larges éclaircies
DE | FR
1
Suisse
essence

Que vaut vraiment le comparateur d'essence TCS?

Que vaut le nouvel outil du TCS pour trouver l'essence la moins chère?

Le Touring Club Suisse (TCS) lance un radar des prix de l'essence. Une très bonne idée, selon la Fondation pour la protection des consommateurs, qui voit toutefois encore un potentiel d'amélioration.
29.11.2022, 18:4330.11.2022, 08:38
Ann-Kathrin Amstutz / ch media

Où est-ce que l'essence est la moins chère? Cette question préoccupe les automobilistes et les motocyclistes depuis la guerre en Ukraine et, depuis que les prix des combustibles fossiles ont grimpé en flèche, elle a gagné en acuité.

Certes, la situation s'est quelque peu détendue entre-temps, mais les différences de prix pèsent encore lourd dans le porte-monnaie des Suisses. Le Touring Club Suisse (TCS) estime à environ 300 francs le potentiel d'économie annuel pour un automobiliste. Une moyenne pour 15 000 kilomètres et une consommation de 6,7 litres aux 100 kilomètres.

Pour plus de transparence, le TCS a désormais lancé un radar national des prix de l'essence. Lundi après-midi, la plateforme comptait déjà 40 000 enregistrements de comptes sur le site internet. Il s'agit de la première plateforme de comparaison des coûts de l'essence officielle en Suisse.

L'idée est la suivante: les utilisateurs enregistrés alimentent en permanence la plate-forme avec les prix actuels des stations-service suisses. Les différences de prix de six types de carburant doivent ainsi être représentées de manière transparente et si possible en temps réel. Le TCS s'attend à un «effet de réduction des prix», comme l'a déclaré son directeur général Jürg Wittwer au Blick.

Essence: La Suisse lance son comparateur de prix
Voici la zone de Lausanne et les prix réalisés par les stations-service de la régionImage: TCS

La plate-forme de comparaison rencontre un grand soutien auprès de la Fondation pour la protection des consommateurs. «Cela va dans la bonne direction», déclare Marius Wiher, responsable Energie et durabilité. La transparence des prix à la pompe est «absolument nécessaire» et centrale pour le bon fonctionnement du marché.

Depuis le début de la guerre en Ukraine et la hausse vertigineuse du prix du carburant, des efforts politiques sont en cours dans notre pays pour introduire un calculateur de prix en ligne – initié par Monsieur prix, Stefan Meierhans.

Le Conseil fédéral rejette cette demande, mais le Conseil des Etats a déjà adopté une motion correspondante de Pirmin Bischof (centre/SO). Une majorité se dessine également au Conseil national après la décision de la commission consultative.

Mais il y a des pièges à ne pas manquer sur la plateforme

Malgré le nouvel outil du TCS, une solution étatique devrait rester pertinente. En effet, selon le directeur de la Fondation pour la protection des consommateurs alémanique, Marius Wiher, la plateforme aurait deux avantages de poids:

  • D'une part, les stations-service pourraient être tenues «à une véritable comparabilité». Autrement dit, à communiquer directement les données sur les prix et à les actualiser régulièrement.
  • D'autre part, une autorité publique offre «une certaine garantie d'indépendance» en matière de protection des données et de marketing.

En revanche, Marius Wiher voit quelques difficultés dans le système communautaire de la plateforme TCS, notamment au niveau de l'analyse des données récoltées.

«On ne sait pas encore très bien qui analyse les données des utilisateurs et qui signale les chiffres qui ne sont pas corrects»

En effet, seules les personnes se trouvant à proximité immédiate de la station-service peuvent saisir un prix. La géolocalisation y veille. Il est bien sûr possible que quelqu'un saisisse des chiffres erronés, explique la porte-parole du TCS, Sarah Wahlen. Mais cela devrait être compensé par la grande quantité de données: «Si le prix est saisi plusieurs fois par jour, nous remarquons si une indication est complètement erronée», a-t-elle déclaré.

Selon Marius Wiher, la rapidité avec laquelle les erreurs sont remarquées est également décisive. En effet, les prix pouvant changer rapidement, les mises à jour doivent être fréquentes et rapidement exécutées. «Si les prix des stations-service proches de chez moi datent de cinq jours, la transparence ne m'apporte pas grand chose», dit-il.

Le défaut principal de la plateforme

Le système «tient» grâce au nombre d'utilisateurs actifs, explique Wiher. Mais il y a un frein à la saisie de données: actuellement, les utilisateurs doivent s'enregistrer au préalable sur le site du TCS et donc saisir leurs coordonnées. Seul le visionnage de la carte est possible sans enregistrement.

L'utilisation de cette plateforme n'est pas non plus très user-friendly. En effet, il faut se rendre sur le navigateur afin de visionner la carte des stations-service. Une application serait donc plus pertinente: elle faciliterait non seulement l'accès à la carte, mais aussi la récolte des données. Un aspect qui devrait changer grâce à l'intégration de la plateforme de comparaison des prix de l'essence, dans l'application TCS existante.

Néanmoins, cette plateforme reste un bon outil pour le consommateur, estime le directeur de la Fondation pour la protection des consommateurs. Selon lui, le moyen le plus simple d'économiser sur les frais d'essence reste encore «de conduire une petite voiture – et de s'en passer pour les courts trajets». Autrement dit, de privilégier d'autres moyens de transports pour les trajets les plus courts.

Il remplit son réservoir d'essence avec de l'huile de tournesol

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
CFF: voici pourquoi il y a de plus en plus de fraudeurs dans les trains
Les transports publics sont de plus en plus confrontés à des voyageurs sans ticket valable. Le problème? Les billets numériques qui sont parfois achetés trop tard ou pas du tout, ce qui entraîne, chaque année, des pertes de plusieurs dizaines de millions pour les CFF. Du côté de Pro Bahn Schweiz, on demande davantage de contrôles.

Plus personne ou presque ne prend le train avec un billet papier. Les voyageurs achètent de plus en plus leurs tickets depuis leur téléphone portable ou leur ordinateur. D'ici 2035, l'organisation de la branche des transports publics Alliance Swisspass envisage de passer entièrement à une exploitation numérique des billets. Les distributeurs de billets seront donc bientôt de l'histoire ancienne. Mais pour les entreprises de transports publics, l'offre numérique a aussi un côté négatif, comme le rapporte PilatusToday.

L’article