DE | FR
Swiss Flugzeuge gesehen aus dem Cockpit eines Flugzeugs der Helvetic Airways des Typs Embraer E190-E2 auf dem Rollfeld am Flughafen Zuerich, fotografiert nach einem Flug von Wien nach Zuerich am 13. Maerz 2021. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Image: KEYSTONE

Juste après avoir licencié 500 personnes, Swiss recrute «low-cost»

Un mois après le licenciement de 550 employés de Swiss, une offre d’emploi pour la toute nouvelle compagnie low-cost de l'entreprise provoque la colère des collaborateurs. Le syndicat du personnel de cabine émet de vives critiques et caractérise cet acte de «plaisanterie» envers les employés.

benjamin weinmann / ch média



La mauvaise nouvelle ne s’est pas fait attendre. Le mois dernier, 550 employés de Swiss ont reçu des lettres de licenciement. Le personnel navigant commercial est le plus touché. Le nombre de collaborateurs est réduit de 15%.

Le personnel de Swiss avait compris depuis longtemps que des licenciements auraient lieu tôt ou tard. Mais ce qui déplaît à nombre d’entre eux, c'est que Swiss continue de sous-traiter ses vols à Helvetic Airways, qui opère à bas coût. Parallèlement, Lufthansa a créé une nouvelle compagnie aérienne de vacances à bas prix en Allemagne, appelée «Eurowings Discover». A cette fin, elle a également fait appel à deux avions long-courriers de la société sœur de Swiss, Edelweiss.

Swiss licencie, la compagnie low-cost recrute

Les associations du personnel de pilotage et du personnel navigant ont vivement critiqué cette démarche et ont même demandé l’aide de la Fondation suisse des transports aériens. En effet, le Conseil fédéral a confié à la fondation la responsabilité de veiller à ce que Swiss et Edelweiss ne soient pas désavantagées par rapport à la société mère allemande lors de la reprise des opérations aériennes.

A présent, «Eurowings Discover» provoque de la colère des employés. La cause? Swiss a publié sur son intranet une offre d’emploi pour la nouvelle compagnie aérienne allemande. «Eurowings Discover» a besoin de nouveaux collaborateurs et recherche des agents de bord expérimentés.

«Tout sauf délicat»

«C'est une gifle pour les employés», regrette Sandrine Nikolic-Fuss, présidente du syndicat du personnel de cabine Kapers. Il est irrespectueux que des emplois soient supprimés dans ce pays alors que, parallèlement, la nouvelle compagnie «low cost» allemande annonce des emplois nettement moins bien rémunérés.

«C'est une plaisanterie et ce n’est pas correct par rapport aux récents licenciements»

Sandrine Nikolic-Fuss, présidente du syndicat Kapers

Lufthansa est accusé de vouloir utiliser la crise pour réduire ses coûts à long terme aux dépens des employés. En effet, les salaires proposés sont susceptibles d'être inférieurs d'environ un tiers à ceux de Swiss.

Cette semaine, Lufthansa a présenté pour la première fois sa filiale touristique. «Eurowings Discover» décollera initialement de Francfort avec trois avions long-courriers. Le premier vol a lieu ce samedi à destination de Mombasa, au Kenya, puis de Zanzibar. D'ici une année, la flotte devrait déjà compter 21 appareils.

Ensuite, il est prévu que la compagnie aérienne «low cost» vole également depuis Munich. Le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr, souhaite réduire la dépendance de son entreprise à l'égard des vols d'affaires, qui seront probablement moins réservés à l'avenir en raison de la nouvelle habitude du travail à distance.

«Les conditions sont médiocres»

Parmi les employés allemands, le plan suscite également des critiques. Au printemps, «merkur.de» a rapporté que même les pilotes expérimentés employés chez «Eurowings Discover» gagnent environ 20 000 euros de moins que chez Germanwings, la filiale de Lufthansa, qui a depuis été supprimée. «Les conditions sont médiocres», a déclaré un pilote sous couvert d'anonymat. Un partenariat social n'est pas prévu.

En outre, Lufthansa avait déjà immobilisé «SunExpress» l'été dernier et ce faisant, avait encouragé les employés à postuler pour «Eurowings Discover» à des conditions nettement moins avantageuses.

Pénurie de personnel
chez Swiss

L’augmentation du trafic aérien provoque actuellement de fortes turbulences dans la gestion des équipages. Comme le rapporte le Tages-Anzeiger, et comme l'ont également révélé les recherches de CH-Media, Swiss est confrontée à une pénurie de personnel de cabine – précisément le groupe d'employés le plus touché par les licenciements.

Cela signifie que lors des jours particulièrement chargés, la planification du personnel est sur le fil du rasoir. «En principe, l'interaction entre la planification et les opérations fonctionne très bien», déclare Karin Müller, porte-parole de Swiss. «Cependant, la planification des équipages nous pose des défis en raison de la situation encore extrêmement volatile et des incertitudes qui y sont associées.» Lors de journées très chargées, il y a un manque de personnel.

Pas de travail en cas de toux

Des suppressions d'emplois dues à une surcapacité du personnel de cabine – et en même temps trop peu d'agents de bord? La porte-parole de Swiss parle de différents facteurs qui conduisent à cette situation paradoxale, mais qui n’ont rien à voir avec les licenciements. L'une des raisons est l'accumulation d'absences à court terme.

«Il est trop tôt pour procéder à une analyse complète», a déclaré la porte-parole de Swiss. «Mais la pandémie du Covid et la sensibilité associée aux symptômes minimes des maladies respiratoires font certainement partie des causes d’absences de dernière minute.»

Les rendez-vous de vaccination du personnel ont également entraîné des absences. Et selon le «Tagi», certains employés ont pris un deuxième emploi pendant la pandémie, ce qui a limité leur flexibilité d’engagement envers Swiss à court terme.

La question est de savoir si Swiss va maintenant renforcer ses contrôles. Selon la porte-parole Karin Müller, les membres de l’équipage de bord ne doivent présenter un certificat médical qu'à partir du sixième jour de maladie. Elle ne répond pas à la question de savoir si la compagnie aérienne envisage de raccourcir ce délai.

Le boom des réservations
à court terme

En plus des absences pour cause de maladie, Karin Müller cite d'autres raisons pour expliquer la situation tendue dans la planification des équipes. Par exemple, la compagnie aérienne continue d'observer des accumulations de réservations à très court terme, qui rendent nécessaires des vols supplémentaires.

De plus, les règles d'entrée à l’étranger pour les membres d'équipage sont souvent modifiées pratiquement à la dernière minute. Par exemple, un test Covid est désormais exigé pour les membres d'équipage arrivant à Tel Aviv.

La porte-parole de Swiss assure néanmoins que tous les vols ont jusqu'à présent été effectués avec le nombre prévu de membres d'équipage de cabine grâce à l'équipe de réserve. Par précaution, et sur la base des expériences précédentes, le nombre de réserves a été augmenté pour le mois d'août.

Perte de temps à cause des contrôles de documents

Les contrôles avant le départ compliquent également la planification des équipes de bord. Tout récemment, par exemple, le vol de Zurich à destination de São Paulo n'a pu décoller que le samedi au lieu du vendredi soir. Le contrôle des passeports et des documents Covid a pris tellement de temps que l'interdiction des vols de nuit a été annoncée avant que l’avion ne puisse décoller, comme l'a récemment rapporté le Tages-Anzeiger. Dans ce cas, l'équipe de réserve doit s'aligner le jour suivant.

La porte-parole de Swiss, Karin Müller, confirme que les contrôles supplémentaires de documents allongent la procédure avant le départ et «cela peut entraîner des retards». Toutefois, Swiss ne communique pas de statistiques à ce sujet.

A présent, afin de désamorcer la situation, davantage de personnel est déployé et les passagers sont invités à se présenter à l'aéroport au moins deux heures à l'avance. Ils sont également priés de s'informer en détail des règles d'entrée du pays de destination avant le départ et de préparer tous les documents nécessaires.

Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Mykonos? Balek, les vraies stars sont à Lutry beach

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Appauvrie? Swiss compte bien faire de l'argent cet été

La compagnie aérienne nationale, dont les effectifs ont été réduits de 20%, compte bien renflouer ses caisses cet été. Mais les restrictions pour les passagers risquent de durer encore un bon moment.

La compagnie aérienne Swiss entend redevenir rentable dès l'été, selon son CEO Dieter Vranckx. Cela devrait être possible avec une utilisation de 50% des capacités par rapport à 2019, estime-t-il dans une interview à la SonntagsZeitung.

Au début du mois, la compagnie avait fait part d'un plan de redimensionnement de sa flotte et de réduction des effectifs de 650 emplois à plein temps.

Helvetic Airways est également touchée par cette restructuration. Seuls quatre des huit avions d'Helvetic …

Lire l’article
Link zum Artikel