliés du Covid?

Ce lundi, le canton italophone a décidé de soutenir financièrement ses concitoyens qui n'ont droit à aucune aide. Un ultime filet de sécurité qui serait applicable dans le reste du pays mais la question des montants et du financement fait débat.



2000 francs maximum par ménage en mal de revenus. Voilà la prestation de la dernière chance que le Tessin introduira dès le 1er mars prochain. Ce soutien temporaire - en vigueur jusqu'au 30 juin 2021 pour le moment - a pour objectif de voler au secours de tous ceux qui sont impactés économiquement par la pandémie de Covid-19 et qui ne bénéficient ni du chômage, ni d'aucune autre aide financière.

Une mesure saluée par le conseiller national (PS/VD) Samuel Bendahan. «La réflexion n'est pas nouvelle, c'est une revendication du parti socialiste depuis le début de la crise, mais c'est courageux de la part du Tessin de la mettre en place. Cela coûte cher et ils sont seuls pour y faire face», analyse l'économiste tout en invitant les autres cantons à s'inspirer du procédé.

L'élu déplore la situation actuelle où certaines personnes se retrouvent dénuées de revenu à cause de la pandémie. «Ils passent entre les mailles du filet social car ils ne correspondent pas aux critères et c'est scandaleux qu'ils n'aient droit à rien», regrette-t-il.

«Certains passent entre les mailles du filet social car ils ne correspondent pas aux critères et c'est scandaleux qu'ils n'aient droit à rien.»

Samuel Bendahan, conseiller national (PS/VD)

Samuel Bendahan, SP-VD, spricht waehrend der Wintersession der Eidgenoessischen Raete, am Dienstag, 15. Dezember 2020 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Image: KEYSTONE

Une aide inférieure au seuil de pauvreté

Politologue à l'Université de Lausanne, Oscar Mazzoleni abonde: «Les soutiens traditionnels de l'Etat ne sont pas nécessairement adaptés face à des situations exceptionnelles comme celle-ci.» D'après lui, l'initiative tessinoise est une tentative de limiter les dégâts dans l'un des cantons les plus touchés par la pauvreté. «Ceux que l'Etat ne va pas protéger en ce moment seront de toute façon dans une situation difficile par la suite ce qui risque de se répercuter sur l'aide sociale.»

Même s'il approuve le soutien tessinois, le politologue rappelle que les sommes évoquées ne sont pas suffisantes pour résoudre tous les problèmes. «Le montant attribué est inférieur au seuil de pauvreté», pointe-t-il. À ses yeux, la situation exceptionnelle que nous traversons mérite des mesures exceptionnelles: «Autant la réaction des autorités a été assez rapide au début, autant, depuis quelques mois, je ne suis pas convaincu que la réponse soit à la hauteur des enjeux.»

Qui pourra en bénéficier?

L'aide tessinoise vise notamment à soutenir les individus qui ont perdu tout ou partie de leur emploi durant la pandémie et qui n'avaient pas suffisamment cotisé pour avoir droit au chômage. Les indépendants ayant créé leur entreprise durant la crise pourront également en bénéficier ainsi que les personnes au statut hybride qui sont dans des situations très spécifiques, presque individuelles.

Un moyen de calmer la grogne

Des propos qui trouvent écho auprès de Samuel Bendahan. Le vice-président du Parti socialiste prône une solution fédérale mais a bien conscience de la difficulté de la mettre en place. «Il est très difficile d'obtenir des accords sur ces enjeux-là car il y a de gros débats gauche-droite», confie-t-il. L'élu espère donc que la pression populaire s'accentue sur ces questions-là: «Quand les gens n'ont pas de quoi vivre, il faut sonner les cloches de ceux qui décident.»

D'autant qu'il est persuadé qu'un soutien financier étendu au plus grand nombre permettrait de calmer une partie de la grogne populaire concernant la réouverture des commerces. «Si vous savez que vous avez de quoi manger, vous pouvez réfléchir de manière plus scientifique à la pandémie.»

Mais la Suisse a-t-elle les moyens de mettre en place un tel système? «S'il y a bien un pays qui a l'argent pour le faire, c'est le nôtre. D'autres font beaucoup plus alors qu'ils ont beaucoup moins», assure le conseiller national socialiste en pointant les 100 milliards de réserves de la Banque nationale suisse ainsi que la possibilité pour la Confédération, sous endettée, d'emprunter à des taux négatifs et donc d'être payée pour ça.

«Je trouve profondément injuste que quelqu'un gagne mieux sa vie sans travailler et sans avoir cotisé»

Philippe Nantermod, Conseiller national (PLR/VS)

Philippe Nantermod, FDP-VS, spricht waehrend der Wintersession der Eidgenoessischen Raete, am Dienstag, 17. Dezember 2019 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Image: KEYSTONE

Une formule adéquate mais...

Du côté du PLR, Philippe Nantermod comprend la volonté tessinoise de venir en aide à tous. «Dans la mesure où elle reste limitée dans le temps, je trouve que cette formule est assez adéquate. Malgré les différentes mesures prises par les autorités, certaines personnes passent malheureusement encore entre les mailles du filet», détaille le conseiller national (PLR/VS).

Il souligne toutefois que l'aide sociale traditionnelle est mieux conçue car elle tient compte de la situation concrète de chacun. D'ailleurs, aux yeux du vice-président du PLR, les initiatives de ce type doivent pourtant rester de la compétence des cantons et limitées financièrement. «Ce n'est pas une question de moyens, c'est une question de justice. Je trouve profondément injuste que quelqu'un gagne mieux sa vie sans travailler et sans avoir cotisé que ceux qui travaillent durant la pandémie.»

Que pensez-vous de la mesure tessinoise?

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le gouvernement n'interdira pas les pubs incitant les jeunes à fumer

Mercredi, le Conseil national a rejeté l'initiative qui s'oppose à la propagande en faveur du tabac auprès de la jeunesse. La majorité la juge «trop extrême» et préfère une autre loi actuellement en discussion au Parlement.

Déposée en 2019 et soutenue par une quarantaine d'organisations pour la santé, l'initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» veut interdire toute publicité promouvant le tabagisme qui atteint les enfants et les jeunes.

L'interdiction vise les publicités présentes dans la presse écrite, sur Internet et les réseaux sociaux, sur les affiches, dans les cinémas, dans les points de vente et lors de manifestations mais pas que. Elle …

Lire l’article
Link zum Artikel