Suisse
énergie

L'offensive solaire dans les Alpes suisses risque d'échouer

Planifié trop grand dans l'euphorie: le projet initial de Grengiols.
Planifié trop grand dans l'euphorie: le projet initial de Grengiols.

Berne voulait couvrir les Alpes de panneaux solaires, mais a oublié un détail

D'ici 2025, les premières grandes installations photovoltaïques dans les Alpes devraient être raccordées au réseau, comme prévu par le Parlement. Cependant, dans la précipitation, un détail fondamental a été oublié.
19.05.2023, 08:09
Stefan Bühler / ch media
Plus de «Suisse»

L'automne dernier, le Parlement a été emporté par la frénésie de la crise. Face à la menace de coupures de courant en hiver, il a lancé, en l'espace de quelques semaines, ce que l'on appelle l'«offensive solaire»: dans les montagnes, où le soleil disparaît plus rarement en hiver, et où le brouillard et la neige reflètent la lumière, de très grandes centrales photovoltaïques alpines devraient être construites rapidement.

Cela est rendu possible par l'assouplissement d'importantes contraintes environnementales et la promesse de subventions. Le plus grand projet, à Grengiols (VS), a été lancé avec une annonce de jusqu'à 910 000 panneaux solaires sur plusieurs kilomètres carrés.

Le futur parc solaire de Grengiols devrait ressembler à ça.
Le futur parc solaire de Grengiols devrait ressembler à ça.Image: Grengiols Solar

Maintenant, un peu plus de six mois plus tard, l'euphorie est retombée. Lundi, à Grengiols, les initiateurs ont annoncé pour la deuxième fois la réduction de la taille de leur projet. Il est désormais question de 160 000 panneaux. Mais dans d'autres projets aussi, les espoirs s'amenuisent. La raison est quasiment partout invoquée: le manque de lignes pour acheminer l'électricité solaire des flancs de la montagne jusqu'aux consommateurs dans les villages et les villes.

Les leaders de la politique énergétique à Berne sont alarmés:

«C'est un énorme problème que nous devons résoudre rapidement»
Roger Nordmann, PS

Le président des Verts libéraux, Jürg Grossen, président de l'association Swissolar, parle du «talon d'Achille pour le photovoltaïque alpin», d'un «facteur limitant qui pourrait geler de nombreux projets».

Des retards de plusieurs années

De quoi s'agit-il? L'offensive solaire décidée par le Parlement, qui prévoit une procédure d'autorisation accélérée et des conditions assouplies lors de la planification, ne concerne que les installations photovoltaïques et les lignes jusqu'au premier point de raccordement au réseau existant. Or, ce dernier n'est pas encore adapté à la quantité d'électricité produite par les nouvelles grandes centrales solaires, en particulier dans les régions éloignées. «Des renforcements du réseau et, à certains endroits, des lignes supplémentaires sont nécessaires», explique Grossen, «ceci surtout dans le domaine de la moyenne tension».

Mais comme le réseau existant n'est pas soumis à la procédure express, les retards risquent de durer des années. Interrogée à ce sujet, l'Association des entreprises électriques suisses (AES) indique quelles sont les étapes qui précèdent l'autorisation de construire de nouvelles lignes ou de renforcer celles qui existent déjà: préparation, procédure de plan sectoriel, projet de ligne, procédure d'approbation des plans, procédure judiciaire, construction et mise en service. Ce qui prend un certain temps:

«La durée de planification et d'autorisation de nouvelles lignes à haute tension du niveau de réseau 3 nécessite en moyenne environ 8 à 12 ans»
AES

Cela entre en conflit avec l'objectif de l'offensive solaire. Celle-ci stipule que d'ici fin 2025, au moins 10% de la puissance visée par installation doit être réalisée et raccordée au réseau. L'extension complète doit être achevée fin 2030. Il est peu probable que de nouvelles lignes soient réalisées d'ici là, d'autant plus que les groupes qui combattent un projet particulier trouveront sans doute dans ces procédures un angle d'attaque favorable.

Accélérer la procédure

Avec le deuxième redimensionnement radical, les initiateurs de Grengiols parviennent à ce que les lignes actuelles suffisent pour l'électricité supplémentaire produite. Selon Jürg Grossen, l'objectif de 10% est également visé dans un premier temps pour d'autres projets, car les capacités des lignes existantes ne permettent pas d'en faire plus et les renforcements de réseau prennent plus de temps. L'AES résume:

«La plus grande installation photovoltaïque alpine ne peut pas fournir de courant si le réseau nécessaire reste bloqué dans des procédures d'autorisation qui durent des années»
AES

Le fait que l'extension du réseau n'ait pas été intégrée par le Parlement est une erreur, dit Grossen: «Nous allons probablement adapter les délais pour l'opération au Parlement de manière à ce que nous ayons une transition juridique sans faille vers la future réglementation, telle qu'elle est en préparation dans l'acte modificateur unique.»

Juerg Grossen, GLP-BE, spricht waehrend der Debatte um den Verpflichtungskredit fuer die Raeumung des ehemaligen Munitionslagers Mitholz, waehrend der Sondersession der Eidgenoessischen Raete, am Donn ...
Jürg Grossen, président de l'association Swissolar.Keystone

Entre-temps, l'AES place ses espoirs dans le projet d'accélération annoncé par le Conseil fédéral: l'association s'engagera pour que ce projet ne se limite pas aux installations de production, mais englobe également l'extension du réseau. «Il faut un réseau express qui soit mis en œuvre dans le cadre du projet d'accélération.» Les procédures pour l'infrastructure de réseau devraient être accélérées et synchronisées avec le rythme de développement des nouvelles grandes installations.

«Il faut changer les mentalités»

L'un des plus grands experts en matière d'installations solaires alpines, le professeur Jürg Rohrer de la Haute école des sciences appliquées de Zurich, estime que la filière a elle aussi un certain rôle à jouer. De nombreux fournisseurs et prestataires de services se sont habitués à un rythme lent pour l'extension du réseau: «Un regard sur l'étranger montre que cela peut aller plus vite.»

Il ne s'agit pas non plus uniquement d'un problème de gestion d'entreprise: «En fin de compte, il ne s'agit pas en premier lieu d'argent», dit-il, «mais il faut changer les mentalités et créer enfin une prise de conscience de l'urgence du tournant énergétique.» C'est ce qui fait encore défaut en Suisse.

Entre-temps, Jürg Grossen appelle à ne pas se fixer uniquement sur le photovoltaïque alpin, mais à agir là où c'est déjà possible. Avec l'offensive solaire alpine, on avait d'abord prévu deux térawatts-heures d'ici 2028, qui sont de toute façon importants. «Mais l'année dernière, nous avons pu monter des panneaux solaires avec une production annuelle d'un térawatt-heure, et ce malgré un manque de matériel et de personnel qualifié dans le domaine du bâtiment — ici, nous pouvons déjà aller de l'avant et produire rapidement plusieurs fois cette quantité, y compris en électricité hivernale.»

Traduit et adapté par Pauline Langel

23 photos qui prouvent que les chats sont liquides
1 / 25
23 photos qui prouvent que les chats sont liquides
source: sadanduseless
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
6 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6
Un an après, la Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête
La Chaux-de-Fonds et ses habitants portent encore des traumatismes et des traces visibles de la tempête du 24 juillet 2023. La Métropole horlogère a reçu au total 4,6 millions de francs de dons.

«Au niveau sécurité, on n'a rien à se reprocher car personne n'aurait pu imaginer une telle tempête sur une ville et pas au sommet d'une montagne», a expliqué à Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, conseiller communal de La Chaux-de-Fonds.

L’article