DE | FR

Trop d'enfants et personnel à bout: les crèches suisses sont en crise

La pénurie de personnel qualifié s'aggrave, le nombre de places d'accueil a baissé, la qualité pédagogique aussi: les crèches sont en crise, comme le montre une nouvelle enquête dans la branche. L'Association suisse des structures d'accueil de l'enfance demande maintenant plus d'argent pour une offensive de qualité.
24.05.2022, 06:1225.05.2022, 00:01
Kari Kälin / ch media

«La plupart des gens abandonnent au milieu de la vingtaine. Le manque permanent de personnel, la pression: tout cela te détruit», déclare Lara, 27 ans, dans la dernière édition du journal syndical Work. Le titre de l'article est le suivant: «Alerte à la crèche: le secteur se dirige vers d'énormes problèmes».

Un taux de fluctuation notoirement élevé: de nombreux employés de crèches quittent la profession.
Un taux de fluctuation notoirement élevé: de nombreux employés de crèches quittent la profession.Image: keystone

Kibesuisse, l'Association suisse des structures d'accueil de l'enfance, qui a publié vendredi les résultats de la dernière enquête de branche, se montre également préoccupée. Près de 1'500 organisations y ont participé en mars et avril, la plus grande partie étant les crèches, suivies des garderies dans les écoles et des familles de jour.

Le taux d'encadrement est décisif pour la qualité

Le taux d'encadrement s'avère être un point crucial. En août dernier, «seulement» 7% des crèches déclaraient qu'un nombre insuffisant d'éducateurs devait s'occuper de trop d'enfants en même temps pendant une période prolongée. Ce printemps, une crèche sur quatre a déjà dû augmenter temporairement son taux d'encadrement. Cette détérioration supplémentaire est «alarmante», peut-on lire dans le rapport de l'enquête actuelle. En effet, le taux d'encadrement est en partie déterminant pour la qualité pédagogique et ne correspond de toute façon pas aux recommandations professionnelles en Suisse.

Le syndicat SSP, qui a mené l'année dernière une enquête sur la santé auprès de plus de 700 employés de crèches, dresse également un tableau sombre de la situation. Près de 80% se sentent stressés au travail, près de la moitié souffrent de troubles du sommeil, environ 40% envisagent de changer de travail. Beaucoup ont également admis avoir été involontairement bruyants et désagréables avec les enfants en raison de la charge de travail élevée.

Alerte rouge, donc! Une question à Estelle Thomet, responsable des affaires nationales à l'association Kibesuisse: les parents peuvent-ils encore emmener leurs enfants à la crèche le matin en toute bonne conscience à l'arrière de leur vélo? «Oui, mais», répond-elle.

Pourquoi?

«"Oui", parce que la plupart des personnes qui s'occupent des enfants font tout pour les accompagner le mieux possible, malgré les circonstances difficiles. Mais les parents devraient aussi s'engager d'urgence pour de meilleures conditions-cadres afin d'éviter un burn-out du secteur.»
Estelle Thomet, responsable des affaires nationales à l'association Kibesuisse
L'association Kibesuisse demande également aux parents d'agir.
L'association Kibesuisse demande également aux parents d'agir.image: KEYSTONE

Pour que l'accueil extrafamilial puisse continuer à répondre à des exigences élevées, les pouvoirs publics devraient investir au moins un milliard de francs supplémentaires par an. Ces moyens supplémentaires devraient notamment permettre d'augmenter la part de personnel qualifié, d'améliorer le taux d'encadrement, mais aussi d'augmenter les salaires. Selon le livre des salaires suisse, une éducatrice de la petite enfance diplômée gagne en moyenne près de 4700 francs par mois, et 5000 francs avec une formation complémentaire. L'enquête actuelle de Kibesuisse révèle entre-temps d'autres domaines problématiques:

  • Le taux notoirement élevé de fluctuation du personnel s'est encore accentué par rapport à la période pré-Covid. Le manque de personnel qualifié est une raison importante pour laquelle une crèche sur cinq a supprimé des places d'accueil.
  • Autre cause de la réduction, le fait que les parents inscrivaient moins souvent leurs enfants à la garderie à cause du Covid. Apparemment, davantage de mères et de pères se sont occupés de leur progéniture à partir de leur bureau à domicile. De récents retours d'information de la part des crèches indiquent toutefois que la demande se stabilisera bientôt au niveau d'avant la pandémie.
  • Par rapport à l'année dernière, la perception des crèches est que la qualité pédagogique, la collaboration au sein de l'équipe et l'état psychique se sont détériorés.
  • Les absences de personnel dues au Covid ont également donné du fil à retordre aux crèches. Une crèche sur trois a dû fermer ses portes une ou plusieurs fois, beaucoup ont réduit les heures d'ouverture, ce qui a provoqué le mécontentement d'une grande partie des parents.

On peut aussi interpréter ce mécontentement de manière positive. Il prouve l'importance de l'accueil extrafamilial des enfants pour la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Environ 180 000 à 200 000 enfants fréquentent une crèche en Suisse. Si celle-ci ferme ses portes, les mères et les pères qui travaillent se retrouvent dans une situation d'urgence organisationnelle. Ce n'est pas un hasard si les crèches sont considérées comme «d'importance systémique» au moins depuis la pandémie. Et ce n'est pas un hasard si les choses bougent au niveau politique.

Les politiques veulent soulager les parents

La semaine dernière, la commission de l'éducation du Conseil national a mis en consultation une loi visant à alléger la charge financière des parents. La Confédération devrait débourser 530 millions de francs par an à cet effet. La crèche pourrait coûter jusqu'à 20 francs de moins par enfant et par jour. En outre, 10 millions de francs par an devraient permettre d'améliorer la qualité pédagogique.

Le Parti socialiste (PS) récolte actuellement des signatures pour des places de crèche «de qualité et abordables». La Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) et la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique devraient publier de nouvelles recommandations à l'automne dans le but d'améliorer la qualité. La CDAS souligne le rôle important que jouent les crèches dans l'encouragement précoce des enfants.

Le PS – ici la coprésidente Mattea Meyer – récolte des signatures pour des places en crèche.
Le PS – ici la coprésidente Mattea Meyer – récolte des signatures pour des places en crèche.image: keystone

Le personnel ne répond pas à ses propres exigences

Estelle Thomet, de Kibesuisse, salue les activités politiques dans le domaine de l'accueil extrafamilial, y compris la baisse des tarifs parentaux. Mais la proposition actuelle de la commission de l'éducation n'est définitivement pas mûre:

«A quoi servent des tarifs parentaux plus avantageux si les places n'existent plus faute de personnel?»

La demande est maintenant stimulée de manière unilatérale au lieu de consacrer enfin une partie substantielle du milliard dont on a besoin depuis longtemps pour renforcer l'offre à la qualité des crèches. Il faut absolument investir en même temps dans la qualité: «Cela profite aux enfants et motive les professionnels à rester au travail». Beaucoup d'entre eux sont mécontents parce qu'ils ne peuvent pas exercer leur métier de la manière qui serait la meilleure pour le bien-être des enfants.

Insatisfaite et frustrée, c'était aussi le cas de l'assistante maternelle Lara. «Souvent, j'étais seule avec une apprentie et une stagiaire, responsable de 16 enfants!» Toujours est-il qu'après 10 ans d'expérience professionnelle, sa situation s'est détendue. Elle s'occupe désormais d'enfants dans une crèche où «nous avons vraiment du temps pour les enfants». Selon elle, cela doit devenir la normalité dans le secteur.

En Russie, les enfants font de la propagande déguisés en petits tanks

Si vous vous intéressez aux réfugiés ukrainiens en Suisse

Fuir la guerre et arriver en Suisse: une mère et ses filles racontent

Link zum Artikel

Pourquoi les réfugiés ukrainiens peinent à trouver un travail en Suisse

Link zum Artikel

Comment les réfugiés syriens vivent l'arrivée des Ukrainiens en Suisse

Link zum Artikel

Coloc qui tourne mal: «10% des Ukrainiens demandent à changer de famille»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7 noyés en Suisse la semaine passée: 9 graphiques sur les accidents de baignade
En Suisse, 46 personnes en moyenne se noient chaque année, la plupart du temps dans des rivières. Rien que le week-end dernier, les cours d'eau ont fait sept victimes. Tour d'horizon.

Qu'il s'agisse d'une rivière, d'un lac ou d'une piscine, les journées chaudes poussent les gens vers l'eau. Les accidents, dont certains mortels, sont fréquents.

L’article