ciel couvert10°
DE | FR
Suisse
F-35

Le prix du F-35 continue d'augmenter et voici pourquoi

Le prix du F-35 continue d'augmenter et voici pourquoi

La Suisse n'est pas la seule à miser actuellement sur le F-35 : l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Italie achètent également cet avion.
La Suisse n'est pas la seule à miser actuellement sur le F-35 : l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie achètent également cet avion.Image: keystone
Le département suisse de la Défense est catégorique: six milliards pour le jet américain, c'est un prix fixe. Pourtant, le Pentagone vient de négocier avec le constructeur avant la Suisse. Et le prix monte.
20.07.2022, 11:4425.07.2022, 12:50
Benjamin Rosch / ch media
Plus de «Suisse»

Après s'être décidé sur le type d'avion, reste à savoir combien les nouveaux jets de combat coûteront à la Suisse. La conseillère fédérale Viola Amherd et son département de la défense défendent le point de vue suivant: la Suisse a conclu un contrat préliminaire avec les Etats-Unis, qui garantit un prix fixe de six milliards au total pour 36 jets. Mais le scepticisme à l'égard de cette présentation a considérablement augmenté au cours des dernières semaines. Même au-delà du camp des opposants à l'armée.

Plus récemment, c'est le Contrôle fédéral des finances qui n'a pas pu trouver de preuve d'un prix garanti, comme il l'a noté dans un rapport publié il y a peu. Et mardi, des experts américains en matière d'armement se sont exprimés auprès de la SRF déclarant que le gouvernement américain ne fait pas d'offres de prix fermes. Celles-ci n'ont lieu que lorsqu'un contrat définitif a été conclu entre le gouvernement américain et le groupe d'armement, en l'occurrence Lockheed Martin.

Un prix qui a augmenté pour la première fois

Mais on en est encore loin. Comme Lockheed Martin l'a confirmé, l'entreprise d'armement vient de négocier un «Handshake Deal» (un accord par poignée de main) avec le Pentagone pour une nouvelle acquisition de F-35. Ces derniers concernent les slots de production 15 à 17, la livraison suisse ne serait en revanche prise en compte que dans les unités 19 à 22. Les modalités exactes du contrat font l'objet de négociations, mais le résultat provisoire laisse songeur. Lockheed Martin parle, en effet, d'un prix unitaire inférieur aux «tendances inflationnistes records».

Inversement, cela devrait signifier que le prix unitaire de l'avion américain a augmenté pour la première fois depuis des années. L'agence Reuters fournit un point de repère, même si les commandes concernant les modifications des jets varient, les 375 avions devraient coûter 30 milliards, contre 34 milliards pour 478 avions en 2019.

Une confirmation définitive ne devrait intervenir que dans les semaines à venir, mais l'augmentation du prix ne serait pas une surprise. Au cours des dernières semaines et des derniers mois, le groupe d'armement américain avait déjà laissé entendre que l'inflation, les problèmes de livraison et les répercussions de la pandémie pourraient faire grimper le coût de l'avion de combat.

Qu'est-ce que cela implique pour le Conseil fédéral?

Pour la Suisse, cette annonce est importante à deux égards.

  • D'une part, les négociations parfois ardues entre le Pentagone et Lockheed Martin alimentent les doutes selon lesquels la Suisse aurait négocié un prix fixe pour le jet – pour un créneau de production, notons-le, qui n'était pas encore à l'ordre du jour des négociations actuelles.
  • D'autre part, les critiques, comme la conseillère national-socialiste Sarah Wyss, qui reprochent au DDPS des marges trop faibles dans le calcul des prix, se voient confirmées. Wyss déclare: «L'exemple actuel des Etats-Unis montre que 1,5% de supplément de risque pour l'acquisition d'un avion de combat est totalement déconnecté de la réalité».

(aargauerzeitung.ch)

Le crash d'un F-35 en mer de Chine
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Ma première critique, je me suis fait détruire»: Joël Dicker sort son 7ᵉ roman
A l'occasion de la publication de son septième roman, Un Animal Sauvage, nous sommes allés à la rencontre de l'écrivain suisse le plus lu de la planète. Entre le travail d'écriture, la création de sa propre maison d'édition et une séance de course à pied, comment le Genevois gère-t-il le quotidien? Interview.

Genève, une chambre de l'Hôtel Fairmont, moquette rouge moelleuse et vue sur le jet d'eau, dans la lumière grise de février. Il est 12h20, Joël Dicker nous reçoit avec un peu de retard. En plein marathon promotionnel pour son dernier livre, Un Animal Sauvage, que nous venons d'avaler, il s'est contenté d'une salade sur le pouce. Il s'excuse avec un large sourire et une franche poignée de main. On ne s'attendait pas à autre chose de la part de l'écrivain le plus rigoureusement sympa de la littérature francophone.

L’article