Suisse
Espace

La Suisse rejoint le programme spatial Artemis

La Suisse rejoint le programme spatial Artemis

epa11280708 Swiss Federal Councillor Guy Parmelin (C) signs the Artemis Accords beside NASA Administrator Bill Nelson (L) and Swiss State Secretary for Education, Research and Innovation, Martina Hira ...
Le conseiller fédéral suisse Guy Parmelin (centre) signe les accords d'Artemis aux côtés de l'administrateur de la NASA Bill Nelson.Keystone
Les Etats signataires affirment leur engagement à respecter les règles et prescriptions internationales, conformément aux traités spatiaux de l'ONU. Avec la Suisse, ces accords comptent désormais 37 Etats.
15.04.2024, 23:21
Plus de «Suisse»

Les principes selon lesquels explorer et exploiter la Lune, Mars et d’autres corps célestes doivent être clairement définis. Guy Parmelin a signé lundi à Washington pour la Suisse les accords Artemis, soit une déclaration d’intention politique en ce sens.

«La signature de cet accord souligne notre conviction que la coopération est la clé de la création d'un cadre amélioré pour la communauté spatiale. En matière d'espace, la Suisse a beaucoup à offrir.»
Le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche

Participer à de futures missions

Ces Etats soutiennent également leur développement au sein de forums multilatéraux tels que le Comité de l'ONU pour les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique. Ils s'efforcent aussi de contribuer à une exploration et une utilisation durables et responsables, soulignent en particulier l'importance du multilatéralisme.

Outre la Suisse, d'autres pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA), comme l'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni, en font également partie.

En signant ces textes, la Suisse réaffirme notamment son intérêt pour une coopération renforcée avec les États-Unis et d'autres pays signataires, écrit le DEFR. Elle réitère aussi son intention de créer «les meilleures conditions possibles» pour la recherche et l'industrie spatiales suisses en vue de leur participation à de futures missions de la NASA.

Six mois sur l'ISS

Marco Sieber, 35 ans, est l'un des futurs astronautes suisses. On ne sait pas encore quand et s'il pourra marcher sur la Lune. La première chose au programme pour lui sera probablement une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

L'administrateur de la NASA Bill Nelson a rappelé lors de la signature l'importance, «maintenant plus que jamais», d'aborder la recherche spatiale dans un esprit d'ouverture et de pacifisme, «alors que toujours plus de pays s'aventurent dans l'inconnu».

Les Etats-Unis ont lancé les accords Artemis en 2020 avec sept autres membres fondateurs. (ats/jch)

En Italie, l’Etna crache des ronds de fumée
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le métro m3 à Lausanne change de tracé et double son coût
Le gouvernement lausannois annonce que le métro m3 sera déconnecté de la ligne m2, dans un souci de fluidité pour les passagers. Le budget total passe du simple au double.

Dans le contexte des retards pris par le chantier de la gare de Lausanne, le Canton de Vaud, la Ville de Lausanne et les Transports publics de la région lausannoise (tl) ont repensé leurs projets des métros m2 et m3. La future troisième voie sera construite pour elle-même et donc déconnectée du m2, ont-ils annoncé jeudi. Le coût total va presque doubler.

L’article