Suisse
Economie

Le prix paquet de cigarettes plus cher? Le lobby antitabac y pense

Employe explicant le procede de fabrication pendant la conference de presse de presentation du jubile des 200ans de l'entreprise de tabac, fabriquant les cigarettes Parisienne, Burrus British Ame ...
En mars dernier, le Parlement suisse a décidé de taxer la cigarette électronique comme la traditionnelle.

Doubler le prix des cigarettes en Suisse? Le lobby antitabac à l'offensive

Aujourd'hui, le prix moyen d'un paquet de clopes est de huit francs. Il devrait passer à quatorze, selon les acteurs antitabac. Leur but? Lutter plus efficacement contre la cigarette.
05.12.2021, 15:4105.12.2021, 18:37
Plus de «Suisse»

Le paquet de cigarettes est trop bon marché en Suisse. C'est là, le constat que fait le milieu antitabac dans la NZZ am Sonntag. Surfant sur la décision de mars dernier du Parlement fédéral de considérer les cigarettes électroniques comme des clopes classiques, il demande un quasi-doublement du prix du paquet. Ainsi, au lieu de 5,50 francs, le paquet le moins cher disponible dans le commerce devrait coûter 10,20 francs. Suivant cette logique, le prix moyen, situé aux alentours de 8 francs, devrait passer à quatorze francs.

Pourquoi augmenter le prix du paquet de cigarettes?

Les organisations de santé rappellent, dans le journal alémanique, l'importance des dégâts causés par le tabac: chaque année, 9500 personnes meurent en Suisse des conséquences du tabagisme. Cela représente 26 fumeurs par jour. Par conséquent, les cigarettes entraînent des coûts de santé de plusieurs milliards de francs par an. Deux aspects motivent le camp des antitabac:

  • Des études montrent que l'augmentation de prix de 10% du paquet entraîne une baisse de la consommation de 4%, selon la NZZ am Sonntag. Chez les jeunes, on peut même s'attendre à une réduction de 8%, écrit l'Office fédéral de la santé publique.
  • L'autre argument est celui de la taxation. La logique est la suivante: si les e-cigarettes deviennent plus chères en raison de la nouvelle taxe, alors la taxation des cigarettes traditionnelles doit également être renchérie. Le but? Qu'il existe toujours une incitation financière à passer aux e-cigarettes, moins nocives.

Pourquoi affirmer que les cigarettes sont trop peu chères en Suisse?

A ce propos, l'un des arguments majeurs du lobby antitabac est lié au pouvoir d'achat. Wolfgang Kweitel, de l'Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT), justifie cette volonté d'enchérir le prix de la cigarette ainsi:

«Par rapport au niveau des salaires et des coûts en Suisse, 5,50 francs pour un paquet de cigarettes sont très bon marché.»

Pourtant, dans de nombreux pays d'Europe, la cigarette est moins chère qu'en Suisse. Toutefois, ces calculs ne tiennent pas compte du pouvoir d'achat, qui est plus élevé en Suisse. A ce compte-là, les cigarettes sont vraiment peu chères.

A cela s'ajoute un autre élément: la part des taxes dans le prix total est de 60% en Suisse, alors que la moyenne européenne se situe entre 75 et 90%.

Qui soutient la hausse du prix de la cigarette?

La proposition de l'AT bénéficie du soutien de plusieurs acteurs de la société civile:

  • La Ligue pulmonaire.
  • La Ligue contre le cancer.
  • Addiction Suisse.
  • La FMH, l'organisation faîtière des médecins.
Pour ou contre la hausse du prix du paquet de cigarettes?

Y a-t-il des soutiens dans le Parlement suisse?

La NZZ am Sonntag a sondé quelques élus impliqués dans les problématiques de Santé sous la Coupole fédérale. La socialiste bernoise Flavia Wasserfallen est plutôt pour une hausse du prix du paquet (sans, toutefois, indiquer de combien) et elle n'est pas la seule. A l'opposé du champ politique, la conseillère nationale thurgovienne UDC, Verena Herzog, est également favorable à un renchérissement. «Du point de vue de la protection de la jeunesse, je suis d'avis que les cigarettes doivent être aussi chères que possible, afin que les jeunes ne commencent même pas à fumer», assure-t-elle dans les colonnes du journal alémanique.

Son collègue de parti, l'Argovien Andreas Glarner, s'y oppose: «Avant de taxer davantage le tabac, on pourrait aussi arrêter de subventionner le sucre. En effet, les deux sont nocifs pour la santé en cas de consommation élevée.» Un autre argument, levé par la conseillère nationale argovienne du Centre, Ruth Humbel, est qu'un prix prohibitif favoriserait le tourisme d'achat. Elle assène:

«Il serait plus honnête d'interdire carrément la consommation de cigarettes»

(jah)

On a frôlé la catastrophe au marché de Noël de Genève
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Comment la loi sur l'électricité boosterait la géothermie profonde
A peine le forage démarré en Haute-Sorne, les opposants à la géothermie s'attaquent au chantier. La Confédération, cependant, mise sur cette technologie controversée. Les nouveaux projets devraient bénéficier d'un financement anticipé.

L'unique projet de géothermie profonde en Suisse rencontre une opposition virulente. Après des manifestations et des actions l'été dernier dans le Jura, une nouvelle escalade s'est produite vendredi. Des opposants au projet de Haute-Sorne ont aspergé le site de lisier et déployé une banderole sur la tour de forage. Leur objectif: empêcher la production d'électricité grâce à la chaleur souterraine.

L’article