assez dégagé
DE | FR
Suisse
Emploi

L'offre d'emploi de cet avocat a fait trembler la Suisse: «500 dossiers»

L'offre d'emploi de cet avocat a fait trembler la Suisse: «500 dossiers»
Dès l'apparition de cette offre d'emploi sur ses différents réseaux sociaux, l'avocat Sébastien Fanti a été littéralement noyé de CV et de lettres de motivation.keystone/twitter

L'offre d'emploi de cet avocat a fait trembler la Suisse: «J'ai reçu 500 dossiers»

Deuxième épisode du buzz. Après avoir publié une offre d'emploi en vue de dénicher son nouveau «responsable du bonheur», Sébastien Fanti a fait crépiter les internets, jusqu'en France. Si bien que l'avocat valaisan a décidé d'engager une personne en interne et... une autre en externe qui serait une «star romande».
16.01.2023, 21:4117.01.2023, 11:46
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

«J'ai reçu plus de 500 candidatures, c'est de la folie.» Sébastien Fanti n'est pas au bout de ses peines. Depuis qu'il a posté son offre d'emploi il y a dix jours, l'avocat valaisan croule littéralement sous les postulations. Pourtant, le boulot en question n'a, à première vue, rien de bien prestigieux: chief happiness officer.

Dès l'apparition de cette annonce sur ses différents réseaux sociaux, l'ancien préposé valaisan à la protection des données a été littéralement noyé de CV et de lettres de motivation.

«C’est comme si on avait fait une Star Academy du chief happiness officer, toutes les lettres que j'ai reçues sont fantastiques et c'est compliqué de désigner un seul élu»
Sébastien Fanti, pour watson.

Depuis, son offre d'emploi a fait son petit bonhomme de chemin, allant même jusqu'à amuser les internets étrangers. Dont le célèbre compte Twitter français qui se moque régulièrement des dérapages disruptifs de la génération LinkedIn.

Et son lot de réactions circonspectes:

Image
Image
Image

L'homme, connu (et parfois détesté) pour son franc-parler adore bousculer (notamment) le monde juridique qui est, selon ses mots, «très conservateur». A son habitude, il n'a donc pas hésité une seconde avant de surfer un peu plus longtemps sur son succès.

Résultat, il engagera non pas... un chief happiness officer, mais deux. L'un en interne, l'autre en externe, tous à temps partiel. Sébastien Fanti dévoilera le nom de l'heureux élu «externe» mercredi prochain. Au bout du fil, il nous promet une personnalité romande qui a raccroché de son art il y a peu de temps.

Image

«En ce qui concerne la personne en interne, je n'ai pas envie de me presser. Il y a trop de bonnes candidatures pour que je me précipite.» Sébastien Fanti rappelle enfin que c'est une véritable offre d'emploi et qu'il va rémunérer ses deux nouvelles recrues, «puisque certains en doutaient.»

Ce qui n'empêchera pas les deux heureux élus d'avoir une pression un poil plus forte que la moyenne lorsqu'ils seront engagés et dévoilés.

Il fait -50 dans la ville la plus froide du monde
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La droite se bat pour réhabiliter un outil «qui ne sert qu'aux riches»
Les fondations utilisées pour transmettre des biens aux descendants sont interdites en Suisse depuis plus de cent ans. Une majorité de droite au Parlement souhaite qu'elles soient à nouveau autorisées.

Ces fondations nommées «fidéicommis familial» existent depuis le 17e siècle. A l'époque, elles permettaient à la noblesse ou aux super-riches de protéger leur patrimoine. Le «fidéicommis familial» donnait la possibilité aux familles de lier leurs biens et leurs terres à leur nom et de décider ainsi elles-mêmes qui pouvait hériter de quoi et de combien – déshéritant de facto les héritiers indésirables.

L’article